Université de Moncton
Précédent Pause Suivant
  Campus de Moncton  
 
Suivez-nous

Cours FRAN/EDUC 3010

Enseigner pour apprendre

Équipe de monitorat, hiver 2019

Aimeriez-vous…

  • … approfondir vos connaissances en français ?
  • … mettre en pratique vos habiletés pédagogiques ?
  • … vivre une expérience concrète et enrichissante dans le monde de l’enseignement ?

Oui ? Alors, vous pourriez envisager de vous nscrire au cours Enseigner pour apprendre (FRAN/EDUC 3010), cours visant à former des monitrices et moniteurs de français. Tout ce qu’il vous faut, c’est avoir obtenu un B en FRAN1600 ou en FRAN2501 et, bien sûr, être animés d’une passion pour l’enseignement.

Offert au semestre d’automne de chaque année, ce cours propose un volet théorique, en salle de classe, où sont revues des notions liées non seulement au français, mais également à la relation d’aide et à la pédagogie, le tout dans une atmosphère stimulante et dynamique. Les connaissances et les habiletés acquises sont ensuite mises en pratique au Centre d’aide en français (CAF) au cours de rencontres individuelles hebdomadaires avec des étudiantes et étudiants qui désirent améliorer leurs compétences et leurs habiletés en français écrit.

Il est important de souligner que le matériel pédagogique et les ouvrages de référence sont à votre disposition au centre. En d'autres mots, vous n'avez pas à créer d'exercices puisqu'ils sont fournis aux membres de l'équipe de monitorat et aux personnes qui participent au programme. La professeure du cours et la responsable du CAF vous guideront notamment dans la planification et l'enseignement des leçons de même que dans la correction des textes que rédigeront les participantes et participants. Sachez que nous vous accompagnerons dans chacune des étapes que vous franchirez pendant le semestre d'automne. De plus, les monitrices et moniteurs qui réussissent le cours FRAN/EDUC 3010 avec excellence ont même la possibilité de décrocher un emploi étudiant rémunéré au CAF et d'offrir de l’aide lors du semestre d’hiver.

Nous vous recommandons fortement de vous informer auprès des personnes qui ont suivi le cours ou bien avec moi.

Au plaisir de vous rencontrer en septembre,

Anahita Shafie, responsable du CAF

 

Témoignages

« Mon aventure au CAF a commencé lors de ma première année universitaire quand j’ai appris qu’il fallait que je sois bonne en français pour réussir le Test de compétences langagières en français (TCLF) en éducation. J’ai passé quatre semestres au Centre d’aide en français, ce qui m’a permis d’en apprendre beaucoup au sujet du français en collaborant en équipe avec les meilleures monitrices (Marie Leblanc et Andrée-Anne Vigneau). Elles ont su repérer mes lacunes en français et m’aider à les corriger. Après quatre semestres au CAF, je peux vous dire que j’en ai appris beaucoup et que le français n’est pas toujours facile à comprendre. Toute l’équipe du CAF est amusante. Cynthia, la responsable du CAF, est toujours là pour répondre à nos questions et pour nous aider. Les monitrices vont au rythme des aidés et elles vont toujours être là pour vous aider. J’ai appris en étant au CAF qu’il n’y a pas de question stupide. C’est tellement enrichissant de voir à quel point on peut progresser. J’ai adoré mes quatre semestres passés au CAF en tant qu’aidée. C’est grâce à cette expérience, et à tout ce que j’ai appris et maitrisé, que je suis maintenant monitrice au CAF. En tant que monitrice pour un deuxième semestre, c’est très valorisant de voir les personnes que l’on aide progresser et voir qu’elles veulent en apprendre plus. C’est intéressant de voir combien d’étudiants prennent à cœur le français et combien d’entre eux veulent réussir. En tant qu’étudiante en éducation, cela m’a permis de m’adapter au style d’apprentissage de mes aidés et de réaliser à quel point plusieurs personnes ont de la difficulté avec la langue française. Mes aidés font un parcours différent, mais ils font des progrès en français et ils comprennent leurs erreurs. C’est une source de motivation pour nous, quand nous recevons les mêmes aidés pendant deux semestres; nous savons qu’ils aiment leur expérience au CAF. »

Janice, étudiante en éducation

 

« Mon expérience au CAF :
Puisque je suis étudiante en éducation primaire, la maitrise de la langue française est très importante pour ma carrière. D’ailleurs, je suis une personne qui a toujours eu une passion pour le français et c’est ce qui m’a motivée à m’inscrire au cours d’« EDUC/FRAN3010 – Enseigner pour apprendre » afin de pouvoir venir en aide à des étudiants universitaires qui éprouvent de la difficulté en français.
J’ai adoré mon expérience au CAF en tant que monitrice puisque venir en aide aux gens est quelque chose que j’aime bien faire. J’ai développé des habiletés dans mon rôle de tutrice et j’ai également amélioré mes compétences en français, autant à l’oral qu’à l’écrit. De plus, les personnes qui s’occupent du CAF ont une habileté à te faire sentir compétente et ont également une ouverture d’esprit, ce qui est très encourageant pour les tuteurs et tutrices du CAF.
En ce qui concerne le cheminement de mes aidés, j’ai pu voir beaucoup de progrès par rapport à leur français écrit puisque le programme du CAF fournit plusieurs outils nécessaires à l’apprentissage. Chacun de mes deux aidés a fait un parcours différent et j’ai alors appris à m’adapter aux différents styles d’apprentissage, mais l’important dans tout ça, c’est qu’il y ait eu des apprentissages et de l’amélioration tout au long de leur cheminement. Finalement, je conseillerais aux étudiants passionnés du français de s’inscrire au cours pour devenir monitrices ou moniteurs au CAF puisque c’est une expérience enrichissante autant pour les aidants que pour les aidés. »

Melika, monitrice de langue au CAF et étudiante en éducation primaire

 

« Mon expérience en tant que monitrice au CAF :
Je suis étudiante en éducation secondaire avec une première concentration en chimie et une deuxième concentration en mathématiques. Pour être monitrice ou moniteur au CAF, il faut tout d’abord suivre le cours EDUC/FRAN3010 – Enseigner pour apprendre. Le nom du cours m’intriguait et j’ai décidé de m’y inscrire. Au premier cours, on nous dit qu’on allait avoir chacun 2 aidés pendant 9 semaines. Comme ce sont des rencontres individuelles, on a une seule personne à satisfaire. Elle peut se sentir à l’aise de poser des questions, de demander de l’explication sur un certain sujet, d’avancer à son rythme, etc. On fait en quelque sorte un cours individualisé pour cette personne. Elle n’aura pas à apprendre ce qu’elle sait déjà et elle pourra passer le temps nécessaire sur ce qu’elle a à apprendre.
J’ai eu en tout 6 aidés qui avaient tous des difficultés différentes en français. Certains avaient de la difficulté en grammaire, d’autres en syntaxe et certains cherchaient à s’améliorer en français. Chacun a fait un parcours différent au CAF et l’important, c’est qu’il y a eu des apprentissages. Pour certains, ils ont été grands et pour certains, ils ont été petits, mais il y a toutefois eu des apprentissages dans tous les cas. Dans mon cas, j’ai fait de grands apprentissages, j’ai appris des trucs, j’ai compris d’où venaient les difficultés et surtout, j’ai appris à adapter mon enseignement pour chaque personne. Maintenant, je comprends le titre du cours «Enseigner pour apprendre». »

Jessica, monitrice de langue au CAF et étudiante en éducation
 

 

« J'ai eu la chance de découvrir le Centre d'aide en français lors de ma deuxième année universitaire. Je m'étais inscrite au cours Enseigner pour apprendre qui faisait partie de mon programme d'études sans vraiment savoir à quoi m'attendre. Puisque je me destinais à enseigner le français au secondaire, le titre du cours m'avait interpelée. Je me suis vite rendu compte qu'il n'avait rien en commun avec tous les autres cours que j'avais suivis lors de la dernière année à l'université. Après avoir étudié la grammaire et la syntaxe plus en profondeur en salle de classe, ainsi que des moyens utilisés pour les enseigner, on nous jumelait avec deux étudiants qui avaient besoin d'aide en français. Par conséquent, en plus de mes deux cours par semaine avec Micheline, je donnais aussi du tutorat au CAF.

Durant ce semestre, j'ai vécu des expériences enrichissantes et valorisantes. Je n'avais jamais aussi bien compris mes règles de grammaire que lorsque je devais planifier une leçon pour les expliquer à un autre étudiant. Voir le progrès que mes aidés avaient fait en quelques mois me faisait chaud au coeur et j'étais énormément fière d'eux. Cela me motivait à investir temps et effort dans l'enseignement. En décembre, on m'a offert un poste de tutrice pour le semestre suivant et je n'ai plus jamais quitté le CAF depuis! Je trouve que c'est un service essentiel qui permet à des étudiants de partager leurs connaissances et leurs habiletés à des personnes qui en bénéficient grandement. Cela permet à des étudiants qui ont des difficultés en français d'en discuter avec de gens de leur âge qui vivent la même réalité qu'eux. C'est, selon moi, une formule gagnante. »

Vanessa, monitrice de langue au CAF et étudiante en quatrième année en éducation - majeure en études françaises

 

Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Partager
Accueil  |  Urgence  |  Assistance technique © 2019, Université de Moncton. Tous droits réservés.