Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Nouvelles

Soyez toujours informé

Abonnez-vous dès aujourd’hui à notre infolettre pour recevoir des nouvelles ainsi que des renseignements sur des activités et des événements à venir qui se déroulent à l’Université de Moncton.

Vendredi 12 Avril 2019

Vendredi 12 Avril 2019

Réaction de l’Université de Moncton et de la University of New Brunswick face aux coupures du gouvernement provincial aux programmes de science infirmière

La déclaration qui suit est de Jacques Paul Couturier, recteur et vice-chancelier par intérim de l’Université de Moncton, et d’Eddy Campbell, président et vice-chancelier de la University of New Brunswick. Elle fait suite à la décision du ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail de supprimer près 8,7 millions $ pour le financement des programmes de science infirmière.

La suppression du financement annoncé par le ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail met fin à des ententes de financement des programmes de formation en science infirmière avec l’Université de Moncton et la University of New Brunswick qui existaient depuis 2005.

Une partie importante du financement provenant de ces ententes servait à soutenir la formation clinique associée avec la prestation des programmes de science infirmière. Un autre volet des ententes se présentait sous la forme d’un appui à nos établissements pour recruter et former davantage d’étudiantes et étudiants (financement de places supplémentaires). Divers facteurs ont fait en sorte que les nombres d’inscriptions n’ont pas atteint les cibles au cours des dernières années, ce qui explique pourquoi nos établissements n’ont pas bénéficié pleinement de cette portion du financement.

Un commentaire récent du ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail, selon lequel les ententes servaient seulement à financer des places supplémentaires pour les étudiantes et étudiants des deux établissements, est incorrect. En fait, une partie importante du financement servait à payer les coûts de la formation clinique des étudiantes et étudiants en science infirmière.

Les centaines de diplômées et diplômés en science infirmière que nos universités forment chaque année contribuent à stopper la pénurie d’infirmières et infirmiers dans la province. La décision du gouvernement d’éliminer le financement des programmes de science infirmière du Nouveau-Brunswick crée un risque significatif quant à la capacité de nos établissements d’aider à enrayer cette pénurie.

Nous sommes d’accord avec le ministre Holder lorsqu’il mentionne qu’il est important de se doter d’une stratégie de recrutement et de rétention d’infirmières et infirmiers. Nos universités se sont d’ailleurs engagées dans cette stratégie avec d’autres parties prenantes. Nous croyons également qu’une partie de la solution doit passer par un financement adéquat qui permet l’offre d’une formation universitaire de qualité pour les Néo-Brunswickoises et Néo-Brunswickois. Nous invitons le ministre à bâtir sur les forces actuelles de nos programmes de science infirmière et à travailler avec nous pour développer une solution de financement qui nous permettra de régler la pénurie d’infirmières et infirmiers.
 

Source Direction des communications, des affaires publiques et du marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -

Retourner aux nouvelles