Université de Moncton

Direction des communications, des affaires publiques et du marketing
Abonnez-vous à l’infolettre
Bookmark and Share
Jeudi 15 Mars 2018

Tenue de deux conférences prononcées par Danielle E. Cyr

La professeure Danielle E. Cyr, spécialiste des langues algonquiennes, prononcera deux conférences sur les langues innue et mi’gmaq la semaine prochaine dans le cadre de deux cours offerts par Sylvia Kasparian, professeure au Département d’études françaises de l’Université de Moncton.

Mme Cyr, chercheuse émérite à l’Université York et associée de recherche au Secrétariat Mi’gmawei Mawiomi, présentera dans le cadre du cours Les langues du monde sa conférence intitulée Les catégories de langue comme reflet de la vision du monde : l’exemple algonquien. L’événement aura lieu le mardi 20 mars de 12 h à 14 h à la salle MCH 178 de la Bibliothèque Champlain.

Voici un résumé de cette première conférence :
Les langues algonquiennes sont structurées de sorte à refléter le code de comportement, les valeurs relationnelles et la vision du monde de ce groupe culturel. Nous verrons comment les différentes catégories grammaticales de ces langues sont les véhicules d’un mode de pensée qui a longtemps échappé à notre monde occidental, par faute d’attention et de connaissance. Les exemples seront tirés principalement de la langue innue et du mi’gmaq.

Le nom : genre, nombre, obviation et composition affixale

Le verbe : ordonnancement des personnes verbales, temps, modes, aspect et structuration du récit

Ensuite, dans le cadre du cours Questions de linguistiques, dont le thème est Les langues et cultures autochtones, Mme Cyr prononcera la conférence La toponymie mi’gmaque comme archéologie du territoire le mercredi 21 mars à la salle 243 du pavillon des Arts de 13 h 30 à 15 h 30

Voici un résumé de cette deuxième conférence :
La toponymie, ou science des noms de lieux, constitue en elle-même une véritable forme d’archéologie du territoire. Depuis l’aube des temps, l’humain n’a eu de cesse de nommer les territoires qu’il découvrait, explorait et habitait. Dans les sociétés égalitaires de la préhistoire, on nommait les différents lieux importants pour la survie en fonction de leurs caractéristiques géographiques et visuelles, de leur ordonnancement les uns par rapport aux autres, des ressources qu’on pouvait y récolter et parfois aussi en fonction d’événements marquants qui servaient aussi de supports aux récits nécessaires à la transmission des savoirs.
Dans cet exposé nous allons faire parler les noms de lieux mi’gmaqs de sorte qu’ils nous racontent la longue migration des premiers humains arrivés dans le nord-est de l’Amérique du Nord, leurs premières explorations, les marqueurs de leur occupation des lieux ainsi que les savoirs qu’ils transmettent encore aujourd’hui si on leur porte attention.

Bienvenue à toutes et à tous !

Pour plus d’information ou pour confirmer votre présence afin que l’on prévoie le nombre de sièges nécessaires :

Dianne Landry
Secrétaire administrative
Département d’études françaises
506-858-4050
dianne.landry@umoncton.ca

Source : Direction des communications, des affaires publiques et du marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Urgence  |  Assistance technique © 2019, Université de Moncton. Tous droits réservés.