Campus d'Edmundston

 

Nouvelles du campus

 
Remise de joncs de l’IFC à dix étudiantes et étudiants de l’UMCE
Remise de joncs de l’IFC à dix étudiantes et étudiants de l’UMCE
Vendredi 09 Avril 2021

Trois finissantes et sept finissants de l’École de foresterie de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE), ont enfilé leur jonc d’argent de l’Institut forestier du Canada (IFC) en direct lors d’une cérémonie virtuelle présentée le 8 avril. Il s’agit de Michaël Deschênes-Giroux, de Bécancour (Québec), de Nicolas Girard, de Quispamsis (N.-B.), de Patricia Girard, de Chibougamau (Québec), de Serge Martin, de Saint-Léonard (N.-B.), de Naomi Mc Mahon, de Cookshire-Eaton (Québec), de Pierre-Luc Michaud, d’Edmundston (N.-B.), de Mikaël Pelletier, d’Edmundston (N.-B.), de Delphine Remy, de Saint-Charles-sur-Richelieu (Québec), de Vincent Rioux, de Bedford (N.-É.) et d’Alexandre Trottier-Deschênes, de Roberval (Québec). La remise des joncs est gérée par l’IFC depuis 1967. Dans le cadre de cette activité, les finissantes et finissants des sept universités canadiennes offrant un baccalauréat dans plusieurs domaines reliés à la foresterie reçoivent un jonc identique soulignant leur appartenance au groupe diversifié des professionnels de la forêt. Habituellement, la remise des joncs est faite en présentiel à Fredericton aux étudiantes et étudiants finissants de l’École de foresterie de l’UMCE ainsi qu’à celles et ceux de la Faculty of Forestry and Environmental Management de la University of New Brunswick. Les deux dernières remises n’ont pu avoir lieu dans la capitale provinciale en raison des contraintes liées à la pandémie de la COVID-19. La cérémonie virtuelle de jeudi soir avait un cachet particulier. Les finissantes et finissants avaient reçu leur jonc par la poste et ils ont défilé à la caméra à tour de rôle pour mettre leur jonc d’argent à l’auriculaire. « Puisque le coronavirus s’est invité dans nos vie, nous célébrons aujourd’hui de façon virtuelle, un peu à la façon dont l’année universitaire s’est passée et que nous avons vécue ensemble. Il faut dire que la forêt et la nature nous apprennent constamment à être résilients et nous rappellent que nous avons la capacité de nous adapter, comme c’est le cas pour notre cérémonie », a mentionné la vice-rectrice de l’UMCE, Madeleine Dubé. « Je tiens à féliciter les étudiantes et étudiants qui sont sur le point de terminer leurs études de baccalauréat en aménagement des forêts, a pour sa part souligné le directeur de l’École de foresterie, Michel Soucy. C’est un programme long et exigeant et, honnêtement, il n’est pas donné à tout le monde de vous rendre où vous êtes présentement. Le programme vous aura bien préparé à un emploi dans le secteur forestier. Vous allez faire une différence pour la société et l’environnement. » À noter que le nom de la personne gagnante de la médaille d’or de l’IFC sera dévoilé à l’occasion de la collation des grades virtuelle de l’UMCE le mois prochain.   Renseignements :    Hugues Chiasson, coordonnateur des communications à l'UMCE (506 737-5034 - b

Lire la suite
UMCE : Valérie Courtois proclamée « Grande diplômée » de l’École de foresterie
UMCE : Valérie Courtois proclamée « Grande diplômée » de l’École de foresterie
Vendredi 09 Avril 2021

Valérie Courtois, ingénieure forestière qui se spécialise dans les enjeux autochtones, l’écologie forestière et la gestion et planification écosystémique et qui exerce une influence inestimable au Canada et en Amérique du Nord, a été proclamée « Grande diplômée » de l’École de foresterie de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston. L’annonce a été faite à l’occasion d’une grande cérémonie virtuelle, le jeudi 8 avril, au cours de laquelle l’École de foresterie a également présenté les récipiendaires des joncs d’argent de l’IFC (voir autre texte). L’École, qui célèbre ses 35 ans d’existence, a donc jeté son dévolu sur madame Courtois, diplômée du baccalauréat en sciences forestières de l’UMCE en 2002. Le prix de la « Grande diplômée » ou du « Grand diplômé » de l’École de foresterie est accordé afin de souligner le mérite exceptionnel d’une diplômée ou d’un diplômé s’étant brillamment illustré au cours de sa carrière. Il est attribué à la diplômée ou au diplômé qui, par son activité professionnelle et sa contribution à la société, a fait honneur à l’École et à la profession forestière. L’envergure de sa carrière, le rayonnement dans sa communauté, ou à l’échelle provinciale, nationale et internationale constituent également des critères de sélection pour l’obtention de ce prix. Valérie Courtois est membre de la communauté innue de Mashteuiatsh, sur les berges du Pekuakami ou le lac Saint-Jean. Elle demeure à Happy Valley – Goose Bay, au Labrador. Sur le plan professionnel, elle a agi comme conseillère en foresterie pour l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, directrice du bureau de l’environnement du Innu Nation et consultante en certification forestière et en planification forestière. Depuis 2009, elle travaille avec la campagne internationale de conservation de la forêt boréale, et est, depuis 2012, la directrice de l’Initiative de leadership autochtone (www.ilinationhood.ca). En 2007, madame Courtois a reçu le prix James M. Kitz, de l’Institut forestier du Canada, pour ses contributions en début de carrière à la profession de foresterie. En plus de son travail professionnel, Valérie Courtois est aussi passionnée de la photographie et plusieurs de ses images ont été publiées. Elle siège au conseil d’administration de la Corporation du Mushuau nipi. Deux amis et collègues, Serge Ashini Goupil et Michèle Audette, ne se sont pas fait prier pour faire l’éloge de celle qu’ils appellent affectueusement « la femme caribou » en raison de ses efforts menés pour protéger cet animal. « Valérie est une personne très humble, douce, et patiente qui ne cherche pas à briller, ont confié ses amis. Elle apporte une tranquillité lors des rencontres. Elle a une capacité de convaincre hors de l’ordinaire tout en douceur. Elle est fière de son héritage et de ses racines. Elle a brisé des plafonds de verre plusieurs fois, toujours avec grâce et humilité. Elle élève les autres autour d’elle. Elle est une encyclopédie de connaissances. Ses projets réussissent parce qu’elle y croit. Elle donne son temps à la société. La rivière George, située dans le Nord québécois, a une grande importance pour Valérie, si bien qu’elle y retourne annuellement. » « Merci beaucoup pour cette reconnaissance, c’est touchant, s’est exclamée Valérie Courtois, très émue lors de la présentation virtuelle. J’aimerais particulièrement remercier mes professeurs, mes collègues de classe, l’administration de l’Université, et particulièrement deux de mes anciennes professeures, Lise Caron et Nancy Gélinas, de qui j’ai beaucoup appris. » La vice-rectrice de l’UMCE, Madeleine Dubé, a tenu à féliciter la récipiendaire. « Valérie, nous sommes fiers de t’honorer. Nous te souhaitons une belle et longue carrière. Merci d’être une ambassadrice du campus d’Edmundston aux yeux des étudiantes et étudiants en foresterie qui voient en toi une femme très inspirante », a déclaré Mme Dubé. Comme cadeau, la vice-rectrice a laissé savoir aux participantes et participants de la cérémonie que Valérie Courtois recevra une toile au fusain représentant un caribou dans son environnement naturel peinte par l’artiste Marie-Andrée Cyr, de Saint-Basile. « Valérie, le caribou est un animal qui t’est cher, tout comme aux différentes communautés de Terre-Neuve-et-Labrador. Tout comme le caribou, tu (Valérie) n’a pas peur de parcourir de grandes distances pour te réaliser dans ton travail et dans ta vie professionnelle et personnelle. Toi aussi, tu n’as pas peur de traverser les frontières », a expliqué Madeleine Dubé en précisant que le caribou est le seul cervidé à porter des bois, tant chez la femelle que le mâle, ce qui, en utilisant cette analogie, représente un symbole d’équité entre les hommes et les femmes et entre les peuples autochtones et non autochtones. Aux futures étudiantes et étudiants de l’École de foresterie de l’UMCE, Valérie Courtois n’avait que de bons mots de recommandation. « Ce que vous allez vivre au campus d’Edmundston va changer votre vie et le programme vous prépare pour votre futur. Nous avons besoin de plus de professionnels en foresterie, en particulier d’étudiants autochtones ». Valérie Courtois est une femme d’action qui a su bâtir des argumentaires pour convaincre le gouvernement fédéral pour investir dans des projets de l’ordre de 25 millions de dollars. Des personnalités mondiales connues, comme l’acteur Harrison Ford et le réalisateur James Cameron, ont cru et investi dans ses idées et ils souscrivent aux fondements des Gardiens pour la Terre, un mouvement qui célèbre et soutient les gardiens autochtones. Lors de son 25e anniversaire en 2010, l’École de foresterie de l’UMCE décernait le tout premier prix du « Grand diplômé » à Alain Laplante, de Saint-Jacques.   Source :                    Hugues Chiasson, coordonnateur des communications à l'UMCE (506-737-5034 - b)

Lire la suite
L’expo-sciences régionale du Nord-Ouest fait connaitre ses gagnantes et gagnants
L’expo-sciences régionale du Nord-Ouest fait connaitre ses gagnantes et gagnants
Jeudi 01 Avril 2021

Aucune pandémie ne saurait vaincre le courant de la science. Au contraire, le mouvement scientifique est là pour rester et la combattre! C’est ce qui a été démontré ce matin lors de la remise des prix de l’expo-sciences régionale du Nord-Ouest présentée de façon virtuelle par un comité organisateur dynamique et orchestrée une fois de plus par l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE). Un total impressionnant de 96 projets réalisés par 125 élèves de la maternelle à 9e année du District scolaire francophone du Nord-Ouest ont été soumis à une équipe de juges indépendante. Voici la liste des gagnantes et gagnants (on peut regarder la vidéo de la cérémonie sur la chaine YouTube : https://youtube.com/c/campusedmundston). À noter que les deuxièmes et premières positions des élèves de la 6e à la 9e années ont mérité un laissez-passer pour l’expo-sciences provinciale francophone qui sera diffusé plus tard en avril en mode virtuel par l’UMCE. La compétition nationale, qui aura également lieu en ligne en mai, sera supervisée par un comité organisateur d’Ottawa. Maternelle 3e position - Félix Cyr, école Notre-Dame d’Edmundston 2e position - Henri Ouellette, École communautaire Ernest-Lang de Saint-François-de-Madawaska 1re position - Mathis Caron, École régionale Saint-Basile 1re année 3e position - Anna Rouleau, école Saint-Jacques 2e position - Léanne Gagnon et Élodie Gagnon, École communautaire Saint-Joseph 1re position - Sophie Morin, Carrefour de la jeunesse d’Edmundston         2e année 3e position - Alice Munisamy, école Saint-Jacques 2e position - Yasmine Bendouah, Élémentaire Sacré-Cœur de Grand-Sault 1re position - Sébastien Gagnon, école Notre-Dame d’Edmundston 3e année 3e position - Alexa Bellefleur, Élémentaire Sacré-Cœur de Grand-Sault 2e position - Léa-Rose Lefevre et Émilie Leclair, école Mgr-Martin de Saint-Quentin 1re position - Jo-Ève Ruest et Ève Caron, École communautaire Saint-Joseph 4e année 3e position - Maxime Gagnon-Bossé, école Mgr-Martin de Saint-Quentin 2e position - Loïk Lebel, école Saint-Jacques 1re position - Maxime Bellavance et Nicolas Bellavance, école Notre-Dame d’Edmundston 5e année 3e position - Jolène Therrien, Carrefour de la jeunesse d’Edmundston 2e position - Marilou Boutôt, Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska 1re position - Marie-Pier Pelletier, école Grande-Rivière de Saint-Léonard            6e année Vulgarisation 2e position - Maïka Ouellet, École régionale Saint-Basile 1re position - William O’Brien, école Mgr-Martin de Saint-Quentin 6e année Expérimentation 2e position - Jasmine Bossé et William Bérubé, Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska 1re position - Tamilie Sirois, école Grande-Rivière de Saint-Léonard 7e année Vulgarisation 2e position - Lorie Lebel, école Saint-Jacques 1re position - Isabelle Durepos, polyvalente Thomas-Albert de Grand-Sault 7e année Expérimentation 2e position - Raphael Cyr et Olivier St-Jean, Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska 1re position - Chloé Daigle, école Saint-Jacques 7e année Conception 1re position - Samuel Bossé et Gabriel Bossé, École communautaire Saint-Joseph 8e année Vulgarisation 2e position - Jolène Rossignol, Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska 1re position - Yassine Rahbaoui, école Notre Dame d’Edmundston 8e année Expérimentation 2e position - Alexandra Deschênes et Zoé Caron, École communautaire Saint-Joseph 1re position - Jasmine Levesque, Carrefour de la jeunesse d’Edmundston 9e année  Rassim Ahmia, Cité des jeunes A.-M.-Sormany d’Edmundston Des prix ont été décernés concernant des projets de promotion de santé. Les élèves gagnants sont Jolène Therrien (Carrefour de la jeunesse d’Edmundston), Francis St-Onge (École régionale Sainte-Anne), Jasmine Levesque (Carrefour de la jeunesse d’Edmundston) et Jolène Rossignol (Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska). Par ailleurs, la plateforme d’apprentissage technologique et expérimental pratique, Labos créatifs, a remis ses premiers prix aux quatre élèves et école suivants : Chloé Martin (école Saint-Jacques – prix Mbot), Chelsea Cyr (École communautaire Saint-Joseph – prix Makey Makey), Marayne Boulay (École communautaire Ernest-Lang de Saint-François-de-Madawaska – prix Makey Makey), Colby Tardif (école Grande-Rivière de Saint-Léonard – prix Makey Makey) et école Mgr-Martin de Saint-Quentin (imprimante 3D). La vice-rectrice de l’UMCE, Madeleine Dubé, la directrice exécutive à l’apprentissage au DSFNO, Louise Morin, et le responsable de l’expo-sciences régionale du Nord-Ouest, Charles-Oneil Crites, ont tour à tour pris la parole pour remercier les participantes, participants ainsi que les bénévoles et collaborateurs qui ont assuré la réussite du concours. La doyenne des études de l’UMCE, Pierrette Fortin, et l’agente communautaire et culturelle au DSFNO, Heidi Martin, ont procédé à la lecture des noms des gagnantes et gagnants. L’annonce des prix de projets Santé a été faite par France Chassé, professeure en science infirmière à l’UMCE, et ceux des Labos créatifs par Natacha Vautour, codirectrice du programme des Labos créatifs au Nouveau-Brunswick. Le comité organisateur désire remercier les partenaires du projet : l’UMCE et son secteur des sciences, le DSFNO, les Chevaliers de Colomb – conseil 1932 et les Labos créatifs.   Source : Hugues Chiasson, coordonnateur des communications à l’UMCE (506 737-5034 – b)

Lire la suite