Campus d'Edmundston

 

 
 
bibliotheque

Bibliothèque Rhéa-Larose

 

Des ressources pour faire avancer vos connaissances

La bibliothèque Rhéa-Larose du campus d'Edmundston met à votre disposition ses ressources documentaires pour appuyer vos études et vos projets de recherche et étancher votre curiosité personnelle. Consultez les ouvrages sur place ou à distance grâce à la bibliothèque virtuelle.

medaille

Centre de services académiques

 

Un guichet unique pour gérer votre dossier

Le Centre de services académiques vous permet de régler en un seul lieu les formalités administratives liées à l’admission, au paiement des droits de scolarité et à la gestion de votre dossier scolaire. Son personnel est également disponible pour répondre aux questions les plus souvent posées en cours d’études.

 
 
 
 
bibliotheque

Services aux étudiantes et étudiants

 

Une équipe à votre disposition

Bourses et aide financière, liaison et recrutement, étudiants internationaux, orientation, préparation au marché du travail, programme d’appui à la réussite, service de santé, logement socioculturel, sports, voilà un aperçu de ce que l'on peut retrouver aux Services aux étudiantes et étudiants du campus d'Edmundston.

Nouvelles du campus

 
L'honorable Dorothy Shephard en visite au campus d’Edmundston
L'honorable Dorothy Shephard en visite au campus d’Edmundston
Vendredi 02 Juillet 2021

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, l’honorable Dorothy Shephard, était de passage à Edmundston le 25 juin dernier. La vice-rectrice de l’UMCE, Madeleine Dubé, en a profité pour l’inviter à venir découvrir le campus d’Edmundston. En plus d’avoir visité les installations du Secteur de science infirmière, la ministre a transmis de vive voix ses remerciements et ses félicitations à toute l’équipe du campus d’Edmundston qui a travaillé sans relâche pour assurer une continuité dans la formation et un semblant de normalité à l’ensemble de la communauté universitaire tout au long de la pandémie. Mme Dubé a profité de l’occasion pour poursuivre des discussions initiées par différents dirigeants de l’Université de Moncton sur les besoins en santé de l’ensemble de la province et sur le rôle que peut jouer l’Université dans les efforts d’amélioration des services. « Il y a une grande volonté de la part de notre institution de faire partie des solutions pour s’assurer que la population du Nouveau-Brunswick puisse avoir accès aux soins de santé, mais également à des services de prévention, a affirmé Mme Dubé. Ici, au campus d’Edmundston, tout comme sur nos deux autres campus, nous avons la volonté et la capacité d’être plus engagés. Cette question a d’ailleurs fait l’objet de discussions lors de la dernière retraite de l’équipe de direction de l’Université. »

Lire la suite
Reprise des visites au Musée historique du Madawaska
Reprise des visites au Musée historique du Madawaska
Jeudi 24 Juin 2021

Durant la saison estivale 2021, le Musée historique du Madawaska de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE), rouvrira ses portes au public. Pour maximiser l’expérience, les visites peuvent avoir lieu sur rendez-vous. L’accueil se fera selon un plan d’action sécuritaire. Cette précaution pour le Musée est un recours dans la situation pandémique afin de prévenir la propagation de la COVID-19. Le Musée historique du Madawaska accueille les visiteurs sur rendez-vous depuis le 1er juin. Néanmoins, il a vraiment commencé à ouvrir ses portes depuis les 20 et 21 juin, lors des journées consacrées au Mois national de l’histoire autochtone et à la Journée nationale des peuples autochtones. L’horaire estival commencera le 29 juin et se poursuivra jusqu’au 2 septembre 2021, du mardi au samedi, de 10 h à 16 h. L’exposition permanente « Wǝlastǝkwewiyik au Madawaska : Événements marquants », les panneaux thématiques de « Frontières contestées et familles retrouvées » et un présentoir lié à « Enracinés » se découvrent dans hall d’entrée. De plus, d’autres artefacts en agriculture, en foresterie et sur la vie quotidienne sont présentés dans la salle des collections. « Le contexte de la pandémie fait en sorte que le Musée et la Galerie ont annulé leur programmation en présentiel pour l’été 2021. Cependant, les activités administratives des deux organisations auront lieu lors du Programme d'emploi d'été dans les musées communautaires, et les installations physiques peuvent être visitées sur rendez-vous en téléphonant au 506 737-5282 », a précisé la gestionnaire des collections, France Smyth. « Deux étudiants de l’UMCE travaillent au Musée historique du Madawaska durant la saison touristique ». En attendant que la situation revienne à la « normale », les organisations continuent d’être actives dans les médias sociaux, notamment sur Facebook et le site Web de la Galerie. La visite de la Galerie Colline se fait en mode virtuel, avec la collaboration de Remix Collective. L’exposition virtuelle, En dedans, en dehors, sens dessus dessous, se retrouve sur le site : http://www.galeriecolline.com/.     Renseignements :    Hugues Chiasson, coordonnateur des communications à l'UMCE (506 737-5034 - b)                                    France Smyth, gestionnaire, Musée historique du Madawaska (506 737-5282)

Lire la suite
Le Mois national de l’histoire autochtone et la Journée nationale soulignés à l’UMCE
Le Mois national de l’histoire autochtone et la Journée nationale soulignés à l’UMCE
Vendredi 11 Juin 2021

Cette année, le Mois national de l'histoire autochtone est consacré aux enfants disparus et aux survivants des pensionnats. Pendant tout le mois de juin, une importance particulière sera portée sur la reconnaissance des faits, des évènements et des personnalités qui ont marqué et qui influencent encore les relations entre autochtones et allochtones. La Journée nationale des peuples autochtones du 21 juin sera soulignée de façon assez spéciale encore cette année à l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE). Le Centre autochtone Nikonuk, avec ses partenaires – la Première Nation des Wolastoqiyik du Madawaska ainsi que le projet Communauté francophone accueillante du Haut-Saint-Jean – ont uni leurs efforts pour offrir deux jours d’activités, les 20 et 21 juin.     L’esprit qui animera ces journées se veut authentique et le but est d’offrir des occasions de partages et d’échanges. Le caractère festif sera remplacé par une intention de reconnaissance et de vérité, surtout dans le contexte particulièrement douloureux de la découverte des centaines de corps d’enfants autochtones.  Le campus d’Edmundston illuminera donc son belvédère à partir du 15 juin pour démontrer son appui et sa solidarité envers les communautés et les familles autochtones qui ont été touchées et dévastées. Le Centre Nikonuk veut aussi symboliser l’importance d’apporter la lumière de la vérité sur ces sombres évènements qui marquent l’histoire canadienne. Cette vérité et la reconnaissance des évènements et des torts causés doivent aussi guider notre réflexion et nos actions. À l’intérieur du belvédère, de l’information sera donc affichée pour représenter l’importance de la connaissance dans le processus de reconnaissance et de respect et la lumière qu’apporte celle-ci dans ce processus. Un cercle de 13 buches d’érable sera déployé dans le but de représenter le passage d’une année selon la conception autochtone des cycles lunaires. Cette mesure du temps ou calendrier des Premières Nations est la façon la plus naturelle de compter l’année de 365 jours séparée en treize lunes, soit chaque période contenant 28 jours. Une pensée et une importance particulière sont aussi consacrées aux femmes autochtones qui sont représentées par la lune et le fort symbolisme lié aux forces maternelles. Le symbolisme de l’érable indique la reconnaissance qui doit être instaurée de façon nationale. De plus, le dimanche 20 juin, à partir de 11 h, une cérémonie d’ouverture avec une prière d’intentions pour les enfants sera faite en Wolastoqey suivie d’un atelier de partage insistant sur l’importance de la cérémonie de purification, ses usages et l’utilisation des plantes sacrées. Des plats autochtones seront offerts par Kwey cuisine et sa propriétaire, Amy Pelletier, qui fera goûter, entre autres, la soupe des trois sœurs, un potage de fougère au lard ainsi que de la bannique. Ensuite, un cercle de parole, avec des représentants de la Première Nation prendra place pour échanger sur les évènements de l’actualité qui ont survenus dans la dernière année et certains mythes envers les Autochtones. En soirée, un feu sacré sera allumé et maintenu durant toute la nuit pour évoquer le solstice d’été en commémoration des milliers d’enfants des pensionnats et en respect aux familles. Les personnes sont invitées à se joindre et à apporter des chaises pliantes. Le lundi 21 juin, la Journée nationale sera soulignée plus officiellement avec des représentants de la communauté des Wolastoqiyik ainsi que de l’UMCE et du projet Communauté francophone accueillante du Haut-Saint-Jean. Un cercle de parole virtuel sera aussi offert par Paryse Suddith à partir de 13 h 30. Les thèmes abordés seront le racisme, la justice réparatrice ainsi que la protection de l’identité et des savoirs. On peut obtenir le le lien d’accès en communiquant avec le Centre autochtone de l’UMCE : centreautochtoneumce@umoncton.ca. Ces activités sont rendues possibles grâce aux partenaires ainsi que l’appui financier du ministère des Affaires autochtones Nouveau-Brunswick. Historique de la Journée nationale des peuples autochtones L’Encyclopédie canadienne rappelle que la Journée des peuples autochtones a été instaurée officiellement le 16 juin 1996 par le gouverneur général Roméo LeBlanc. Cette journée se veut une journée de célébration et de reconnaissance du patrimoine, des cultures ainsi que des contributions des Premières Nations, des Inuits et des Métis. L’histoire de l’instauration de cette journée démontre qu’elle représente la voix des peuples autochtones. En effet, en 1982, la Fraternité des Indiens, qui est aujourd’hui reconnue comme l’Assemblée des Premières Nations, suggère une Journée nationale de la solidarité autochtone qui serait dédiée à la reconnaissance. Cette suggestion trouve une réponse en 1990 par le Québec qui décide, avant toutes les autres provinces et territoires, de faire correspondre la Journée avec le 21 juin, le solstice d’été, journée déjà très importante pour les peuples autochtones. Sur la scène nationale, à la suite des évènements et aux tensions entre Autochtones et non-Autochtones, en 1990 avec la Crise d’Oka et ensuite la Crise d’Ipperwash, la nécessité d’instaurer une journée nationale de reconnaissance apparait. En 1995, un rassemblement national de chefs spirituels, organisé par l’ancien député manitobain Elijah Harper et nommé « Assemblée spirituelle », suggère l’instauration d’une journée nationale. Cette suggestion est ensuite appuyée et amplifiée par les recommandations de la Commission royale sur les peuples autochtones dans son rapport déposé en 1996. Le 13 juin 1996, le gouverneur général Roméo LeBlanc annonce l’intention du gouvernement d’instaurer une célébration nationale annuelle des peuples autochtones, ce qui se réalisera pour la première fois le 21 de ce même mois. Juin deviendra officiellement le Mois national de l’histoire autochtone suivant un vote unanime à la Chambre des communes en 2009.   Renseignements :    Hugues Chiasson, coordonnateur des communications à l'UMCE (506 737-5034 - b)

Lire la suite