Campus de Moncton

 

 

bibliotheque

Bibliothèques

 

Des ressources pour faire avancer vos connaissances

Les bibliothèques du campus de Moncton vous offrent des services de prêt, de référence et de livres en réserve, de même que des formations documentaires, des visites guidées, des salles d'étude et des postes informatiques. Elles vous proposent des collections riches et diversifiées et vous donnent accès à une abondante documentation électronique grâce à une bibliothèque virtuelle.

 
 
 
 
bibliotheque

Comptoir de services

 

Un guichet unique pour gérer votre dossier

Le Comptoir de services est le premier point d’accès pour obtenir une multitude de renseignements. Obtenez des réponses aux questions sur votre dossier, réglez vos transactions financières et prenez connaissance des messages communiqués par l’Université en un seul et même endroit.

Nouvelles du campus

 
Le professeur Arnaud Scaillerez réalise un projet sur le télétravail
Le professeur Arnaud Scaillerez réalise un projet sur le télétravail
Mardi 11 Mai 2021

Arnaud Scaillerez, professeur en gestion des ressources humaines et en gestion des services de santé à l’École des hautes études publiques de l’Université de Moncton, réalise un projet de recherche sur le télétravail qui s’intitule « Développer le télétravail pour le bien des employeurs, des employés et des territoires ». Résumé du projet : En temps normal, les employeurs avaient tendance à hésiter avant d’accorder le télétravail à leurs employées et employés même si la pratique prend de l’ampleur. La COVID-19 a néanmoins contraint plusieurs employeurs à mettre en place le travail à domicile. L’urgence de la situation pandémique a pris le pas sur les réticences de certains employeurs et même sur des employées et employés. Cependant, le recours au travail à domicile a été trop rapide et on n’a pas pris le temps de réfléchir à sa mise en place. De nos jours, et avec le recul des derniers mois, il est envisageable de continuer à développer le télétravail, autant sous sa forme de travail à domicile, que dans l’utilisation des espaces partagés de travail (nommés aussi « espaces de coworking »). Mais pour cela, il faut mener une réflexion et une analyse pour mettre en place un télétravail optimal pour le rendement des employeurs, comme pour le bien-être et la sécurité des employées et employés. Le déploiement du télétravail amène aussi, dès à présent, des résultats économiques et écologiques significatifs sur les territoires (venue de nouvelles arrivantes et nouveaux arrivants, amélioration de la performance organisationnelle et réduction des émissions de gaz à effet de serre). C’est afin de mener cette réflexion post-COVID sur le télétravail que M. Scaillerez sollicite les employeurs du secteur public, privé et de la santé pour développer une recherche sur ce sujet d’avenir qui peut apporter des gains à toutes et à tous. « Le télétravail peut devenir l’un des moteurs du développement économique et de l’accroissement démographique du Nouveau-Brunswick. Il est l’avenir du travail », explique M. Scaillerez En plus d’être professeur en gestion des ressources humaines et en gestion des services de santé à l’École des hautes études publiques de l’Université de Moncton, M. Scaillerez est chroniqueur en gestion des ressources humaines à l’Acadie Nouvelle. Il mène des recherches sur le télétravail, la conciliation travail-famille, les nouveaux lieux de travail et la motivation au travail. Il est membre du conseil d’administration de la section régionale Acfas-Acadie, destinée à promouvoir la recherche francophone en contexte de minorités linguistiques.

Lire la suite
Hockey féminin : Janique Lamoureux se joint aux Aigles Bleues
Hockey féminin : Janique Lamoureux se joint aux Aigles Bleues
Lundi 10 Mai 2021

Janique Lamoureux, attaquante de 18 ans de Barrie, en Ontario, s’alignera avec les Aigles Bleues de l’Université de Moncton au hockey féminin de Sport universitaire de l’Atlantique pour la saison 2021-2022. Membre des Sharks juniors de Barrie de la Professional Women’s Hockey League, l’ailière gauche de 5 pi 11 po fera des études en kinésiologie au campus de Moncton. « Je voulais poursuivre mes études en français et je sais que les Aigles Bleues ont une très bonne organisation, explique Janique Lamoureux. On m’a beaucoup parlé de l’esprit d’équipe et du fait que les joueuses sont proches les unes des autres. C’est une équipe rassembleuse. » Elle joue au hockey depuis 13 ans. Il s’agit de son sport préféré, quoiqu’elle a aussi joué au soccer, au volleyball, au basketball et au badminton à l’école. « Le hockey est un sport attachant avec bien des rencontres d’athlètes, a-t-elle ajouté. Il y a toujours de la place pour de l’amélioration à tous les niveaux. On peut toujours travailler sur ses habiletés et il faut ajuster son jeu et sa vitesse à chaque niveau. J’espère apporter aux Aigles Bleues une bonne présence devant le filet adverse, de l’agressivité, et bouger des corps. Cet été, je vais m’entraîner pour améliorer ma force et mon agilité. Je veux être plus rapide et je me prépare mentalement pour jouer et gagner. » « Janique amène de la profondeur à l’équipe, a indiqué l’entraîneur-chef des Aigles Bleues, Marc-André Côté. Elle possède un bon gabarit et de bonnes mains autour du filet. Nous avons hâte de travailler avec elle. »  L’athlète veut poursuivre des études en physiothérapie du sport dans l’avenir. Elle veut étudier les aspects du corps humain en relation avec les sports et éventuellement travailler avec des athlètes d’équipes sportives.

Lire la suite
Ma Thèse en 180 secondes : une réussite pour la première finale du Canada atlantique
Ma Thèse en 180 secondes : une réussite pour la première finale du Canada atlantique
Jeudi 06 Mai 2021

Le mardi 4 mai, en soirée, s’est tenue la toute première finale virtuelle du concours Ma Thèse en 180 secondes des universités du Canada atlantique, organisée par la Faculté des études supérieures et de la recherche (FESR) de l’Université de Moncton et l’Acfas-Acadie, avec l’appui technique du Service à la vie étudiante et socioculturelle de l’Université et l’appui financier de l’Acfas. Le concours était animé par Antoine Zboralski, représentant étudiant de l’Acfas-Acadie. La finale complète peut être visionnée sur Twitch et sur Facebook.  Aline Lacaze, étudiante au doctorat en sciences de la vie à l’Université, a remporté le premier prix au niveau doctoral. Elle représentera l’Université de Moncton le mardi 15 juin prochain à la finale nationale virtuelle du concours, organisée par l’Acfas. Joignez-vous à cet événement pour l’encourager lors de sa présentation! Son sujet de thèse de doctorat s’intitule « Les aspects de la spécificité d’organe dans l’interaction entre la pomme de terre et Phytophthora infestans ». Ce prix s’accompagne d’une bourse de 1000 $ de la FESR.  Trois autres prix ont été attribués par les jurys et financés par l’Acfas. Le deuxième prix au niveau doctoral, d’une valeur de 300 $, a été attribué à Sylvain Christin, étudiant au doctorat en sciences de la vie à l’Université. Son sujet s’intitule « Influence des changements climatiques sur la phénologie des oiseaux arctiques : une approche bioacoustique ». À la maîtrise, le premier prix, d’une valeur de 400 $, a été décerné à Réanne Cooper, étudiante à la maîtrise ès sciences (gestion) à l’Université. Sa thèse s’intitule « Les déterminants de l’intention entrepreneuriale des étudiants internationaux : le cas des provinces de l’Atlantique ». Le deuxième prix de cette catégorie, d’une valeur de 200 $, a été attribué à Hara Saadia, étudiante à la maîtrise en études de l’environnement à l’Université, pour son projet intitulé « Développement d’un outil intégratif d’aide à la décision sur les impacts cumulatifs de l’exploitation des ressources naturelles ».  Pour la toute première fois, un prix supplémentaire de 200 $ de la part de l’Acfas a été décerné afin de reconnaître une personne qui s’est démarquée aux yeux du public, qui était invité à voter par un formulaire sécurisé. Le prix du public a ainsi été remis à Réanne Cooper, qui a également reçu le premier prix du jury de maîtrise.  La FESR et l’Acfas-Acadie tiennent à souligner le travail remarquable de l’ensemble des participantes et participants, qui ont livré d’excellentes prestations lors de cet événement. Leur créativité et leur passion font rayonner la relève en recherche francophone dans tout le Canada atlantique.  Le concours était ouvert à la fois aux personnes inscrites à la maîtrise et au doctorat provenant d’universités des quatre provinces du Canada atlantique. Les participantes et participants devaient faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et convaincant de leur projet de recherche. Au total, sept personnes à la maîtrise et trois au doctorat ont courageusement relevé ce défi. Six personnes, réparties en deux jurys, un pour le niveau doctoral et un pour le niveau de la maîtrise, ont départagé les candidates et candidats. 

Lire la suite