Université de Moncton
Précédent Pause Suivant
Parc écologique du millénaire
 
Historique

Avant l'Université de Moncton

Auparavant une ferme appartenue par la famille Humphrey, le terrain qu'allait devenir l'Université de Moncton fut acquis en 1953 par les Pères de Ste-Croix, en vue d'agrandir le Collège St-Joseph de Memramcook. En 1963, l'Université de Moncton est fondée. [1]

« Fête des arbres » et projet botanique

Le terrain à l'est de la résidence LaFrance où se trouve à présent le Parc Écologique du Millénaire a inspiré plusieurs projets d'aménagement paysager par l'Association des Anciens de l'Université de Moncton (AAUM).

Le Club d'embellissement de l'association y a planté plusieurs arbres au fil des années, et a même envisagé un arborétum accueillant des fleurs et des arbres exotiques. [2]

En 1974, la première Fête des arbres fut organisée, où l'on planta plusieurs arbres autour du campus. Ci-contre, on voit le recteur Adélard Savoie qui plante un arbre en compagnie de quelques membres de l'AAUM, sur le site actuel du Parc Écologique du Millénaire le 25 mai 1974.[3]

La Fête des arbres a cessé après quelques années, et le projet d'arborétum n'a pas été plus loin.

[1] Cormier, Clément (1975) Université de Moncton: Historique. Centre d'études acadiennes : Moncton, N.-B.

[2] AAUM (oct. 1975) Jardin Botanique sur le campus. Bulletin des Anciens - Université de Moncton, p. 7, no. 43.

[3] AAUM (oct. 1974) Fête des arbres. Bulletin des Anciens - Université de Moncton, p. 9, no. 36.

 

2000 - Le Parc écologique du Millénaire

Ce n'est qu'en l'an 2000, 37 ans après la fondation de l'Université de Moncton, qu'une initiative soit proposée pour ce terrain vide entouré des rues Clément-Cormier et Hillside.

C'est à l'aube du nouveau millénaire que le directeur du département de sociologie, Ronald Babin, en partenariat avec l'Université de Moncton et 18 autres organismes, a fondé le Parc écologique du Millénaire. Le 11 octobre 2000, une cérémonie a marqué le début des travaux d'aménagement du Parc, où Ronald Babin, le recteur de l'Université Yvon Fontaine et les 18 partenaires ont planté le premier des 600 arbres désignés à l'aménagement de ce terrain.

Pendant une conférence de presse, la carte du Parc a aussi été dévoilée. 

Vision initiale

Le projet, depuis le départ, visait à communiquer l'importance de la préservation et de la protection de l'environnement à la communauté du Grand Moncton. En cessant de maintenir le gazon et en semant des plantes indigènes, l'écosystème renaîtrait là où il en était avant son défrichage. 

Faisant partie du courant populaire de parcs naturels du début des années 2000, cette initiative visait à approfondir l'implication environnementale et à conscientiser la communauté universitaire, entrepreneuriale et communautaire aux enjeux écologiques du 21e siècle.

La restauration de cet écosystème ramènerait également ses fonctions écologiques, soit la restauration d'une végétation indigène qui favorise l'habitat pour la faune et la flore, la rétention et filtration des eaux d'écoulement et la revitalisation d'une source naturelle.

En bordure du parc, un projet complémentaire de Centre d'habitation et de technologies environnementales avait été proposé, visant à développer une démarche de recherche et de démonstration pour de meilleures pratiques de construction d'habitations écologiques. Avec son architecture particulière, ce pavillon serait destiné à éduquer la communauté sur les possibilités du développement humain et communautaire viable. Le projet n'a finalement pas réussi à amasser les fonds nécessaires à sa construction.

Voici la carte du Parc Écologique présentée à l'inauguration, démontrant une vision initiale à long terme:

Art environnemental

En 2002, le professeur de sculpture André Lapointe s'est joint au comité du Parc Écologique, amenant une vision artistique au projet. L'idée est donc venue d'introduire de l'art nature au parc croissant, afin de créer un « musée à ciel ouvert » et de mieux conscientiser la communauté au sujet de l'écologie par le biais des arts visuels. 

L'art environnemental est un courant artistique datant des années 1970, où des artistes se mettaient à contester l'éloignement constant des arts avec la nature. Ce mouvement, utilisant principalement des matériaux de base in situ (trouvés sur place), tient à reforger le lien avec la nature que l'humanité perd avec le temps.

Le premier artiste à être invité au Parc Écologique du Millénaire est Nils-Udo, artiste allemand et pionnier de l'art environnemental, qui a exposé dans de nombreux pays à travers le monde. 

 

 

Symposium 2004

Le Parc Écologique du Millénaire, en plus de ses œuvres permanentes, tenait à créer un atelier de création où des artistes viendraient s'exprimer en créant des œuvres éphémères, avec des matériaux trouvés sur place.

Faisant suite au Symposium d'art actuel de Moncton tenu en 1999 le long la rivière Petitcodiac et créant des ponts entre l'art et la nature, une deuxième édition eut lieu au Parc Écologique du Millénaire. Neuf artistes furent invités à créer des œuvres dans le parc. Parmi les invités, Francine Larivée créa l'œuvre permanente et croissante « Absorption ».

 

Symposium 2012

 

Le deuxième symposium du Parc Écologique a eu lieu en 2012, et portait sur le thème de l'énergie. Une dizaine d'artistes ont créé des œuvres éphémères et permanentes, avec une série de conférences afin de provoquer des réflexions auprès des experts et du public au sujet de l'énergie.

Trois œuvres créées lors du Symposium 2012 sont au Parc Écologique à ce jour:

 

Symposium 2016

En 2016, le Parc écologique fut hôte de son troisième événement d'art environnemental le Symposium d'Art/Nature : Moncton 2016 (lien vers le blogue).

Une œuvre créée lors du Symposium 2016 est au Parc Écologique à ce jour.

 

Aujourd'hui

Le Parc Écologique, maintenant parsemé d'arbres et d'herbes longues, possède au total six œuvres d'art nature permanentes, offrant un espace paisible sur le campus où l'on peut admirer les travaux effectués lors des symposiums. Des visites guidées sont offertes pendant la saison estivale, commençant à la Galerie d'art Louise-et-Reuben-Cohen de l'Université de Moncton.

Galerie

Avertissement : Le contenu de ce site Internet est protégé par le droit d’auteur. Toute reproduction est interdite. / Warning: The content of this web site is copyrighted. Any reproduction is strictly forbidden.

The arboretum's concept, proposed by the Departement of biology in 1981, drawing by Bernard Leblanc (© Musée Acadien)
The site in 2000, before the Park's landscaping works.
The official opening on October 11, 2000.
The gazebo built for the official opening.
The Ecological Park in the summer of 2002.
The Ecological Park in the summer of 2002.
For the University of Moncton's 40th anniversary in 2003, Georges Labelle of Cocagne donated 40 trees that were planted in the park. From left to right: Thérèse Thériault, director of Anciens et Développement; Anne McGraw,yearly campaign and special projects coordinator; Liette Vasseur, K.-C.-Irving professorship titular for sustainable development; Vincent Bourgeois, directeur adjoint d’Anciens et Développement; le donateur, Georges Labelle; le recteur,
The artist Nils-Udo oversees construction of « Entrée », fall 2002
Nils-Udo's "Entrée", fall 2003
Autumn in the Ecological Park, during the 2004 symposium. Art: Guéganne
"Entrée" in 2011
Francine Larivée's "Absorption", summer 2011
Francine Larivée's "Absorption", 2012 symposium
The 2012 symposium's opening
Permanent artwork "Renaître" by Bob Verschueren (2012)
Ned Bear's "Pawakan", in june 2015
Francine Larivée's "Absorption", summer 2015
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Symposium 2016
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Partager
Accueil  |  Urgence  |  Assistance technique © 2019, Université de Moncton. Tous droits réservés.