Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 25 Novembre 2014

Florence Ott donne une conférence sur l’œuvre des religieuses hospitalières à l’école secondaire Népisiguit de Bathurst

Les élèves de 12e année du cours d’Acadie à l’école secondaire Nepisiguit de Bathurst.
Agrandir l'image
Madame Patricia Losier, enseignante du cours d’Acadie à l’école secondaire Népisiguit, a invité, le lundi 24 novembre, madame Florence Ott, professeure du baccalauréat en gestion de l’information de l’Université de Moncton, campus de Shippagan, pour donner une conférence sur l’œuvre des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph. Il a ainsi été question de leur rôle dans les domaines de l’éducation et surtout des soins de santé francophones.

En effet, six religieuses arrivent de Montréal en septembre 1868 pour venir soigner les lépreux à Tracadie et ainsi ouvrir le premier hôpital francophone de la région. Les fondations des Hôtel-Dieu de Chatham (1869), de Saint-Basile (1873) et de Campbellton (1888) vont suivre. Ainsi, les Religieuses Hospitalières vont poser, au Nouveau-Brunswick, les assises d’un véritable réseau hospitalier avec la fondation de 12 hôpitaux sur un total de 16 établissements francophones de santé voyant le jour entre 1868 et 1966.

En 1916, elles sont aussi à l’initiative de la première école d’infirmières francophone à Campbellton sous le supériorat de sœur Belle-Isle qui profite de la venue de sœur Florence Campion de l’Hôtel-Dieu de Kingston pour former les premières religieuses et organiser la nouvelle école. Avec peu de moyens et de ressources humaines et matérielles, l’école va jouer un rôle fondateur dans le développement de la formation en soins de santé en français au Nouveau-Brunswick jusqu’à sa fermeture, en 1975. Également, en septembre 1965, l’une des leurs, Jacqueline Bouchard, sera la première directrice de l’école des sciences hospitalières de l’Université de Moncton.

Dans le domaine de l’éducation, elles vont construire l’Académie Sainte-Famille à Tracadie qui va accueillir 200 élèves pensionnaires et externes à son ouverture en 1912. Cette école est privée mais gratuite et l’enseignement donné est conforme au programme des écoles de la province. L’école offre des cours de niveau élémentaire et secondaire, plus un programme d’arts ménagers et un cours commercial bilingue, de la musique et de la peinture. La fermeture du pensionnat des garçons a lieu en 1943 à la suite de l’incendie de l’Hôtel-Dieu et celui des filles en 1966. Durant les cinquante-cinq années d’enseignement plus de 3 000 élèves vont recevoir une formation scolaire dans cet établissement.

Les élèves du cours d’Acadie ont ainsi eu un rappel historique sur les besoins en éducation mais surtout en matière de soins de santé en français. Ils ont ainsi vu le rôle important que les Religieuses Hospitalières ont joué jusqu’aux années 1960, avant que l’administration libérale de Louis J. Robichaud lance un programme d’égalité social qui restructure le système de soins de santé de la province afin d’en accroitre l’efficacité.

-30-

Information: Florence Ott, 506 336-3400 poste 3435, florence.ott@umoncton.ca
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.