Université de Moncton
Précédent Pause Suivant
  Campus de Moncton  
 


Les valeurs professionnelles canadiennes

D’une région du monde à une autre, les gens accordent de l’importance à certaines valeurs plutôt qu’à d’autres. Ces différences n’épargnent pas le monde du travail. Dans ce qui suit, il vous sera possible d’identifier ces différences professionnelles et leurs impact pour ainsi mieux les comprendre, ce qui facilitera votre intégration au marché du travail.

Attention

Lorsque nous parlons de valeurs, il est important de savoir qu’il n’y en a pas de mauvaises ni de bonnes.
Nous parlons de tendances, il est possible que certaines entreprises ou régions possèdent des valeurs qui leur sont propres.

Les valeurs sont très différentes qu’il s’agisse d’une petite entreprise ou d’une multinationale.


Au travail, la tendance au Canada est d’être...

Individualistes

  • Les valeurs importantes sont: autonomie, responsabilité et sens de l’initiative
  • La bonne réussite de l’entreprise repose sur les initiatives de ses employés
  • Le « je » est très présent, chacun est responsable de son secteur et de sa réussite professionnelle


Au travail, la tendance dans certains autres pays est d’être...

Collectivistes

  • Les valeurs importantes: harmonie et solidarité
  • La bonne réussite de l’entreprise repose sur la loyauté, le support et le sens du devoir des employés
  • Le « nous » occupe une place prépondérante. Chaque employé fait partie d’un groupe et chaque individu est indissociable du nous.


Impacts en recherche d'emploi ou au travail

L’employeur ou votre superviseur peut avoir du mal à connaître vos forces et vos compétences lorsque vous parlez en nous. Il veut savoir « toi, personnellement, que peux tu faire, qu’as-tu fait ? » Il est souhaitable de parler en je. Ici « On exclut la personne qui parle. »

Lorsque vous voulez postulez à des emplois en personne, évitez de le faire en groupe. Un employeur peut se sentir intimidé et mettre votre candidature de côté.

Le fait de vouloir aider vos collègues de travail dans des tâches particulières n’est pas mauvais en soi, mais dites-vous que le temps consacré à cet aide a un impact sur votre rendement personnel. Il est bien d’aider vos collègues qui ont besoin d’aide mais il ne faut pas faire tout le travail à leur place.

Vos collègues de travail s’attendent généralement à vous côtoyer au travail seulement.

Les domaines de l’amour et de l’amitié sont séparés de la sphère du travail. Le fait d’inviter un collègue de travail chez vous ou pour d’autres types d’activités non-professionnelles peu être mal perçu. Cependant, il existe des occasions où tous les employés sont invités à des activités à l’extérieur du champ professionnel (« 5 à 7 », fêtes spéciales,…).

Outre les poignées de mains, les contacts physiques ne sont pas courant au point de vue professionnel. La distance physique entre deux personnes est d’environ un mètre (longueur d’un bras). Si vous être plus près d’une personne, elle se sentira mal à l’aise.


Attaché au temps monochronique

  • Le temps est compté, planifié, réorganisé. Le temps est souvent le centre de l’organisation de tout projet et de toute activité.
  • Le temps est cloisonner. Ex. L’horaire consacré au travail est strictement consacré à cette fin et non pour d’autres sphère de la vie (famille, amitié, autres démarches personnelles).
  • Généralement on termine un projet avant d’en commencer un autre.
  • La ponctualité est d’une très grande importance. Le fait d’arriver en retard au travail ou à un rendez-vous est considéré comme un manque de respect et de motivation.


Attaché au temps polychronique

  • Le temps est difficile à planifier : l’avenir est intangible et incertain. La ponctualité est relative: les personnes passent avant !
  • On fait plusieurs choses à la fois : les zones famille, travail, sont ouvertes.


Impacts en recherche d'emploi et au travail

Être en retard à des rendez-vous, entrevues d’embauche ou à son travail peut être lourd de conséquences (report, annulation, congédiement).

Les retards ou les absences non-motivées sont perçus comme un manque de respect et de motivation.

Les échéanciers fixés aux travail et aux études ne sont généralement pas négotiables. Le fait de ne pas les respecter peut mener à des échecs, des réprimandes ou des congédiements.


Égalitaristes

  • Organisation pyramidale aplatie
  • Les employeurs et les superviseurs sont généralement perçus comme tout le monde et sont accessibles.
  • La haute direction de l’entreprise consulte généralement l’ensemble des échelons avant de prendre des décisions. Réunions d’équipes fréquentes.
  • Les employeurs ou superviseurs ne donnent généralement pas d’instructions détaillées pour faire le travail, ils laissent les employés se fier à leur jugement. L’autonomie individuelle est valorisée. Le sens de l’initiative est souvent souhaité et pris pour acquis.
  • Les promotions et nominations s’effectuent généralement en fonction des compétences et de l’expérience.
  • Outre le salaire et certains autres avantages difficilement perceptibles, tous les niveaux hiérarchiques sont considérés comme étant égaux. Le travail et l’opinion de tout le monde compte.


Hiérarchistes

  • Organisation pyramidale hautement pointue.
  • Les superviseurs et patrons prennent des décisions sans consulter les employés.
  • Les membres du personnel de la haute direction et à un échelon élevé au niveau du processus décisionnel ont des privilèges bien visibles, qui ne sont pas discutables.
  • Les superviseurs et employeurs donneront des consignes et des tâches bien spécifiques pour chacun des employés.
  • Les promotions et nominations s’effectuent en fonction des contacts, du statut dans la société et de la richesse.


Impacts en recherche d'emploi et au travail

Le fait d’avoir un contact qui travaille pour une entreprise vous aidera au moment de poser votre candidature à un poste mais c’est l’entrevue d’embauche qui évaluera vos compétences qui déterminera si vous obtiendrez ce poste ou non.

Outre le salaire et certains autres avantages difficilement perceptibles, tous les niveaux hiérarchiques sont considérés comme étant égaux. Le travail et l’opinion de tout le monde compte.

Il est possible que vos superviseurs vous consultent concernant les manières de parvenir aux objectifs de l’entreprise et de votre travail, sentez-vous à l’aise de vous exprimer sur ce sujet. Il s’agit d’une pratique normale. Vos idées et opinions peuvent permettre le développement de l’entreprise.

Il est possible que vous sentiez de l’insécurité au moment de débuter un emploi parce que vous n’avez pas de consignes et de procédures précises ni de supervision directe. Si c’est le cas observez (discrètement) le travail de vos collègues plus expérimentés et demandez leur des conseils au besoin.


Entrer en relation de manière informelle

  • Les gens sont à l’aise de se tutoyer. Le « tu » rapproche les gens.
  • Communication orale et écrite brève, va droit au but, traite des faits.
  • Peu d’importance aux formules de politesse, aux rituels liés à l’habillement et aux rangs. Le contraire occasionne de la gêne.


Entrer en relation de manière formelle

  • Vouvoyer est synonyme de politesse et montre une distance utile entre les gens.
  • Les formules de politesse et les mises en contexte occupe un place importante de la communication orale et écrite.
  • Beaucoup d’importance accordés à l’habillement, aux formules de politesse et aux rangs.

Les salutations avec les collègues de travail sont très brèves et doivent avoir une durée de quelques minutes seulement. « Bonjour ! Comment ça va ? » Dans certaines cultures ces salutations sont des rituels très importants et peuvent durer jusqu’à 10 minutes.

Les manières d’approche et salutations sont généralement les mêmes pour les employés de tous les niveaux hiérarchiques.

Vous pouvez vouvoyer vos collègues de travail et vos superviseurs si vous vous sentez à l’aise ainsi. Soyez conscients qu’ils sentiront qu’il y une distance qui vous sépare. Certains se sentiront inconfortables avec le « vous » et vous demanderont de les tutoyer, essayez alors autant que possible de respecter leur demande.


Collabore de façon juridique

  • La règle s’applique à tous: « Personne n’est au-dessus de la loi ».
  • Les modalités d’un contrat sont écrits et prévoient tout et ne s’adaptent pas aux situations.
  • La justice consiste à traiter tous les cas semblables de façon identique.


Collabore de manière relationnelle

  • La règle est relative au contexte.
  • Les modalités d’un contrat sont souvent verbales. L’entente d’ajuste aux parcours.
  • La justice consiste à traiter chacun des cas de façon particulière.

Lorsque vous êtes embauchés, un contrat contenant les modalités de l’emploi (vacances, rémunérations, avantages sociaux) vous sont présentés. Il s’agit du même contrat pour tous les employés occupant le même poste que vous. Les clauses de ce contrats sont rarement négotiables et le non-respect de celles-ci peut entraîner un congédiement.


Communique explicitement

  • Le contexte verbal a beaucoup de signification.
  • Les mots qui expriment le message sont clairs et directs.
  • Utilisation fréquente de rétroaction verbale et de reformulation.
  • Le silence est vu comme un manque d’affirmation.
  • «Oui» veut dire « Oui », le « Non » veut dire « Non ».


Communique implicitement

  • Le contexte non verbal a beaucoup de signification.
  • Les mots sont secondaires par rapport à la façon dont c’est dit, qui le dit et dans quel cadre.
  • Les signes non verbaux remplacent les mots.
  • Le « oui » peut vouloir dire peut-être; le « non » peut faire faire perdre la face.
  • Le silence signifie beaucoup

Si vous êtes issus d’une culture où les gens communiquent de manière implicite, vous vous sentirez un peu bousculés voire même agressés étant donné que les gens d’ici ont tendance à transmettre des messages clairs et directs et à poser beaucoup de questions.

Le fait de dire « Non » n’est généralement pas mal vu ici, il est même valorisé parce qu’il vu comme étant de la franchise.

Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Partager
Accueil  |  Urgence  |  Assistance technique © 2019, Université de Moncton. Tous droits réservés.