Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 06 Mai 2008

6 mai - Adrien Bérubé a participé à l’ouvrage Franco-Amérique

Adrien Bérubé
Agrandir l'image
*** Ce document souscrit aux règles de la nouvelle orthographe ***

Communiqué de presse

- Pour diffusion immédiate -

le mardi 6 mai 2008

Adrien Bérubé a participé à l'ouvrage Franco-Amérique

MONCTON, NB - Adrien Bérubé, professeur retraité en géographie au campus d’Edmundston de l’Université de Moncton (UMCE), a participé à Franco-Amérique, un collectif d'auteurs issu de la francophonie américaine. Son article, intitulé « Acadie 101 », est tout simplement ludique et remarquable.

Sous la direction de Dean Louder et Éric Waddell, cet article vous intéressera sans doute de même que l'ensemble du livre qui traite de la présence française en Amérique ailleurs qu'au Québec.

Autrefois, les Canadiens, au sens originel du terme, ont été partout en Amérique. Ils l’ont nommée, habitée, chantée et écrite. Leurs traces subsistent toujours, même si la dimension continentale de leur civilisation a été oubliée par nombre d’entre eux. Aujourd’hui, avec la mondialisation, l’espace, la société et la politique se complexifient. La volonté indépendantiste du Québec est mise en veilleuse.

L’Acadie n’est toujours pas une réalité politique. Les Franco-américains de la Nouvelle-Angleterre n’ont pas de structure institutionnelle pour les encadrer. La place de la Louisiane s’amenuise. En même temps, le vecteur haïtien prend de l’importance au fur et à mesure que l’axe Port-au-Prince - Miami - New York - Montréal se constitue. Par ailleurs, les francophones des pays du Tiers Monde déferlent sur les grandes villes canadiennes... et américaines. Les Francos d’Amérique vivent de nouvelles réalités et font face à de nouveaux défis.

Les études et les témoignages qui sont réunis dans ce livre rappellent la richesse et le dynamisme de la présence française partout sur ce continent. Parfois, ce sont des endroits où la francité se limite à un fait d’histoire. Ailleurs, ce sont de simples lieux de mémoire où les gens se souviennent de leur héritage français, canadien ou canadien-français , sans nécessairement le faire en français, et où les sociétés historiques et généalogiques prolifèrent.

Enfin, il y a ces lieux où vivre en français est une lutte quotidienne, comme en Acadie et en Ontario, des espaces qui s’étendent le long des frontières du Québec, justement là où la francité est un fait de société, donc une force politique et économique incontestable.

Il est plus que temps de dévoiler cette magnifique face cachée de l’Anglo-America, soit la Franco-Amérique.

- 30 -

Source : Service des communications, campus de Moncton
Source : Service des communications, Campus d'Edmundston
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.