Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 03 Mars 2014

Une soirée-causerie avec Maitre Michel DesNeiges à l’UMCS : Les citoyens, le droit et les enjeux écologiques du 21e siècle

L’équipe du baccalauréat en gestion intégrée des zones côtières (BGIZC) invite la population à participer à une conférence de Maitre Michel DesNeiges, fondateur de la Société pour l’avancement du droit de l’environnement du Nouveau-Brunswick (SADE) et activiste pour la défense de l’environnement depuis plus de vingt ans. La conférence aura lieu le 13 mars prochain, à 19 h, à la cafétéria de l’Université de Moncton, campus de Shippagan (UMCS). Cette conférence est organisée dans le cadre des cours Études d’impacts et évaluation du risque (GIZC3060), Résolution de conflits et animation (GIZC4030). Un gouter sera servi.

La conférence, intitulée « Les citoyens, le droit et les enjeux écologiques du 21e siècle », sera l’occasion de mieux comprendre les droits, le rôle et la place des citoyens dans les problématiques environnementales actuelles. Pour Maître DesNeiges, les questions environnementales deviendront de plus en plus importantes dans les années à venir. Il est impératif de trouver les moyens de mieux protéger les ressources naturelles et de proposer des plans pour le développement durable.

La Société pour l’avancement du droit de l’environnement est une association provinciale de juristes soucieux de protéger l’environnement et de contribuer au développement et au rayonnement du droit de l’environnement au Nouveau-Brunswick. Fondée en 2005, la SADE se démarque par sa mission qui cherche à mieux expliquer les enjeux légaux entourant la protection de l’environnement aux groupes environnementaux, aux membres du public et à différentes organisations et institutions (SADE, 2014).

Notons que depuis la fin des années 1970, il est reconnu que l’être humain dispose de droits fondamentaux lui permettant d’avoir accès à des conditions de vie satisfaisante, mais aussi du droit de disposer d’un environnement de qualité lui permettant de vivre dans la dignité et le bien-être (Déclaration de Stockholm, 1972). L’Organisation des Nations-Unies a également reconfirmé ces principes dans les années 1990 en indiquant que « chacun a le droit de vivre dans un environnement propre à assurer sa santé et son bien-être ». La Déclaration internationale de Rio (1992) indique que « les êtres humains ont le droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature ».

Les problématiques environnementales peuvent directement fragiliser l’accès à certains droits de l’homme (droits à la vie, à la dignité, à l’eau). De plus, comme l’explique le principe 10 de la Déclaration de Rio (1992), « la meilleure façon de traiter les questions d’environnement est d’assurer la participation de tous les citoyens concernés, au niveau qui convient. Au niveau national, chaque individu doit avoir dument accès aux informations relatives aux substances et activités dangereuses dans leurs collectivités, et avoir la possibilité de participer aux processus de prise de décision ». Par ailleurs, les citoyens ont également le droit de bénéficier d’accès au système judiciaire leur permettant de faire valoir les réparations nécessaires des écosystèmes dégradés. Mais qu’en est-il de ces droits et principes clés à l’heure où le développement économique impose de plus en plus de pressions sur les ressources naturelles et la qualité de nos des écosystèmes?

On constate ces dernières années au Nouveau-Brunswick, comme ailleurs dans le monde, une montée de la conflictualité en matière d’environnement, d’aménagement et d’implantation de gros projets. Il suffit de penser au cas de l’incinérateur de Belledune, au pont chaussé de la rivière Petitcodiac ou, plus récemment, à la question du gaz de schiste pour comprendre qu’il existe de réels défis et enjeux pour que les citoyens soient réellement pris en compte et pour que leurs droits soient respectés. Que révèlent ces conflits en termes de droit à l’environnement?

C’est autour de ces questionnements et à partir d’exemples concrets que Maitre Michel DesNeiges exposera le rôle de la SADE du Nouveau-Brunswick et son implication auprès de centaines de citoyens, de groupes écologistes et de municipalités. Il sera également question de la Charte des droits environnementaux pour le Nouveau-Brunswick (2005).

Pour plus d’information sur la Société pour l’avancement du droit de l’environnement du Nouveau-Brunswick : http://www.sade-els.org/fr/

Renseignements additionnels :
Anne.faure@umoncton.ca
Tél. : 506 336-3400, poste 3460

Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.