Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Vendredi 17 Mai 2019

Vendredi 17 Mai 2019

De Mirabel à Shippagan – Karine St-Pierre-Desjardins vit son rêve!


Karine et sa petite famille.
Agrandir l'image
Bien que l’Université de Moncton, campus de Shippagan (UMCS), reçoive régulièrement des étudiantes et étudiants du Québec, le parcours de Karine St-Pierre-Desjardins est spécial. En 2017, Karine arrive à Shippagan, mais elle n’était pas seule. Ses projets d’études en gestion de l’information allaient engendrer un changement de vie radical pour Karine et sa petite famille.

« Je viens de Mirabel, au Québec, une grande ville de la région des Laurentides. En 2013, à 22 ans, je suis retournée aux études pour faire mon DEC en Techniques de la documentation au Collège Lionel-Groulx. Ça m’a pris du temps à trouver ce que je voulais faire de ma vie. Pendant la première année, au retour des fêtes, j’ai appris la plus grande nouvelle de ma vie, j’attendais un bébé. Je suis persuadée que ma fille est la raison qui m’a amenée à Shippagan », mentionne Karine.

À la suite de cette pause afin de prendre soin de sa petite, Karine fait un retour aux études et obtient son diplôme en techniques de la documentation en juin 2017. « C’est lors d’une visite au Cégep de Monique Gallant, agente de promotion, que j’ai appris l’existence de l’entente DEC/BAC entre le Collège Lionel-Groulx et l’Université Moncton. Je sentais que ma formation en documentation n’était pas complète et quand on m’a présenté le programme en gestion de l’information, j’ai su que c’était ce que je voulais faire. » On lui présente alors le campus et la ville de Shippagan. « Je suis tombée sous le charme de cette petite ville d’environ 2 000 habitants à plus de 1 000 km de chez moi et sur le bord de l’eau. Quand l’agente de promotion a demandé s’il y avait des personnes intéressées, j’ai tout de suite levé ma main. C’était clair, je devais aller à Shippagan!

Il n’était pas question que je laisse ma famille derrière moi pour aller étudier dans une autre province. À ma grande surprise, mon conjoint a tout de suite accepté de me suivre dans cette aventure. Après des mois de planification, nous mettions les pieds officiellement à Shippagan le 26 aout 2017! »

Notre vie à Shippagan
 
« Je dois avouer que le temps passe vite, tellement vite! Je ne peux pas croire que j’ai déjà terminé ma formation. J’aime beaucoup vivre à Shippagan, les gens sont accueillants et nous avions grandement besoin de sortir de la grande ville, ma famille et moi. Nous profitons au maximum de l’endroit et ma fille adore la passerelle. C’est difficile d’être loin de ma famille et je m’ennuie beaucoup, mais c’est une expérience qui a changé ma vie!

Honnêtement, j’étais un peu inquiète pour ma fille qui avait deux ans à notre arrivée. Je l’ai sorti de sa garderie au Québec et j’ai chamboulé sa vie pour réaliser un de mes rêves. Nous avons dû nous installer rapidement et faire tous les changements de nos papiers. Devenir résidents du Nouveau-Brunswick n’a pas été chose facile.

Être maman, conjointe et étudiante à temps plein a été mon plus grand défi. Malgré tout, j’ai donné mon maximum et j’ai fait les sacrifices nécessaires pour arriver à exercer une profession que j’aime et aussi pour prouver à ma fille que tout est possible si on y met les efforts. Je suis chanceuse d’avoir un conjoint aussi compréhensif et une famille qui me soutient malgré la distance qui nous sépare. »

Quelques petites anecdotes

Karine et son conjoint ont su s’adapter rapidement à leur nouvel environnement, à la culture et aux expressions locales. « Ça m’a pris du temps à comprendre ce que l’expression « pitcher » voulait dire. Plusieurs personnes disaient ça en parlant de ma fille et, pour moi, « pitcher » veut dire de lancer quelque chose. J’étais un peu confuse, jusqu’à ce que je demande des explications.

À une autre occasion, mon voisin d’en haut a envoyé un message texte à mon conjoint et lui a demandé ce qu’il « bardassait ». Pour nous, bardasser veut dire faire du bruit et déranger. Mon conjoint se sentait mal et pensait qu’on dérangeait les voisins. Jusqu’à ce qu’il comprenne qu’on lui demandait ce qu’il faisait de bon. »

Le baccalauréat en gestion de l’information

« Le baccalauréat en gestion de l’information est ce qui manquait à ma formation collégiale. J’ai un grand intérêt pour les technologies et l’informatique. J’ai touché à plusieurs disciplines qui m’ont permis d’acquérir des connaissances qui m’aideront pour mes projets futurs. J’aime que le campus de Shippagan soit petit parce que le contact avec les professeurs est direct. C’est presque comme avoir des cours privés. »  

Et après?

« Nous prévoyons retourner au Québec l’année prochaine. Mon but est de travailler à mon compte en tant que consultante pour les PME et organismes afin de les aider à gérer l’information. J’aimerais éventuellement faire une maitrise en lien avec la gestion d’une entreprise pour aller chercher les compétences nécessaires afin de bien comprendre le fonctionnement du milieu des affaires. Je veux aussi développer mes compétences en programmation. »  


 

Source Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -

Retourner aux nouvelles