Université de Moncton

Direction des communications, des affaires publiques et du marketing
Abonnez-vous à l’infolettre
Bookmark and Share
Lundi 27 Février 2012

Une somme record de 80 000 $ est amassée lors du Bien-cuit Bernard-Valcourt

Les membres du comité organisateur du 16e bien-cuit de la Fondation Saint-Louis-Maillet ont frappé un grand coup en fin de semaine alors que le Bien-cuit Bernard-Valcourt a rapporté une somme inégalée de 80 000 $.

Le président, Michel McSween, était heureux d’annoncer que l’ajout de cette somme permettait à la Fondation, qui célèbre cette année son 25e anniversaire, d’atteindre et de dépasser le cap des deux millions de dollars, au grand bonheur des quelque 430 convives réunis à l’école secondaire Cité des jeunes A.-M.-Sormany d’Edmundston malgré la plus sévère tempête hivernale de la saison dans le Nord-Ouest.

La soirée de samedi dédiée à Bernard Valcourt, ministre d’État (Agence de promotion économique du Canada atlantique et la Francophonie) et député fédéral de Madawaska-Restigouche, a été à la hauteur de la renommée de l’homme politique.

M. Valcourt a subi les foudres amicales d’une équipe de rôtisseurs formée de ses filles, Annie et Édith Valcourt; de sa sœur, Martine Coulombe, ministre provinciale de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail; de Madeleine Dubé, ministre provinciale de la Santé; et de l’avocat Maurice Bourque. Marc Babineau agissait comme maître de cérémonie.

Les rôtisseurs n’ont pas manqué de rappeler les moments cocasses de la vie de l’ancien président de l’Association étudiante du Collège Saint-Louis-Maillet.

Les convives ont eu droit à de belles surprises comme les témoignages vidéo enregistrés de l’ancien premier ministre du Canada, Brian Mulroney, et du premier ministre du Québec, Jean Charest, qui ont partagé les belles années de la grande victoire du Parti progressiste-conservateur de 1984 aux côtés de Bernard Valcourt décrit comme un ami proche.

M. Mulroney a notamment rappelé le rôle prépondérant de Bernard Valcourt dans la création de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, la construction du Pont de la confédération, l’amélioration du réseau routier au Nouveau-Brunswick, la mise en œuvre du dossier du libre-échange et l’enchâssement de la Loi 88, reconnaissant l’égalité des deux communautés linguistiques officielles au Nouveau-Brunswick.

Comme le veut la tradition, la « victime » du bien-cuit a eu le dernier droit de parole. M. Valcourt en a profité pour prendre une douce revanche à l’égard des cuisiniers d’un soir.

Une grande carrière
Bernard Valcourt a été élu pour la première fois à la Chambre des communes en 1984. Il a été réélu en 1988. Il a été nommé secrétaire parlementaire du ministre du Revenu national et du ministre d’État (Sciences et Technologie) en 1984. De 1984 à 1993, il a successivement été ministre d’État (Petites entreprises et Tourisme), ministre d’État (Affaires indiennes et du Nord canadien), ministre de la Consommation et des Affaires commerciales, ministre des Pêches et des Océans, ministre de l’Emploi et de l’Immigration, et ministre désigné des Ressources humaines et du Travail.

En 1995, Bernard Valcourt a été élu député d'Edmundston à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick où il a été député jusqu'en 1999. Il a été chef de l'Opposition officielle de la province de 1995 à 1997.

Il a été réélu à la Chambre des communes en 2011 en tant que député de Madawaska-Restigouche. Le 18 mai 2011, il a été nommé ministre d’État (Agence de promotion économique du Canada atlantique) (la Francophonie).

Bernard Valcourt est avocat de formation. Il a pratiqué le droit à Edmundston où il réside toujours.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Urgence  |  Assistance technique © 2019, Université de Moncton. Tous droits réservés.