Faculté des arts et des sciences sociales

Université de Moncton

Faculté des arts et des sciences sociales

Campus de Moncton

Faculté des arts et des sciences sociales

Université de Moncton

Faculté des arts et des sciences sociales

Campus de Moncton

Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin

Actualités

Actualités

Université de Moncton, le 5 décembre 2022 - Soutenance de thèse pour la professeure Natalie Melanson Breau

La professeure Natalie Melanson Breau du Programme d’information-communication, a soutenu avec succès, le 2 décembre dernier, sa thèse de doctorat en sciences du langage de l’Université de Moncton. Intitulée « Le slogan Right fiers des Jeux de la francophonie canadienne : d'une polémique sociolinguistique à une formule », la thèse a été préparée sous la supervision de la professeure Isabelle Violette (Département d’études françaises). La professeure Isabelle LeBlanc (Département d'études françaises) agissait à titre de présidente du jury, la professeure émérite associée Annette Boudreau (Département d’études françaises) agissait à titre d’examinatrice interne et la professeure Chiara Molinari (Università degli Studi di Milano) agissait à titre d’examinatrice externe.
 

Université de Moncton, le 18 novembre 2022 – Le professeur David Décarie reçoit le prix Jean-Éthier-Blais 2022


Rangée devant :
Hélène Destrempes, professeure de littérature québécoise à l’Université de Moncton
Micheline Cambron, professeure au département des littératures de langue française à l’Université de Montréal
Lucie Robert, professeure de littérature québécoise à l'Université du Québec à Montréal
Rangée derrière :
Myriam D’Arcy, directrice générale de la Fondation Lionel-Groulx
Lucie Hotte, professeure de littérature de l’Université d’Ottawa - présidente du jury
David Décarie, lauréat et professeur au Département d’études françaises de l’Université de Moncton
Patrick Poirier, directeur général des Presses de l’Université de Montréal
Jacques Girard, président de la Fondation Lionel-Groulx

Le professeur au Département d’études françaises de l’Université de Moncton, David Décarie, s’est vu décerner le prix Jean-Éthier-Blais 2022, le 17 novembre, à Montréal.

C’est pour son livre Le rêve de Phonsine : Poétique/psychocritique du Cycle du Survenant de Germaine Guèvremont (Les Presses de l’Université de Montréal, 2021) qu’il a reçu cette reconnaissance.

Le prix de la critique littéraire Jean-Éthier-Blais 2022 est doté d’une bourse de 3 000 $ et est décerné annuellement par la Fondation Lionel-Groulx à l’auteur du meilleur livre de critique littéraire paru au Québec pendant l’année précédente, portant sur la littérature québécoise de langue française et écrit en français.

Le prix Jean-Éthier Blais
Suivant les dernières volontés de l’écrivain Jean-Éthier Blais, ce prix a été institué en 1997 par la Fondation Lionel-Groulx, dont Jean Éthier-Blais était président au moment de son décès survenu le 12 décembre 1995. Ce dernier a légué à la Fondation Lionel-Groulx la majeure partie de sa bibliothèque, la totalité de ses archives ainsi qu’une somme importante destinée notamment à la création de ce prix. Pour en savoir davantage sur le prix Jean-Éthier-Blais et la Fondation Lionel-Groulx.
 

Université de Moncton, 8 novembre 2022 - Fête des retraitées et retraités de la Faculté des arts et des sciences sociales

Le 21 octobre dernier, la Faculté des arts et des sciences sociales marquait, à l’occasion d’une cérémonie tenue à Galerie Triangle, le départ à la retraite de 11 collègues de la Faculté (depuis 2019). La photo fait voir, de gauche à droite : Matthieu LeBlanc, vice-doyen de la Faculté; Ronald Babin, professeur à la retraite du Département de sociologie et de criminologie; André Lapointe, professeur à la retraite du Département des arts visuels; Marcia Babineau, professeure à la retraite du Département d’art dramatique; Denise Lamontagne, professeure (sciences religieuses) à la retraite du Département d’histoire et de géographie; Gloria Belliveau, secrétaire administrative (décanat) à la retraite; Thérèse Landry-Laflamme, secrétaire administrative (École des HÉP) à la retraite; Marie-Thérèse Séguin, professeure à la retraite (science politique), École des HÉP; puis Jean-François Thibault, doyen de la Faculté. Absent de la photo : Maurice Raymond (Département d’études françaises).

N'ont pas pu y participer les retraitées et retraités suivants : Paul Curtis (Département d’anglais), Lise Dubois (Département de traduction et des langues, Paul Bernier (Département de philosophie), François Giroux (programme d’Information-communication) et Joceline Chabot (Département d’histoire et de géographie).

La cérémonie a été suivie d’un cocktail facultaire dans le cadre du Rendez-vous de L’alUMni. Plus de 65 personnes y ont participé.
 

Université de Moncton, 26 octobre 2022 - Résidence de création


Photo : Jennifer Bélanger et Georgette LeBlanc

En partenariat avec la Faculté des arts et des sciences sociales et la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et milieux minoritaires, l’Institut d’études acadiennes est heureux d’annoncer une résidence de création en 2022-2023. Cette résidence sera l’occasion de souligner les contributions artistiques et littéraires de femmes acadiennes dans le cadre d’un projet collaboratif interdisciplinaire entre Jennifer Bélanger (Département des arts visuels) et Georgette LeBlanc (Département d’études françaises).

Le projet permettra de penser la création non plus dans une perspective strictement disciplinaire (création littéraire ou création artistique), mais dans une volonté de métissage entre création littéraire et artistique permettant d’aller au-delà des attentes que nous avons concernant la « création » en milieu universitaire.

En mai 2023, la communauté acadienne sera invitée à une discussion-exposition de ce projet collaboratif et découvrira les univers de la création pensés autrement dans une volonté de métissage.

Jennifer Bélanger s’intéresse à l’observateur accidentel et aux éléments du quotidien comme matière pour la création artistique. Jennifer Bélanger détient un Baccalauréat en Arts visuels de l’Université de Moncton et une Maîtrise du Nova Scotia College of Art and Design. Elle a été, entre autres, Coordonnatrice à la programmation à la Galerie Sans Nom, Directrice à l’Atelier d’estampe Imago Inc. et commissaire de plusieurs expositions en Acadie. Elle est présentement professeure régulière au département des Arts visuels de l’Université de Moncton et poursuit en parallèle sa carrière comme artiste.

Georgette LeBlanc est née à Saint-Jean-sur-Richelieu et vit à Moncton (le Coude), au Nouveau-Brunswick. Docteure ès lettres de l’Université de Louisiane à Lafayette en 2007, elle s’engage par la suite à la publication d’un cycle de romans en vers libres, Alma (2007), Amédé (2010), Prudent (2013) (finaliste au Prix du Gouverneur général en poésie) et le Grand Feu (2016), aux Éditions Perce-Neige. Sa traduction littéraire Océan (2019) de l’anglais vers le français acadien, lui remporte le Prix littéraire du Gouverneur général en 2021. Son recueil, Petits poèmes sur mon père qui est mort est lancé au printemps 2022 aux Éditions Perce-Neige. Georgette LeBlanc est chargée de cours en création littéraire au département d’études françaises de l’Université de Moncton.
 

Université de Moncton, 26 octobre 2022 - Célébration de la reconnaissance de l’apprentissage expérientiel à l’Université de Moncton


Récipiendaires du campus de Moncton

L’Université de Moncton a tenu, le 5 octobre dernier, son tout premier gala de reconnaissance de l’apprentissage expérientiel dans les trois campus. Des prix provinciaux d’Avenir NB et Avenir Wabanaki en apprentissage expérientiel ont été également remis lors des cérémonies.  Initié par le Bureau de l’apprentissage expérientiel (BAE), l’objectif était de récompenser les actrices et acteurs qui se sont démarqués lors des activités au cours des deux dernières années.

Le prix de la catégorie « Personne étudiante » reconnaît une étudiante ou un étudiant ayant contribué de façon significative à sa collectivité ou à son milieu de travail et ayant démontré une croissance personnelle et professionnelle importante. Le prix provincial a été remis à Ny Hanitra Sarah Ralambo (étudiante en 2e année au baccalauréat en administration – gestion des opérations). À égalité parfaite, deux personnes ont été récompensées. Il s’agit d’Alain Lavoie (étudiant en 5e année au baccalauréat en éducation) et Véronique Gauvin (Alumni du baccalauréat en travail social).

Le prix de la catégorie « Corps professoral » reconnaît les membres du corps professoral de l’Université de Moncton qui ont réussi à intégrer de nouvelles possibilités d’apprentissage expérientiel dans leur salle de classe en formant un partenariat avec des organisations locales afin de créer des opportunités novatrices et significatives pour les étudiantes et étudiants. Au niveau provincial, le prix est revenu à Éric Hervet (professeur et directeur du département d’informatique au campus de Moncton). Le récipiendaire pour le campus de Moncton est Monique Richard (professeure au département de musique).

Le BAE permet aux étudiantes et étudiants des trois campus de l’Université de Moncton d’établir un lien plus solide entre leur formation et l’expérience en milieu de travail. Il les met en contact avec les employeurs du Nouveau-Brunswick et les expose à plusieurs possibilités de carrière. De plus, le BAE leur permet d’acquérir les aptitudes et les compétences nécessaires afin qu’elles soient prêtes à répondre à la demande sur le marché du travail. L’initiative d'apprentissage expérientiel est financée par le ministère de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail et s’inscrit dans le cadre de l’initiative d'apprentissage expérientiel du Nouveau-Brunswick.

 

Université de Moncton, 21 octobre 2022 - Claude Roussel reçoit la Médaille d'honneur de l'Université de Moncton

 


Photo : Rangée devant – Raymonde Blanchard-Roussel (conjointe de M. Roussel), Claude Roussel (récipiendaire),
Louise Imbeault (chancelière), et Denis Mallet (président du Conseil de l’Université). Rangée derrière – Suzanne
Roussel (fille de M. Roussel), Gabriel Cormier (vice-recteur à l’administration et aux ressources humaines), Gilles C. Roy
(vice-recteur à l’enseignement et à la recherche), Lynne Castonguay (secrétaire générale), Jean-François Thibault
(doyen de la Faculté des arts et des sciences sociales).

Lors d’une cérémonie spéciale tenue vendredi, la Médaille d’honneur de l’Université de Moncton a été remise à l’artiste Claude Roussel pour ses réalisations exceptionnelles.

« Grâce à la vision de l'art contemporain de M. Roussel et parce qu’il a choisi de mettre son immense talent d'artiste peintre et de sculpteur au service de la toute jeune Université de Moncton, à l’époque, sa faculté des Arts et en particulier son département d'arts visuels ont pu s'inscrire résolument dans la modernité et donner à l'Acadie une énergie et un désir de renouveau dont elle avait grand besoin », a déclaré Louise Imbeault, chancelière de l’Université de Moncton.

Âgé de 92 ans, Claude Roussel devient le 32e récipiendaire de la Médaille d’honneur de l’Université de Moncton. En plus d’être le directeur fondateur du département d’arts visuels, il a été professeur du département pendant près de 30 ans. Considéré comme l’un des pionniers de l’art acadien moderne par sa production artistique avant-gardiste, prolifique et versatile en sculpture, relief et peinture, Claude Roussel a à son actif plus de 200 expositions, 60 projets monumentaux et de nombreuses œuvres d’art dans d’importantes collections publiques au Canada et à l’étranger.

Parmi ses nombreux prix et honneurs reçus durant sa longue carrière, on retrouve : Médaille du jubilé d’or et de diamant de la reine Elizabeth II, Membre de l’Ordre du Canada, Médaille de l’Académie royale des arts du Canada, Médaille du centenaire du Canada, Médaille commémorative du 125e anniversaire de la Confédération du Canada, Membre de l’Ordre du Nouveau-Brunswick et Prix du Lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick pour l’œuvre de toute une vie, pour ne nommer que ceux-ci.
 

Université de Moncton, 13 septembre 2022 - Création d'une mineure en compétences rédactionnelles avancées

L’Université de Moncton a procédé à la création d’une mineure en compétences rédactionnelles avancées et il est possible de s’y inscrire depuis le 1er juillet 2022.

Cette mineure vise à proposer en une seule structure des cours qui permettent de s’initier à une pratique plus avancée de la rédaction et d’acquérir une meilleure maitrise de la langue française. Elle s’adresse à des étudiantes et étudiants de différentes disciplines qui ont ou auront à concevoir des textes de genres spécifiques, dont la langue doit être soignée. C’est le cas des futures bachelières et futurs bacheliers dans la très grande majorité des disciplines offertes à l’Université de Moncton (p. ex. criminologie, géographie, histoire, linguistique, littérature, science politique, sociologie, psychologie).

Une telle formation universitaire se concentrant sur le développement de compétences rédactionnelles avancées n’existait aucunement en Acadie. Et les besoins en matière de rédaction de documents professionnels de qualité sont criants dans le marché francophone de l’Atlantique. Tous les domaines ont besoin de travailleuses et travailleurs sachant manier la langue et l’écriture à un haut niveau, mais toutes et tous ne souhaitent pas pour autant devenir des langagières et des langagiers à temps complet (rédacteurs, rédactrices, réviseures, réviseurs, traductrices, traducteurs, etc.). C’est dans ce contexte de besoin social que se justifient la pertinence et la création de cette mineure.

Ainsi, le programme de mineure en compétences rédactionnelles avancées a pour objectif de permettre à l’étudiante ou l’étudiant de :

  • renforcer la qualité de son français écrit (grammaire, syntaxe, vocabulaire) et d’élargir sa connaissance du système de la langue; 
  • découvrir les outils et les techniques de rédaction spécialisée et les genres de textes courants dans les milieux de travail; 
  • communiquer par écrit de manière efficace, tout en tenant compte des caractéristiques des destinataires. 

Afin de mettre en œuvre ces objectifs et de donner un caractère professionnalisant à cette formation universitaire, la mineure compte trois cours obligatoires, FRAN2310 Rédaction – grammaire avancée, FRAN2501 Techniques d’analyse de textes et FRAN3001 Rédaction professionnelle. Ces cours qui constituent le tronc commun de la formation permettent l’approfondissement des connaissances linguistiques et l’acquisition de stratégies de communication écrite associées à des intentions, à des destinataires et à des contextes variés. L’étudiante ou l’étudiant devra également choisir cinq cours à option issus de domaines d’études reliés au développement des connaissances en français écrit (français, information-communication, linguistique, littérature et traduction). Parmi ces disciplines figurent des cours théoriques pertinents pour l’acquisition de connaissances générales en français, et utiles dans un contexte d’écriture, ainsi que des cours plus professionnalisants.

Un certificat en compétences rédactionnelles avancées sera aussi créé et, offert à temps partiel, il attirera les travailleuses et travailleurs qui, dans l’exercice de leurs fonctions, produisent quotidiennement des écrits et qui souhaitent accroitre leurs capacités rédactionnelles et linguistiques.
 

Université de Moncton, 8 juillet 2022 - Nominations au sein de l’Institut d’études acadiennes


Isabelle LeBlanc et Geneviève Robichaud

Directrice scientifique intérimaire (2022-2023) – Isabelle LeBlanc

Isabelle LeBlanc est professeure adjointe au Département d'études françaises depuis 2019. Ses travaux portent sur l’intersection entre langue, genre et pouvoir en Acadie. Elle enseigne dans les domaines de la méthodologie, de la sociolinguistique, de l'histoire de la langue, de l'anthropologie linguistique, des politiques linguistiques et du rapport entre la langue et le genre (féminisation, écriture inclusive, etc.). 

Isabelle est collaboratrice de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales de l’Université Sainte-Anne. Elle est également co-fondatrice du Groupe de recherche sur les archives et les femmes en Acadie (GRAFA). Elle est membre du projet de recherche Repenser l’Acadie dans le monde : études comparées, études transnationales et chercheure au Pôle de recherche interdisciplinaire sur les diversités et l’équité (LGBTQ2+) de l’Université de Moncton.

Le mandat d’Isabelle LeBlanc en tant que directrice scientifique intérimaire de l’Institut d’études acadiennes est du 1er juillet 2022 au 30 juin 2023. Pendant son mandat, Isabelle focalisera sur l’axe pluridisciplinaire ainsi que les liens entre la recherche et la création en études acadiennes.

Stagiaire postdoctorale en études acadiennes (2022-2023) – Geneviève Robichaud

Les recherches et les écrits de Geneviève Robichaud portent sur la traduction comme pratique poétique. Avec Erin Wunker et Sina Queyras, elle est la co-éditrice de Avant Desire: A Nicole Brossard Reader (Coach House Books, 2020) et est l’autrice d’un chapbook, intitulé Exit Text (Anstruther Press, 2016), et d’un livre sur la poétique de la traduction à paraître chez McGill-Queen’s University Press. Elle détient un doctorat de l’Université de Montréal. Sa traduction du roman We, Jane de Aimee Wall est à paraître aux Éditions Perce-Neige. Geneviève sera également chargée de cours à la Faculté des arts et des sciences sociales en hiver 2023.
 

Université de Moncton, 8 juillet 2022 - Trois professeures présentent au 40e congrès Société pour l’avancement de la pédagogie dans l’enseignement supérieur (SAPES-STLHE)

Trois professeures du campus de Moncton de l’Université de Moncton ont participé et présenté leurs recherches lors du récent 40e congrès de la Société pour l’avancement de la pédagogie dans l’enseignement supérieur (SAPES-STLHE) qui a eu lieu à Ottawa ON du 7 au 10 juin 2022.  Ce regroupement de quelques 450 participantes et participants avait comme thème : Reconnecter et reconstruire : perspectives sur l’enseignement et l’apprentissage.  

Cynthia Potvin, professeure au Département de traduction et des langues, a présenté la communication « L’Application de la pédagogie universelle chez le corps professoral en enseignant d’une université franco-canadienne ».  Cette communication comptait deux coauteures et un coauteur, à savoir Stephanie Renée Leblanc, directrice de Service d’appui à la réussite et de soutien à l’apprentissage, Chantal Bouchard, agente de soutien technopédgagique du Groupe des technologies de l’apprentissage (GTA), et Horia-Daniel Iancu, professeur et co-directeur à l’École de Kinésiologie et de Loisir.

Anne Beinchet, professeure au Département de traduction et des langues, a présenté « Reconnecter les jeunes diplômé.e.s à la société : approches inclusives dans les formations professionnelles ».  La coauteure de cette communication était Natalie Léger, agente pédagogique pour Partenariat d'apprentissage en autisme (une direction du ministère de l'Éducation et du Développement de la petite enfance) et chargée de cours à la Faculté d'éducation.

Nancy Black, professeure de la Faculté d’ingénierie, a présenté « Étude longitudinale du sentiment d’auto-efficacité personnel chez la communauté universitaire lors de l’enseignement à distance en temps de pandémie », communication préparée avec des coauteures et coauteur des campus de Moncton et Shippagan : Monique Levesque, professeure au département de comptabilité de la Faculté d’administration, Chantal Bouchard, agente de soutien technopédgagique du Groupe  des technologies de l’apprentissage (GTA), Cynthia Potvin, professeure au Département de traduction et des langues, toutes du campus de Moncton, et Florent Michelot, professeur au Secteur Administration, Arts et Sciences humaines au campus de Shippagan.

Les professeures participantes reconnaissent le soutien financier accordé par le SASE (Service d’animation et de soutien à l’enseignement) et la FESR (Faculté des études supérieures et de la recherche).
 

Université de Moncton, 6 juillet 2022 - Une nouvelle vue of NB literature — in French and en anglais

Une nouvelle collaboration pédagogique entre l'Université de Moncton, l'Université Mount Allison et trois disciplines universitaires a pour but d'attirer l'attention sur différentes facettes de la littérature néo-brunswickoise.

Au cours de la dernière année, les étudiantes et étudiants du cours de littérature comparée de Dre Andrea Cabajsky de l'Université de Moncton, de la classe de littérature anglaise de Dre Andrea Beverley de l'Université Mount Allison ainsi que du cours de littérature française de Dre Kirsty Bell, également de l’Université Mount Allison, se sont réunis et ont travaillé à diversifier les études portant sur la littérature du Nouveau-Brunswick.   

"Nous voulions bousculer l’idée que les gens se font lorsqu'ils pensent à la littérature néo-brunswickoise - et cela voulait dire donner la priorité aux textes littéraires avant-garde, émergents, autochtones, queers et qui sortent des sentiers battus - au-delà des auteurs français et anglais traditionnels et canoniques", explique Beverley. "Cela signifiait également de nous forcer à sortir de nos zones de confort disciplinaires et de façonner le type de collaboration et d'intersectionnalité que nous recherchions / trouvions dans la littérature."

En utilisant un mode d'enseignement hybride, en ligne et en personne, Beverley, Bell et Cabajsky ont enseigné leurs cours de façon indépendante, mais ont également entrepris des activités et des initiatives de groupe, dont une anthologie de zines réalisée par les trois classes et une visite littéraire pédestre dans la ville de Moncton.

"L'anthologie de zines a été publiée avec les conseils des conservateurs de la Owens Art Gallery sur le campus de Mount Allison et la visite pédestre a été guidée par Benoit Doyon-Gosselin, professeur à UMoncton", explique Bell. "Nous avions déjà travaillé ensemble sur des projets de recherche, mais c'était la première fois que nous étions en mesure de transposer cette collaboration à l'enseignement."

En travaillant ensemble, les trois professeures ont également été en mesure d'inviter plusieurs conférenciers et auteurs de renom à leurs cours. Parmi les invités figuraient les deux poètes lauréats de Moncton, Kayla Geitzler et Jean-Philippe Raîche, la poétesse mi'kmaq, Rebecca Thomas, l'écrivain acadien et wolastoq Shayne Michael et la linguiste acadienne Isabelle Leblanc. Les élèves ont également examiné le travail de l'artiste trans acadien.ne Xavier Gould, diplômé.e de Mount Allison.

"Le fait de pouvoir faire interagir autant d'auteurs avec les trois classes a vraiment rendu la littérature vivante pour les élèves", déclare Dre Cabajsky. "Bien que la pandémie ait apporté de nombreux défis, elle nous a aussi donné de bonnes occasions de collaborer tant dans l'enseignement que dans la recherche et a permis aux étudiantes et étudiants de laisser leur propre trace archivistique et leur contribution à la littérature du Nouveau-Brunswick par le biais de l'anthologie de la classe."  

Rose Després étudie à l'Université de Moncton. Auteure publiée, elle dit avoir accueilli de bon cœur ce cours de littérature varié et consciencieusement préparé que le groupe des trois classes avait si bien proposé :

"En tant qu'étudiante adulte qui écrit et traduit déjà, je suis néanmoins peu au fait de l'inclusion plus récente du genre, de la culture, de la langue, de la rectitude historique et politique pour reconnaître et partager les études universitaires de cette plateforme particulière qui est plus représentative des réalités linguistiques actuelles du Nouveau-Brunswick et du Canada", dit-elle. "Quelle occasion inattendue et captivante de découvrir les nombreux écrivains talentueux qui étaient disponibles en mode virtuel ou par d'autres moyens médiatiques, ainsi que leurs œuvres écrites !"

Islay Fraser est une étudiante qui a continué à voir la littérature de la province prendre vie. Fraser était dans la classe d'anglais de Dre Beverley au dernier trimestre à Mount Allison et travaille comme stagiaire chez Les éditions Bouton d'or Acadie à Moncton cet été.

"Lire d'autres auteurs locaux m'a aidé à apprécier la culture littéraire de Moncton, ce qui est particulièrement pertinent puisque Bouton d'or Acadie est situé au milieu de la visite littéraire pédestre de Moncton que nous avons faite en classe", dit Fraser. "J'ai beaucoup appris sur la littérature locale, les auteurs et la région dans ce cours, et je crois que ces connaissances rendent mon expérience à Bouton d'or Acadie plus enrichissante et épanouissante, même indirectement."

Emily Ahmadvand a étudié dans la classe de français de Dre Bell. Elle dit que malgré le fait qu'elle vit à Sackville depuis quatre ans maintenant, il y a tellement de choses qu'elle a apprises sur la région en ce qui concerne son histoire, sa littérature et sa diversité.

"La formule des trois classes nous a permis d'entendre les points de vue d'autres professeurs, d'étudiants et de présentateurs que nous n'aurions pas pu entendre dans une salle de classe ordinaire ", explique Mme Ahmadvand. "Comme chacun avait une expérience et un point de vue uniques sur le Nouveau-Brunswick, le fait d'avoir plus de voix était attrayant et parfois révélateur."

Plus tôt ce printemps, Beverley, Bell et Cabasky ont fait une présentation sur cette collaboration lors de la conférence annuelle de l'Association des littératures canadienne et québécoise. 
 

Université de Moncton, 10 juin 2022 - Véronique Chadillon-Farinacci, Isabelle LeBlanc et Arnaud Scaillerez reçoivent une subvention de l’Acfas

Deux professeures et un professeur de la Faculté des arts et des sciences sociales ont reçu une subvention de l’Acfas dans le cadre du Programme de coopération en recherche dans la francophonie canadienne.

Voici les récipiendaires :

La professeure Véronique Chadillon-Farinacci du Département de sociologie et de criminologie accueillera deux collaboratrice et collaborateurs de l’Université Laval, soit le professeur Yannick Charrette et l’étudiante de maîtrise Maude Mailloux-Savard. Ensemble, ils analyseront les risques de faire l’objet de contrôles d’identité dans le temps en fonction de caractéristiques des proxénètes soumis à une enquête et de leur entourage;

La professeure Isabelle LeBlanc du Département d'études françaises fera une série de séjours de recherche au Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l’Université d’Ottawa afin d’explorer, avec la professeure et directrice Lucie Hotte ainsi que son équipe, des fonds d’archives, dans le cadre de recherches sur les traces écrites de femmes acadiennes;

Le professeur Arnaud Scaillerez de l'École des hautes études publiques (HEP), et Diane-Gabrielle Tremblay, professeure à l’Université TÉLUQ, mettront leurs expertises en commun afin de passer en revue les espaces de coworking et les espaces ouverts de travail au sein de plusieurs organisations au Québec et au Nouveau-Brunswick. Deux doctorant-e-s du Québec participeront aussi au projet.

Ce programme encourage la collaboration pancanadienne francophone en recherche en offrant des subventions d'au maximum 5000$ pour couvrir les frais de déplacement et de séjour.
 

Université de Moncton, 26 mai 2022 - Magazine web ALLUMEZ de l'alUMni : entretien avec la sociolinguiste Isabelle LeBlanc, professeure au Département d'études françaises

L’alUMni de l’Université de Moncton vient de publier un nouveau numéro de son magazine web ALLUMEZ. L'équipe de l'alUMni s'est d'ailleurs entretenue avec la sociolinguiste Isabelle LeBlanc, professeure au Département d'études françaises, et nous vous invitons à lire cette rubrique recherche intitulée « Pour une sociolinguistique féministe et queer en Acadie ». Bonne lecture!
 

Université de Moncton, 25 mai 2022 - Dévoilement des récipiendaires du Prix d’excellence en recherche Donald-J.Savoie

 

Lors de ses cérémonies des grades, l’Université de Moncton remettra plusieurs prix à des professeurs impliqués dans la vie universitaire ainsi que dans la recherche.

Le Prix d’excellence en recherche Donald-J. Savoie sera attribué à deux professeurs de la Faculté des arts et des sciences sociales. David Décarie du Département d’études françaises de la Faculté des arts et des sciences sociales sera l’heureux récipiendaire pour l’année 2021-2022. Ce prix sera également remis à Michel Cardin (2020-2021) du Département de musique de la Faculté des arts et des sciences sociales.

Il s’agit d’un prix qui est attribué annuellement et destiné à une ou un membre du corps professoral qui s’est distingué par ses contributions exceptionnelles en recherche. Le terme « recherche » est employé ici dans son sens large et inclut également les travaux de développement, de création et d’innovation.
 

Université de Moncton, 20 mai 2022 - Leyla Sall se mérite le Prix d’excellence en sociologie de langue française de la Société canadienne de sociologie

La Faculté des arts et des sciences sociales est heureuse d’annoncer que le professeur Leyla Sall, également directeur adjoint du Département de sociologie et de criminologie, s’est mérité le Prix d’excellence en sociologie de langue française de la Société canadienne de sociologie pour son ouvrage L’Acadie du Nouveau-Brunswick et « ces » immigrants francophones : entre incomplétude institutionnelle et accueil symbolique publié en 2021 aux Presses de l’Université Laval.
 

Université de Moncton, 25 avril 2022 - Armand LaRocque présentera au Congrès de l’International Society for Photogrammetry and Remote Sensing (ISPRS)


Armand Larocque

Armand LaRocque, géographe et chargé de cours au Département d’histoire et de géographie du campus de Moncton, a été invité à présenter une communication orale, lors du 24ième Congrès de l’International Society for Photogrammetry and Remote Sensing (ISPRS) qui se tiendra à Nice (France), du 6 au 11 juin 2022.

Il y présentera les résultats de ses recherches sur la détection par télédétection de chaussés mayas (sacbés) au cœur de la péninsule du Yucatan, au Mexique. Cette région recèle de nombreuses structures abandonnées par le peuple Maya, depuis plus de mille ans. Toutefois, cette région est recouverte d’une forêt dense et épaisse qui cache bon nombre de traces laissées par les Mayas. Ainsi, la cartographie de ces structures serait comme chercher des aiguilles dans une grosse botte de foin couvrant plus de 40000 kilomètres carrés. Actuellement, certains archéologues utilisent des données provenant du LiDAR (« Light Detection And Ranging » ou détection et télémétrie par ondes lumineuses) pour effectuer ce travail, mais cette technologie est très coûteuse et les données recueillies ne couvrent qu’une petite surface à la fois. L'imagerie satellitaire est une alternative intéressante pour cartographier de vastes régions, mais la traitement et l’interprétation de telles images demandent des connaissances spéciales qui ne sont pas à la portée de tous.

Dans sa recherche, Armand LaRocque a pu identifier des chemins pavés et surélevés qui reliaient d’anciennes grandes cités mayas entre-elles, notamment grâce à des images radar dont la longueur d'onde permet de pénétrer la couverture forestière dense jusqu'au niveau du sol, en plus de détecter des différences d’humidité entre les anciens chemins et les terrains environnants qui sont plus humides.

Cette recherche a été faite en collaboration avec les archéologues Jerry Ek, du Département d’anthropologie de l’Université Western Washington (États-Unis), et William J. Folan, du Centre de recherche historique et sociale de l’Université autonome de Campeche (Mexique).
 

Université de Moncton, 4 avril 2022 - Soutenance de thèse pour la professeure Anne Beinchet

La professeure Anne Beinchet, du Département de traduction et des langues, a soutenu avec succès, le 1er avril dernier, sa thèse de doctorat au programme d’Études françaises de la Dalhousie University. Intitulée « La traduction en milieu social : Examen et proposition de modèles pour la formation au Canada », la thèse a été préparée sous la supervision du professeur Raymond Mopoho (Department of French, Dalhousie University). La professeure Zélie Guével (Département de langues, linguistique et traduction de l’Université de Laval) agissait à titre d’examinatrice externe et les professeur.e.s Jasmina Milićević et Vincent Simedoh (Department of French, Dalhousie University) étaient membres du comité interne.
 

Université de Moncton, 22 mars 2022 - Publication de l’ouvrage La Convention internationale des droits de l’enfant 30 ans après son adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies : réalités d’hier et défis d’aujourd’hui

Le Groupe de recherche interdisciplinaire en droits de l’enfant (GRIDE) a le plaisir d’annoncer la parution de l’ouvrage La Convention internationale des droits de l’enfant 30 ans après son adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies, codirigé par le professeur Hesam Seyyed Esfahani, du Département de sociologie et de criminologie, et la professeure Carole C. Tranchant, de l’École des sciences des aliments, de nutrition et d’études familiales.

Cet ouvrage réunit les actes du colloque international organisé par le GRIDE à l’Université de Moncton en 2019, en collaboration avec le Bureau du défenseur des enfants et des jeunes du Nouveau-Brunswick, pour souligner le 30e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant. Il dresse un bilan des trois premières décennies d’application de cette importante convention et apporte un éclairage inédit sur ses retombées, son application en droit interne, ainsi que sur les défis et développements récents relatifs à son application dans un contexte canadien, néo-brunswickois et international.

L’illustration de couverture a été choisie pour rendre hommage à l’artiste visuelle Anishinaabe Daphne Odjig, O.C., O.B.C., dont une partie de l’œuvre représente les enfants, ainsi qu’aux enfants autochtones qui ont dû fréquenter les pensionnats.

Accessible et mettant en lumière les défis et enjeux de la mise en œuvre des droits de l’enfant dans une approche interdisciplinaire et interprofessionnelle, cet ouvrage intéressera à la fois les universitaires, les praticiennes et praticiens, et les décideuses et décideurs soucieux de faire avancer les droits des enfants dans leurs champs d’action respectifs. Il est disponible à la Bibliothèque Champlain, à la Librairie Acadienne et auprès des Presses de l’Université Laval.

Sa publication a été rendue possible grâce à l’appui financier de la Faculté des études supérieures et de la recherche de l’Université de Moncton.

 

Université de Moncton, 28 février 2022 - Félicitations à Stéphanie Collin et Claire Johnson, récipiendaires d'une subvention Catalyseur des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC)

Félicitations à nos collègues Stéphanie Collin et Claire Johnson, professeures à l'École des hautes études publiques (HEP), pour l’obtention d’une subvention Catalyseur d’un montant de $ 97 357 des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) accordée pour un projet de recherche intitulé « Remédier à la pénurie de ressources professionnelles au sein des CLOSM : renforcement des stratégies de recrutement et de rétention au profit des communautés francophones et acadiennes du Nouveau-Brunswick ».
 

Université de Moncton, le 3 février 2022 - Département de musique : présence accrue en ligne

Depuis le début de la pandémie, le Département de musique de l’Université de Moncton a grandement augmenté sa présence en ligne, tant pour y présenter ses différents concerts et autres activités que pour en faire l’annonce.

Autre que sur sa page Facebook, il est maintenant possible de suivre les activités du Département sur son compte Instagram (identifiant : depmusique_umoncton), tous deux gérés conjointement avec le Conseil étudiant.

Les personnes intéressées à recevoir des nouvelles directement dans leur boîte de courriels peuvent maintenant le faire en s’abonnant à la catégorie « Arts et culture » du campus de Moncton de l’infolettre universitaire.

Enfin, il est toujours possible de consulter la page Web de la programmation du Département de musique pour les plus récentes mises à jour.

En outre, il est également possible d’écouter les concerts transmis ou enregistrés durant la pandémie sur le compte YouTube du Département ainsi que sur son compte SoundCloud.

En ces temps encore incertains où les changements de plans sont inévitables, il est plus facile que jamais d’être à l’affut des activités du Département de musique.
 

Université de Moncton, le 28 janvier 2022 - Publication d’un livre par Annette Boudreau, professeure émérite au Département d’études françaises

Publié aux Éditions Prise de parole par Annette Boudreau, l’ouvrage Dire le silence. Insécurité linguistique en Acadie 1867-1970 est maintenant disponible en librairie. Professeure émérite au Département d’études françaises, Annette Boudreau est aussi l’auteure d’À l’ombre de la langue légitime. L’Acadie dans la francophonie, publié en 2016 chez Classiques Garnier.