Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 07 Avril 2008

Soutenance de maîtrise par Chantal Gionet

Agrandir l'image
Le 20 mars 2008, à Moncton, Madame Chantal Gionet a présenté ses travaux de recherche réalisés dans le cadre de la maîtrise en Biologie. Madame Gionet a fait sa maîtrise sous la direction d'Elise Mayrand, professeure agrégée à l’UMCS, et de Thomas Landry, chef de Section des Écosystèmes aquatiques au Ministère des Pêches et des Océans.

La soutenance s’intitulait « Physiologie du développement et de l’hivernage chez le quahog Mercenaria mercenaria (Linné) de souches sauvage et notata ». Le quahog de souche notata, originaire des États-Unis, a été introduit au Nouveau-Brunswick en 1996 pour diversifier l’aquaculture. La souche notata montre une croissance plus rapide que la souche sauvage du Canada mais une mortalité hivernale plus élevée. Il est possible que le rejet des plus petites larves lors du tri en écloserie élimine les individus qui auraient une meilleure résistance aux conditions hivernales. D’autre part, l’étage benthique auquel les juvéniles sont transférés après la période de croissance en écloserie pourrait affecter l’utilisation et l’emmagasinage des réserves énergétiques et conséquemment la survie hivernale des animaux. Finalement, la synthèse de molécules protégeant les tissus du gel pourrait aussi influencer la survie hivernale. Les résultats ont démontré que le tri en écloserie aurait éliminé les animaux qui, à long terme, auraient eu le meilleur potentiel de croissance. Les quahogs initialement plus petits ont utilisé leurs réserves énergétiques de façon plus graduelle que les quahogs initialement plus gros et ont finalement atteint une plus grande taille que ceux-ci. D’autre part, le suivi en milieu naturel suggère que la mortalité hivernale élevée des juvéniles de la souche notata pourrait être causée en partie par une accumulation insuffisante de réserves énergétiques et de molécules cryoprotectrices. L’étage benthique auquel les juvéniles ont passé leur première saison de croissance n’a pas influencé leur survie hivernale.
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.