Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 24 Février 2014

Un beau partage d’expérience entre des professionnelles et les étudiantes et étudiants en loisir thérapeutique

Dans le cadre du cours GLST2301 (Loisir thérapeutique) de la professeure Selma Zaiane-Ghalia de l’École de kinésiologie et de loisir de l’Université de Moncton, les étudiantes et les étudiants ont découvert trois activités de loisir ayant des potentiels thérapeutiques reconnus. Les trois personnes invitées en classe ont fait part de leur parcours individuel qui les a amenées à choisir une activité de loisir qui leur est chère.

Laurence Marie offre depuis plusieurs années déjà des séances de musique thérapeutique et de harpe thérapeutique pour un large public allant d’enfants à besoins spéciaux, dont des enfants autistes, à des personnes âgées avec des difficultés liées à l’Alzheimer. Ayant au départ une formation en science infirmière suivie en Angleterre, Mme Marie possède également un baccalauréat en musique de l’Université de Moncton et une formation canadienne en naturothérapie et homéopathie. Voulant conjuguer santé et musique, elle est allée étudier à l’International Harp Therapy Program à San Diego, en Californie, où elle a obtenu son diplôme de praticienne de musique thérapeutique en 2001. Souhaitant aller encore plus loin dans ce domaine, elle a complété un certificat de praticienne de harpe thérapeutique vibroacoustique en 2006.

Après des études dans le domaine de l’environnement, Mireille Albert est partie se former en France à L’ARClown, puis elle a cherché encore d’autres certifications telles qu’en leadership et en yoga du rire. Pour Mireille, avec l’art du clown, il est possible de dédramatiser des situations d’incompréhension. Mireille a partagé avec la classe son expérience de l’inconfort de plus en plus important vécu par les gens au sein du monde professionnel et le besoin de dédramatiser les relations entre collègues. Elle a souligné le rôle important que vient jouer le rire et la gestuelle corporelle. Cet échange a permis une transition tout à fait naturelle avec l’importance de la danse présentée par Chantal Cadieux.

Pour sa part, Chantal Cadieux est bien connue dans la communauté pour son dévouement à la danse. Par l’entremise de sa troupe DanseEnCorps, ses ateliers et ses cours de danse, elle a eu la chance d’accompagner des jeunes à besoins spéciaux et a pu constater les bienfaits que l’art de la danse leur apporte. Mme Cadieux a souligné, elle aussi, l’importance d’être bien dans son corps et de l’apprivoiser. Elle pense qu’il y aurait un lien important entre le fait d’avoir été bercé enfant, d’avoir eu l’amour nécessaire pour l’épanouissement d’un enfant et le fait d’être bien dans son corps de jeune et d’adulte. Elle a souligné le fait qu’elle ne fait pas spécifiquement de la danse thérapeutique, mais qu’elle constate année après année les bienfaits sur les jeunes qu’elle a accompagnés.

Les participantes et les participants de même que la professeure Zaiane-Ghalia reconnaissent le dévouement des trois invités et les efforts de valorisation des bienfaits thérapeutiques des activités de loisirs qu’elles ont présentés.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.