Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 02 Décembre 2008

Jules de Tibeiro en mini-conférences à l'ESN

Ici, on peut voir l'un des trois groupes qui a participé à la mini-conférence.
Agrandir l'image
Le Pr Jules de Tibeiro a été invité à animer trois causeries scientifiques dans les classes de 12e année de son collègue Simon Paquet de l'École sécondaire Nepisiguit (ESN) de Bathurst, le vendredi 14 novembre 2008.

Titre de la causerie scientifique : «OÙ SONT LES CLOCHES DE LAPLACE-GAUSS ? »

On dit que certaines mesures répétées donnent lieu à un histogramme « en forme de cloche ». C'est pourquoi, dans des manuels scolaires de physique, de biologie, de chimie ou de mathématiques, on suggère parfois aux élèves de « voir une forme de cloche » émerger d'un histogramme, là où eux voient une montagne, un tas, mais vraiment, ... pas de cloche!

L'objet cloche leur est d'ailleurs peu familier. Les cloches en fonte des cours d'école… se sont envolées il y a longtemps !

Mais que signifie « une forme de cloche » ? De quoi est-ce spécifique ? Parmi les nombreuses lois de probabilité qui constituent l'arsenal de la statistique, la loi normale occupe assurément une place de choix, tant dans la théorie que dans les applications. C'est aussi la seule loi, nous semble-t-il, qui soit connue du grand public. C'est sans aucun doute la loi de probalilité la plus importante en statistique.

C'est que la loi normale s'est imposée depuis fort longtemps à l'attention des observateurs dans les disciplines les plus diverses : physique, physiologie, génetique, chimie, biologie, ... On y rencontre partout des diagrammes de fréquence ayant approximativement l'allure d'une courbe en cloche. La quasi-universalité de ces observations, jointe à l'attrait exercé par la forme harmonieuse de la courbe, n'a pas manqué de frapper les esprits.

Supposons que l'on mesure une grandeur soumise à un grand nombre de causes de variations petites et indépendantes; on observe alors que les résultats s'accumulent autour d'une moyenne de façon symétrique et avec une fréquence qui décroît très rapidement en s'éloignant de cette moyenne. Lorsqu'on représente graphiquement ces résultats, on obtient un profil qui revient constamment : celui d'une cloche.

Dans ce plaidoyer scientifique pour la loi de Laplace-Gauss ou loi de Gauss (chez les Anglo-Saxons) ou loi normale (pour les esprits conciliants), le Pr Jules de Tibeiro a tenté d'introduire simplement cette loi à partir d'une technique de construction d'un histogramme, fondée sur la notion de proportionnalité entre les aires (surfaces) des rectangles et les fréquences relatives des classes.

Ainsi les éléves ont commencé à manipuler des probabilités (aires) à leur insu !
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.