Campus de Moncton

Nouvelles du campus

 
Des cellules cérébrales en forme d’étoile font la lumière sur le lien entre consommation de cannabis et sociabilité
Des cellules cérébrales en forme d’étoile font la lumière sur le lien entre consommation de cannabis et sociabilité
Mercredi 08 Juillet 2020

Des travaux d’Etienne Hébert Chatelain, professeur au Département de biologie de l’Université de Moncton et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en signalisation mitochondriale, ont mené à la publication de l'article « Glucose metabolism links astroglial mitochondria to cannabinoid effects » (en anglais seulement) dans la prestigieuse revue Nature. La consommation de cannabis peut mener à des changements comportementaux et notamment à une réduction des interactions sociales chez certains individus. Pour mieux comprendre le phénomène, le professeur Etienne Hébert Chatelain, en tant que membre d’une équipe de recherche internationale, a identifié pour la première fois chez la souris les mécanismes cérébraux qui sous-tendent la relation entre cannabis et diminution de la sociabilité. Une exposition régulière au cannabis pourrait avoir un impact délétère sur la sociabilité. Chez certains consommateurs, des études montrent qu’elle entraînerait un repli sur soi et une diminution des interactions sociales. Toutefois, le réseau cérébral et les mécanismes impliqués dans cette relation n’étaient pas bien connus jusqu’ici. Afin d’en apprendre plus sur le sujet, Etienne Hébert Chatelain de l’Université de Moncton, Giovanni Marsicano du Neurocentre Magendie (Université de Bordeaux, en France) et Arnau Busquets-Garcia (Hospital del Mar Medical Research Institute, Barcelone, en Espagne) se sont alliés avec les chercheurs Juan Bolaños et Daniel Jimenez-Blasco de l’université de Salamanque, en Espagne. Plus largement, leurs travaux visent à améliorer les connaissances sur le fonctionnement des récepteurs cannabinoïdes (les récepteurs cérébraux qui interagissent avec les composés chimiques du cannabis). Dans leur étude publiée dans le journal Nature, les chercheurs montrent qu’après une exposition au cannabis, les changements comportementaux liés à la sociabilité interviennent à la suite de l’activation de récepteurs cannabinoïdes spécifiques, localisés dans des cellules du système nerveux central appelées astrocytes dont la forme rappelle celle d’une étoile. Récepteurs cannabinoïdes et mitochondries Ces résultats sont le fruit de travaux remontant à près d’une décennie. En 2012, Giovanni Marsicano et son équipe avaient en effet fait une découverte surprenante : les récepteurs cannabinoïdes ne sont pas seulement présents sur la membrane des cellules, comme on le croyait jusque-là. Certains de ces récepteurs sont également localisés sur la membrane des mitochondries, les organelles intracellulaires dont le rôle est de fournir aux cellules l’énergie dont elles ont besoin. Cette nouvelle étude intervient après l’identification par l’équipe de récepteurs cannabinoïdes localisés sur la membrane des mitochondries présentes dans les astrocytes. Entre autres fonctions, ces cellules jouent un rôle très important dans le métabolisme énergétique du cerveau. Elles captent en effet le glucose dans le sang et le métabolisent en lactate, qui agit comme une « nourriture » pour les neurones. « Étant donné l’importance des astrocytes et de l’utilisation de l’énergie pour le fonctionnement cérébral, nous avons voulu comprendre le rôle de ces récepteurs cannabinoïdes bien particuliers, et les conséquences sur le cerveau et sur le comportement lorsqu’ils sont exposés au cannabis », expliquent les chercheurs. Les chercheurs ont alors exposé des souris au cannabinoïde THC, le principal composé psychoactif du cannabis. Ils ont observé que l’activation persistante des récepteurs cannabinoïdes mitochondriaux situés dans les astrocytes entraînait une cascade de processus moléculaires menant à un dysfonctionnement du métabolisme du glucose dans les astrocytes. En conséquence, la capacité des astrocytes à transformer le glucose en « nourriture » pour les neurones était réduite. En l’absence d’apports énergétiques nécessaires, le fonctionnement des neurones était compromis chez les animaux, avec un impact délétère sur le comportement. Les interactions sociales étaient notamment diminuées, et ce, jusqu’à 24 h après l’exposition au THC. « Notre étude est la première à montrer que la baisse de sociabilité parfois associée à la consommation de cannabis est la conséquence d’une altération du métabolisme du glucose dans le cerveau. Elle ouvre aussi de nouvelles pistes de recherche pour trouver des solutions thérapeutiques afin de pallier certains des problèmes comportementaux résultant d’une exposition au cannabis. En plus, elle révèle l’impact direct du métabolisme énergétique des astrocytes sur le comportement », précisent les chercheurs. À l’heure où le débat autour du cannabis thérapeutique revient sur le devant de la scène, les chercheurs estiment aussi que ce type de recherche est nécessaire pour mieux comprendre la manière dont les différents récepteurs cannabinoïdes de l’organisme interagissent avec la drogue, et si certains d’entre eux sont particulièrement associés à des effets délétères. De tels travaux permettraient en effet d’assurer une prise en charge optimale pour les patients qui pourraient avoir recours à ce type de thérapie.

Lire la suite
La passerelle menant à la 3<sup>e</sup> année du baccalauréat en science infirmière maintenant plus accessible
La passerelle menant à la 3e année du baccalauréat en science infirmière maintenant plus accessible
Mardi 07 Juillet 2020

L’École réseau de science infirmière de l’Université de Moncton, chef de file dans la formation infirmière en français au Canada atlantique, annonce que sa passerelle, permettant aux infirmières et infirmiers auxiliaires de poursuivre leurs études au baccalauréat, sera plus accessible dès l’année universitaire 2020-2021. En effet, les critères d’admission ne se limitent plus seulement aux infirmières et infirmiers auxiliaires gradués du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick, mais bien à l’ensemble des infirmières et infirmiers auxiliaires détenant un permis de pratique et qui ont cumulé au moins 900 heures d’expérience de travail. « Nous sommes très heureux d’annoncer ces changements, affirme Suzanne Harrison, directrice de l’École réseau de science infirmière de l’Université de Moncton. Nous avons entre autres fait l’ajout de trois journées de simulation clinique et éliminé deux cours théoriques. En assouplissant les critères d’admission, nous espérons attirer plus de candidates et candidats et ainsi pallier le manque d’infirmières et infirmier immatriculés dans la province. » Offerte aux trois campus de l’Université de Moncton, la passerelle est d’une durée de deux sessions universitaires à temps complet. Elle est aussi offerte à temps partiel, s’étalant alors sur plusieurs sessions. Suite à la passerelle, les candidates et les candidats admissibles rejoignent les étudiantes et les étudiants de troisième année au baccalauréat en science infirmière. Pour plus d’information, prière de communiquer avec l’École de science infirmière par courriel à l’adresse scinf@umoncton.ca.

Lire la suite
La Faculté d’ingénierie dévoile l’Ancien de l’année 2020 et les récipiendaires de prix étudiants
La Faculté d’ingénierie dévoile l’Ancien de l’année 2020 et les récipiendaires de prix étudiants
Mardi 30 Juin 2020

C’est lors d’un banquet virtuel le 26 juin dernier que le doyen de la Faculté d’ingénierie, Gabriel Cormier, a dévoilé l’identité de l’Ancien de l’année 2020 et des récipiendaires des prix étudiants. Gilles Gagnon, a été nommé Ancien de l’année 2020. M. Gagnon a obtenu son baccalauréat ès sciences (génie industriel) de l’Université de Moncton en 1990. Il travaille à Michelin Amérique du Nord (Canada) Inc. depuis près de 30 ans. Il a occupé plusieurs rôles au sein de cette entreprise et est présentement responsable de production à l’usine Michelin de Waterville, en Nouvelle-Écosse. Le prix de la finissante ou du finissant de la promotion 2020 a été décerné à Émilie Landy, du programme de génie mécanique. Mme Landry s’est démarquée par son engagement étudiant tout au long de son baccalauréat. Le prix d’excellence pour l’engagement étudiant 2020 a été décerné à Charles Rand, finissant au programme de génie mécanique. Damien Larocque a obtenu le prix de meilleur rendement universitaire de la promotion 2020. M. Larocque est finissant au programme de génie électrique. Megane Consolatrice Ware, génie électrique (3e année), a reçu le Prix Duc T. Phi 2020. Alexis Gauvin, génie mécanique (3e année), a pour sa part reçu le Prix Victor Ross 2020 et le Prix Noyan Turkkan 2020. L’année 2019-2020 marque le 50e anniversaire de la première remise des diplômes en ingénierie de l’Université de Moncton et le 30e anniversaire des diplômes en génie mécanique. La Faculté d’ingénierie offre les programmes de génie civil, de génie électrique et de génie mécanique. Au total, 55 finissantes et finissants ont obtenu leurs diplômes en 2020, soit 52 au baccalauréat et trois à la maîtrise.  

Lire la suite