Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Mardi 26 Février 2019

Mardi 26 Février 2019

Les Vendredis midis de l’IEA avec Patrick Noël


Patrick Noël
Agrandir l'image
Le vendredi 15 mars, de 12 h à 13 h, au local 178 de la Bibliothèque Champlain, l’activité Les Vendredis midis de l’IEA aura lieu avec Patrick Noël, professeur adjoint à l’Université de Saint-Boniface. La présentation s’intitulera « De quoi l’histoire est-elle le nom ? Réflexions sur l’Acadie historiographique ». Il s'agira de la 11e conférence Jean Daigle. Il sera également possible de visionner la présentation en direct sur la chaîne YouTube de l’Institut d'études acadiennes (IEA).

Description de la présentation :

La notion d’histoire est polysémique. Cette polysémie donne toute sa raison d’être à la théorie de l’histoire. Au cours de cette conférence, M. Noël tentera d’illustrer la polysémie de la notion d’histoire en s’arrêtant sur le discours réflexif des historiennes et historiens acadiens. La réflexivité historienne en Acadie, depuis les années 1970, a des traits similaires à celles d’autres espaces. Elle est un discours sur la pratique inséparablement théorique et historiographique. Le discours que les historiennes et historiens de l’Acadie tiennent sur leur savoir se caractérise tant par un souci empirique les portant à s’intéresser à son passé et à son devenir que par un souci plus normatif et prescriptif cherchant à définir ses fondements ou à programmer et juger son exécution. Aussi, peut-on rendre compte de l’exercice historiographique en Acadie à l’aide de trois grandes catégories non mutuellement exclusives constituant les fonctions qui la définissent. Il peut prendre la forme de recherches de fond s’appuyant sur une documentation pour examiner le passé de l’historiographie acadienne en vue de comprendre sa genèse, d’élucider ses rapports horizontaux à la société — la contextualiser — ou de cerner ses mutations verticales dans le temps (l’histoire de l’histoire). L’exercice historiographique se confond ici avec la démarche historienne. Plus souvent, la réflexivité historienne s’incarne dans des bilans historiographiques où les historiennes et historiens déterminent les tendances de la recherche en vue de définir ses lacunes et d’ouvrir de nouveaux chantiers à défricher ou de proposer de nouvelles approches (la programmation méthodologique). La principale fonction de la réflexivité historienne en Acadie est en effet de rendre compte — au second degré — de la production historique. Or, les historiennes et historiens parlent plus souvent du savoir effectué — la connaissance du passé — que du savoir in abstracto. Il reste qu’ils se sont, comme l’ensemble des historiennes et historiens, prononcés sur les questions fondamentales de leur savoir reliées notamment à la dialectique passé/présent qui le caractérise (la réflexion épistémologique). Bref, à travers l’exercice historiographique, les historiennes et historiens mettent en perspective historique leur savoir, le commentent et programment et, enfin, le théorisent. À travers ces activités, ils nomment l’histoire comme connaissance, comme forme de rationalité spécifique.

À propos de Patrick Noël :

Acadien originaire de Beresford, au Nouveau-Brunswick, Patrick Noël détient depuis 2006 un baccalauréat ès arts (spécialisation en histoire) de l’Université de Moncton et depuis 2014 un doctorat en théorie de l’histoire de l’Université Laval. Il est professeur adjoint d’histoire au département des sciences humaines et sociales de l’Université de Saint-Boniface depuis 2015. Ses recherches portent sur la théorie de l’histoire qu’il aborde à travers des perspectives croisant l’histoire de l’historiographie et l’épistémologie. Il est l’auteur de plus d’une trentaine de communications scientifiques et compte à son actif une vingtaine de publications arbitrées, notamment dans la Revue d’histoire de l’Amérique française, le Bulletin d’histoire politique, la revue Recherches sociographiques, la revue Conserveries mémorielles, la Revue de l’Université de Moncton, la revue Science et Esprit ainsi qu’aux Presses de l’Université Laval. Depuis septembre 2017, il est le président de l’ACFAS-Manitoba et, depuis septembre 2018, l’éditeur francophone de la revue Acadiensis.

Cette présentation est le fruit d'une collaboration entre l'IEA et le Département d'histoire et de géographie.

Bienvenue à toutes et à tous!

Source Direction des communications, des affaires publiques et du marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -

Retourner aux nouvelles