Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Vendredi 09 Août 2019

Vendredi 09 Août 2019

Hommage à son Honneur Jocelyne Roy Vienneau par le vice-recteur de l'UMCS, Sid Ahmed Selouani, lors de la cérémonie des funérailles du 8 aout 2019

Jocelyne, mon amie,

En ces douloureuses circonstances, j’ai l’insigne honneur de te rendre hommage. J’aurais préféré ne pas avoir à le faire, car j’aurais aimé, chère amie, continuer à être comblé par la grâce de ta présence. Mais, je dois m’y résoudre, c’est ta présence spirituelle qui nous accompagnera dorénavant, chacun et chacune de nous ici rassemblés, pour le reste de notre voyage d’ici-bas.

Au-delà de la douleur incommensurable, de l’incompréhension somme toute humaine qui accompagnent la perte aussi cruelle qu’imprévue d’un être cher, j’aimerais au nom de la communauté universitaire, des personnes qui t’ont connue, et qui ont eu le privilège de te côtoyer, exprimer tout d’abord notre plus vive sympathie et nos condoléances les plus sincères à ta famille et tes proches; je m’attèlerai ensuite à la tâche quasi impossible qui consiste à circonscrire en quelques instants l’étendue de ton œuvre de vie si magistrale.

Jocelyne l’universitaire était une personne engagée, ayant à cœur son institution, je peux témoigner comme beaucoup d’autres à quel point aucun obstacle feint ou réel ne pouvait la dissuader d’aller chercher le meilleur pour son milieu et sa communauté. Je garderai d’elle la joie immense ou plutôt la jubilation qu’elle manifestait lorsqu’on lui annonçait l’obtention d’une nouvelle subvention de recherche professorale ou l’acceptation du financement d’un projet de développement. À travers son expression verbale et non verbale, on sentait qu’elle était finalement beaucoup plus heureuse que les récipiendaires eux-mêmes car elle était certainement derrière ces succès.

Ses accomplissements majeurs ont façonné l’image d’un campus moderne favorisant la recherche, l’innovation et l’enseignement de qualité : que ce soit à travers la création du centre de développement de l’industrie langagière qui, aujourd’hui, emploie une dizaine de personnes établies durablement dans le nord de la province ou encore l’Observatoire économique atlantique qui fait autorité dans la veille stratégique au bénéfice de nos entreprises.

Jocelyne la pionnière était fière, elle était de cette trempe rare de personnes conjuguant humanisme et ouverture d’esprit, compétence et abnégation et qui, en définitive, marquent leur passage en faisant l’histoire. Son engagement sans faille et son militantisme discret mais non moins efficace ont façonné sa personnalité hors du commun que je qualifierai d’ouvreuses de portes. Des portes qui étaient hermétiquement closes avant qu’elle n’en trouve les clés, comme celle d’être parmi les premières femmes ingénieures francophones ou en gagnant sa place comme première femme dirigeante d’un campus collégial et universitaire, et j’en passe.

En ce sens, elle est un modèle de persévérance et de compétence, mais surtout d’intelligence mise au profit de sa communauté, de sa province et de son pays, dont en témoigne son passage remarquable comme lieutenante gouverneure du Nouveau-Brunswick. Elle figurera ainsi parmi la pléiade de personnalités acadiennes et néo-brunswickoises exceptionnelles qui ont défriché et ouvert des sentiers pour faire reculer l’ignorance et l’intolérance sous toutes leurs formes et donner à la francophonie ses lettres de noblesse. 

Jocelyne la gestionnaire était infatigable, droite dans ses bottes avec une démarche volontaire et décidée reflétant sans aucun doute sa rectitude morale irréprochable. Elle était sans complaisance lorsqu’il s’agissait de défendre les intérêts des institutions qu’elle a servies. On ne lui connait ni compromis ni compromission lorsque venait le temps de se mobiliser contre l’illettrisme, l’iniquité linguistique, l’intolérance ou la violence conjugale. Passant de la parole aux actes, Jocelyne créera au sein de la Fondation communautaire de la Péninsule acadienne le fonds Jocelyne-Roy-Vienneau au profit des Maisons de transition et d’hébergement pour femmes et enfants violentés.

Il y a dans la vie de ces moments qui ne s’effacent jamais de notre mémoire. Je me revois encore dans son bureau en cette journée d’aout 2014, lors du passage de témoin au vice-rectorat. Elle m’entretenait avec insistance et passion qui m’ont quelque peu intrigué : « Sid, me disait-elle, je compte sur toi, notre campus est membre du Conseil d’administration de la Fondation communautaire de la Péninsule acadienne et s’il y a un dossier qui me tient à cœur, c’est celui des personnes malades qui doivent se déplacer pour suivre des traitements contre le cancer et qui n’ont pas les moyens pour payer les frais encourus ». Elle me partagea ensuite avec la même ferveur un ensemble de stratégies pour user de notre influence afin de sensibiliser un organisme important à cette cause et l’intégrer à la Fondation. 

Jocelyne, mon amie,

On gardera de toi, les graines que tu as semées,
Qui germeront puis fleuriront dans les cœurs qui t’ont aimée
Tes fleurs parsèmeront les déserts de l’ignorance,
Et ton printemps fleuri défiera les hivers de l’intolérance.

Jocelyne la personne était fille, épouse, sœur, mère, grand-mère, belle-sœur, tante et une amie d’abord et avant tout. Si la véritable grandeur d’une personne est mesurée par combien d’amour elle a donné et reçu dans sa vie, eh bien, Jocelyne était une personne comblée et a comblé son entourage de la plus majestueuse des manières.

Cher Ronald, Isabelle, Cédric, Mme Goyette et famille… vous traversez une rude épreuve et l’on ne peut imaginer la souffrance qu’elle apporte. Cette épreuve est aussi la nôtre à l’Université de Moncton avec ses trois campus et de toute la communauté affligée par le départ de notre chère Jocelyne.

Ronald, tu as été témoin de ma promesse faite à toi et Jocelyne lorsque nous visitions le chantier du projet de cohabitation collège-université à Shippagan qui lui était si cher, celle de vous faire une visite privée une fois l’infrastructure terminée. La promesse tient toujours. Nous choisirons une journée où il fera beau, Jocelyne sera certainement avec nous, et je vous ferai la plus belle des visites. 

Une légende Inuit dit : « Les étoiles ne sont peut-être pas des étoiles… mais plutôt des ouvertures dans le Ciel d’où l’amour de nos disparus se disperse et nous illumine pour nous faire savoir qu’ils sont là et qu’ils sont heureux ».

Le décès de Jocelyne, une personne d’exception, laisse un vide immense, mais aussi un héritage moral considérable. Nous sommes toutes et tous porteurs de cette flamme qu’elle a allumée dans nos cœurs… Jamais nous ne l’oublierons et Jocelyne vivra en nous pour toujours… 

Bon courage…

 

Source Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -

Retourner aux nouvelles