École de psychologie

Faculté des sciences de la santé et des services communautaires

École de psychologie

Campus de Moncton

École de psychologie

Faculté des sciences de la santé et des services communautaires

École de psychologie

Campus de Moncton

Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin

Accueil

Accueil

  • Une ouverture sur un monde de possibilités
  • Une vie universitaire dynamique
  • Une équipe de professeurs compétents, passionnés et disponibles pour les étudiants
  • Environ 200 étudiants, dont 40 aux cycles supérieurs
  • Plusieurs opportunités de bourses

 

 

 

Récipiendaire d’une bourse de la Fondation O’Brien pour l’année 2020

Isabelle Harrigan

Étudiante au doctorat en psychologie clinique de l’Université de Moncton, Mme Harrigan s’intéresse principalement aux motivations sous-jacentes des jeunes couples à publier leur relation amoureuse sur Facebook. Elle étudie les nouvelles façons des jeunes adultes d’agir en relation amoureuse, y compris le façonnement de leurs émotions, leurs comportements et leurs attitudes sur les médias sociaux.

Mme Harrigan a obtenu la plus haute moyenne académique de sa cohorte aux études doctorales (2020) et a reçu la bourse d’étude supérieure du Canada Joseph-Armand Bombardier pour sa thèse rédigée sous la supervision de la professeure Geneviève Bouchard.

Le montant total de bourses accordées en 2020 par la Fondation O’Brien, qui varient entre 3000 $ et 10 500 $ chacune, est de 70 000 $.

La Fondation humanitaire Leonard et Kathleen O’Brien a été créée en 1971 afin d’offrir des bourses d’études supérieures aux résidantes et résidants actuels ou anciens de la province du Nouveau-Brunswick qui poursuivent des études ou des recherches supérieures (de troisième cycle) dans un domaine artistique, universitaire ou professionnel au sein d’une université ou d’un centre de recherche reconnu. Les bourses sont administrées par un conseil appelé la Fondation O’Brien.

 

 

 

 

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès de la professeure Teréz Rétfalvi. Après l’obtention d’un doctorat de l’Université d’Ottawa, Dre Rétfalvi a travaillé à l’Université de Moncton (campus de Moncton) en tant que professeure à l’École de psychologie et ce, jusqu’à sa retraite en 2007. Nous tenons à souligner sa grande contribution à l’Université de Moncton et à la psychologie professionnelle au Nouveau-Brunswick. En tant que professeure de psychologie clinique, Dre Rétfalvi a contribué à la formation de plusieurs générations de psychologues au Nouveau-Brunswick. Elle a également agi plus spécifiquement à titre de directrice de thèse pour près d’une vingtaine d’étudiantes et d’étudiants des cycles supérieurs. Grande pionnière, elle a été la première femme à la direction de l’École de psychologie et a, de surcroit, été l’une des seules à occuper ce poste pendant deux mandats. Elle a également joué un rôle clé dans création de la Faculté des Science de la Santé et des Services Communautaires. Elle a joué un rôle de premier plan pour convaincre les instances institutionnelles et supra-institutionnelles de l’importance du Ph. D. clinique (programme ayant précédé l’actuel D. Psy.). Psychologue clinicienne de formation, Dre Rétfavi détenait une expertise approfondie dans le travail auprès des enfants et des familles en situation de crise. Ses services à la collectivité ont été nombreux et importants. Elle a notamment agi à titre de d’experte et de consultante dans différents cas pour la cour et dans l’étude de questions liées à la défense des droits des enfants. Elle a été membre de comités nationaux (Société Canadienne de Psychologie) et internationaux (Association of State and Provincial Psychology Boards) travaillant à la réglementation de la pratique professionnelle en psychologie. Elle a également été présidente du Collège des Psychologues du Nouveau-Brunswick. À la retraite, son engagement à l’Université de Moncton s’est poursuivi en tant que représentante des professeurs retraités au sénat académique.

 

 

 

Nous avons récemment appris avec tristesse le décès à Paris de l’un de nos collègues des années 1970-1980, le professeur Jacques Crépault, à la mi-mars de cette année. Inspiré par Piaget, il s‘est intéressé au cours de ses recherches à comprendre comment les gens se représentent les notions physiques de temps et de vitesse. Joignant ainsi deux champs de connaissances, la psychologie et la physique, il aimait citer Piaget et Einstein. Il a publié ses travaux dans des livres, des chapitres de livres et des articles scientifiques. Parmi ceux-ci, signalons un double et long article (70 pages au total) publié dans l’importante revue Archives de psychologie en 1978. En 1987, après son séjour à l’Université de Moncton, il a poursuivi sa carrière à l’Université de Paris VIII jusqu’à sa retraite en 2010. Son dernier article scientifique sur le raisonnement temporel date de 2016 (Bulletin de psychologie) et marque la continuité de son travail de chercheur scientifique.

 

 

 

Le professeur Jean Saint-Aubin est nommé Fellow de l’Association for Psychological Science

Le professeur Saint-Aubin est le seul Canadien à avoir reçu le titre de Fellow lors du concours à partir duquel 50 autres membres à travers le monde ont obtenu cette distinction. C’est avec fierté que Natalie Carrier, doyenne de la Faculté des sciences de la santé et des services communautaires (FSSSC) de l’Université de Moncton, accueille ce nouvel honneur réservé à un membre de sa faculté, ce qui témoigne de la qualité exceptionnelle de son corps professoral et de la recherche de pointe qui se fait à la FSSSC.