Université de Moncton
Précédent Pause Suivant
  Campus de Moncton  
 
Suivez-nous

Nouvelles de l'École

Création d’une Chaire Senghor de la Francophonie à l’Université de Moncton, Nouveau-Brunswick, Canada

Nous avons le plaisir de vous informer de la création à l’École des Hautes études publiques de l’Université de Moncton d’une Chaire Senghor de la Francophonie. Cette chaire sera animée par le professeur Christophe Traisnel et s’inscrit dans le cadre d’un réseau international de 19 chaires créé en 2003 et présent en Afrique, en Amérique, en Asie et en Europe. 

Le Réseau international des Chaires Senghor de la Francophonie (RICSF) a pour vocation de développer des travaux de recherche indépendants et des formations sur la Francophonie, ainsi qu’à faire progresser les connaissances sur les francophonies. Le réseau se donne ainsi quatre missions :

1.  Diffuser un enseignement de base sur l’histoire, la géopolitique, et les institutions et les coopérations de la Francophonie;

2. Produire de la recherche sur l’objet « francophonie »;

3. Animer un débat d’idées sur le monde francophone et son évolution;

4. Favoriser la coopération entre partenaires francophones.

Très récemment, le réseau a accueilli une nouvelle Présidente, en la personne de Füsun Türkmen, titulaire de Chaire de Galatasaray. Quatre nouvelles chaires et ses titulaires ont été par ailleurs accueillis à l’occasion de la rencontre du réseau du 21 au 23 novembre 2018 à l’Université Cadi Ayad de Marrakech (Maroc) :

 

- l’Université de l’Ouest de Timisoara (Roumanie) dont le titulaire de chaire est le Professeur Nicolae Popa ;

- l’Université de Sciences Agronomiques et de Médecine Vétérinaire de Bucarest (Roumanie) dont le titulaire de chaire est le Professeur Florin Stanica ;

- l’Université du Havre (France) dont le titulaire de chaire est le Professeur Jean-François Klein ;

- Enfin, l’Université de Moncton (Canada) dont le titulaire de chaire est le Professeur Christophe Traisnel ;

Christophe Traisnel est Professeur agrégé de science politique et directeur adjoint de l’École des hautes études publiques de l’Université de Moncton. Diplômé des universités de Montréal (Ph. D Science Politique), Paris II (D. Science politique) et Lille II (M. Droit public et M. Science Politique), il a consacré sa thèse de doctorat à l'analyse comparative du nationalisme de contestation en Belgique et au Canada. Il poursuit ses recherches sur l’immigration, la reconnaissance des minorités, les francophonies canadiennes et la francophonie internationale. Il a récemment publié plusieurs articles sur la francophonie dont un article dans la revue Hermès, « La Francophonie, entre langue partagée et espace de négociation politique ». Il est l’auteur des ouvrages Le français en partage, Timée éditions, et Francophonie, francophonisme : groupe d’aspiration et formes d’engagement (LGDJ - Panthéon-Assas). Ses travaux démontrent une production dynamique et renouvelée sur le thème des francophonies locales (Amérique du Nord, Europe…) et internationale.

Le titulaire de la chaire de Moncton développera plusieurs projets de recherche et d’enseignement autour du thème des « Francophonies comparées » et initiera plusieurs activités visant à renforcer la collaboration entre les chercheurs et experts locaux et les membres du réseau international des Chaires Senghor de la francophonie. Il s’agira notamment de stimuler des recherches comparatives et des regards croisés sur les politiques de reconnaissance linguistique, sur les processus d’institutionnalisation des francophonies et sur l’engagement politique et social francophones. Les mobilités au sein de l’espace francophone (migrations, immigrations, étudiants internationaux) seront également l’objet de travaux.

Membres du réseau : Gérard BEJJANI, Université Saint-Joseph de Beyrouth (Beyrouth, Liban) ; DIENE Ibra, Université Cheikh Anta Diop (Dakar, Senegal) ; Van Quang DUONG, Académie Diplomatique du Vietnam (Hanoi, Vietnam) ; ENGANDJA-NGOULOU Kanel, Université Franco-Gabonnaise Saint-Exupéry (Libreville, Gabon) ; Teresa GRANGE, Université de la Vallée d'Aoste (Aoste, Italie) ; KERTAOUI Hayat, Université Cadi Ayyad (Marrakech, Maroc) ; Jean-François KLEIN, Université Le Havre Normandie (Le Havre, France) ; LAVEST Jean-Marc, Université Française en Arménie (Erevan, Arménie) ; Loum NDIAGA, Université du Québec en Outaouais (Outaouais, Canada) ; PAYAUD Marielle, Université Jean Moulin Lyon 3 (Lyon, France) ; Nicolae POPA, Université de l'Ouest de Timisoara (Timisoara, Roumanie) ; STANICA Florin, Université des Sciences Agronomiques et de Médecine Vétérinaire (Bucarest, Roumanie) ; Jean TABI MANGA, Université de Yaoundé 2 (Yaoundé, Cameroun) ; Christophe TRAISNEL, Université de Moncton (Moncton, Canada) ; Florin TURCANU, Université de Bucarest (Bucarest, Roumanie) ; Füsun TURKMEN, Université Galatasaray (Istanbul, Turquie) ; Frédéric TURPIN, Université Savoie Mont-Blanc (Chambéry, France) ; Thierry VERDEL, Université Senghor d'Alexandrie (Alexandrie, Égypte).

      

         ______________________________________________________________
                                                                                                            

        

Le directeur de l'École des hautes études publiques, Pierre-Marcel Desjardins, prononcera une conférence sur l’entrepreneuriat social au Canada et assistera à une table-ronde le 15 décembre prochain.

Cette conférence sur l’enseignement de l’entrepreneurship se déroulera dans la ville de Poznań en Pologne.

Annonce de conférence
Programme

 

______________________________________________________________

 

Lancement d’un ouvrage collectif pour améliorer l’accès aux services en français dans le domaine de la santé et des services sociaux

La photo nous fait voir, de gauche à droite, Manon Cormier, agente de projet à l'École des hautes études publiques (HEP); Pier Bouchard, professeure (HEP) et coéditrice de l'ouvrage; Sylvain Vézina, directeur adjoint (HEP); et Marie-Josée Laforge, agente de recherche (HEP). Éric Forgues, directeur de l'ICRML était absent lors de la prise de photo.
La photo nous fait voir, de gauche à droite, Manon  Cormier, agente de projet à l'École des hautes études publiques (HEP); Pier Bouchard, professeure (HEP) et coéditrice de l'ouvrage; Sylvain Vézina, directeur adjoint (HEP); et Marie-Josée Laforge, agente de recherche (HEP). Éric Forgues, directeur de l'ICRML était absent lors de la prise de photo.

 

 

Le livre Accessibilité et offre active : Santé et services sociaux en contexte linguistique minoritaire, sous la direction de Marie Drolet, de Pier Bouchard et de Jacinthe Savard, a fait l’objet d’un lancement à Ottawa le 2 novembre 2017 dans le cadre du Rendez-vous Santé en français. Il s’agit d’un premier ouvrage multidisciplinaire sur le sujet. Cette publication est le résultat d’une collaboration entre deux équipes de recherche : le Groupe de recherche et d’innovation sur l’organisation des services de santé (GRIOSS) de l’Université de Moncton et le Groupe de recherche sur la formation professionnelle en santé et service social en contexte francophone minoritaire (GReFoPS) de l’Université d’Ottawa.

Publié par les Presses de l’Université d’Ottawa, cet ouvrage rassemble les travaux de chercheuses et de chercheurs en santé, en travail social, en administration publique, en sociologie, en science politique, en droit et en éducation, afin d’approfondir sous de nombreux angles les enjeux linguistiques en matière d’accès aux services de santé et sociaux de même que d’offres actives de services en français en contexte minoritaire. Il s’agit d’un projet d’envergure qui a permis de rassembler les travaux de 28 auteures et auteurs issus de divers milieux et de diverses provinces du Canada, dont cinq de l’Université de Moncton : Pier Bouchard, Manon Cormier, Éric Forgues, Marie-Josée Laforge et Sylvain Vézina.

Cet ouvrage s’adresse aux professeures, professeurs, étudiantes et étudiants de diverses disciplines ainsi qu’aux professionnelles, professionnels et gestionnaires de la santé et des services sociaux.

La notion d’offre active signifie que la professionnelle ou le professionnel et son établissement doivent offrir des services dans la langue de choix de l’usagère ou de l’usager avant même que cette personne n’ait à le demander. Pour les communautés francophones en situation minoritaire, l’offre active des services de santé et des services sociaux en français est une question de qualité, de sécurité, d’humanisation des soins et services, de droit, d’équité et d’éthique professionnelle.

S’inspirant des travaux présentés tout au long de l’ouvrage, les auteures et auteurs présentent dans le dernier chapitre, six stratégies susceptibles d’accélérer le changement vers un meilleur accès aux services en français en contexte minoritaire : le levier juridique et politique ; la formation et l’engagement de futures professionnelles et de futurs professionnels ; la promotion d’une culture organisationnelle axée sur l’offre active ; le leadership exercé par les actrices et acteurs sociaux et la communauté ; l’attraction et la rétention d’intervenantes et d’intervenants bilingues ; et la mobilisation, la collaboration et le réseautage.

Cet ouvrage est disponible auprès des Presses de l’Université d’Ottawa. Une version adaptée et traduite en anglais est également disponible sous le titre Accessibility and Active Offer : Health Care and Social Services in Linguistic Minority Communities.
 

Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Partager
Accueil  |  Urgence  |  Assistance technique © 2019, Université de Moncton. Tous droits réservés.