Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 03 Décembre 2014

André Robichaud dirige un atelier de géologie sur les roches à l’école La Passerelle de Pont-Landry

Agrandir l'image
Mme Stéphanie Kerry, enseignante à l’école La Passerelle de Pont-Landry et ancienne étudiante en éducation à l’Université de Moncton, campus de Shippagan (UMCS), a invité M. André Robichaud, professeur de géographie et de développement durable et zone côtière de l’UMCS, à animer un atelier sur les roches, le lundi 24 novembre. Les thèmes abordés étaient la météorisation, les trois grands groupes de roches, les fossiles et les spécimens géologiques de la région.

L’atelier s’est déroulé toute la matinée avec 31 élèves de deux classes combinées de 7e année. Mme Kerry, avec l’aide de deux autres membres du personnel enseignant et de l’agent communautaire, a organisé l’encadrement de l’activité, tandis que M. Robichaud a préparé huit stations présentant pour la plupart des spécimens qu’il a trouvés lui-même au cours de ses pérégrinations. Selon lui, « Cela fait longtemps que je ramasse des roches ou même des fossiles et j’en ai même apportés du temps où j’étais en France quand j’avais 10-11 ans. Des amis de mes parents nous avaient indiqué un endroit où on pouvait trouver des fossiles de dinosaures. Je n’ai récupéré que quelques fragments de coquilles d’œufs, mais ce sont probablement mes échantillons les plus précieux juste pour le souvenir que j’en ai. Les élèves aiment ce genre d’anecdote. »

Les élèves ont ainsi pu manipuler, étudier et identifier une cinquantaine de roches et fossiles sur les thèmes proposés par l’enseignante. « Mme Kerry voulait que les élèves puissent aller au-delà de la théorie et voir par eux-mêmes ce que signifient les roches, les fossiles et les processus qui les forment. Elle m’a fait part de ce qu’ils ont vu en classe et c’est à partir de cela que j’ai sélectionné des spécimens de ma collection personnelle pour montrer que ces objets ont beaucoup de choses à raconter. »

Une des stations montrait des fossiles avec une courte description (de quoi il s’agit, l’âge, etc.), et les élèves devaient en identifier trois d’entre eux. « Je crois qu’il est bien de faire travailler l’imagination des élèves, car les scientifiques doivent beaucoup utiliser leur imagination, en particulier quand ils doivent reconstituer tout un monde aujourd’hui disparu à partir de quelques cailloux. »

C’est dans l’enthousiasme général que les élèves ont aussi pu examiner des roches dont certaines sont tout à fait banales, de voir que chacune a son histoire et que ces histoires sont là à portée de la main. En effet, plusieurs échantillons ont été ramassés dans la région et plusieurs élèves ont remarqué les avoir déjà vus. Ils étaient même un peu surpris de voir là des objets dignes d’être présentés dans un atelier géologique.
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.