Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 20 Janvier 2014

Florence Ott donne quatre conférences à l’école secondaire W.-A.-Losier

Classe de français de 10e année de l’école secondaire W.-A.-Losier de Tracadie-Sheila avec la professeure Danièle Losier et la conférencière Florence Ott.
Agrandir l'image
Florence Ott, professeure du baccalauréat en gestion de l’information de l’Université de Moncton, campus de Shippagan, a présenté l’histoire de l’Alsace, sa région natale, aux élèves de quatre classes de français de 10e année à l’école secondaire W.-A.-Losier de Tracadie-Sheila. Ces exposés, qui ont eu lieu le jeudi 16 janvier, ont montré aux élèves comment les Alsaciens avaient souffert durant les guerres successives qui se sont échelonnées de 1870 à 1945.

Français de cœur, les Alsaciens ont été annexés à l’Allemagne sans pouvoir décider de leur sort subissant les aléas des décisions des grandes puissances. Madame Ott a beaucoup insisté sur l’importance de la langue qui est un véhicule d’identité et de culture puisque durant ces époques les Alsaciens ont changé quatre fois de nationalité. Ils sont donc allés à l’école française puis allemande.

À la suite de la conférence, les élèves ont trouvé l’expérience enrichissante. Ils ont eu les commentaires suivants : « Nous avons appris que les Juifs ont été trop persécutés pendant la guerre, qu’il existe des accents différents du nôtre. Nous avons également été informés de la situation géographique de l’Alsace. Nous pensons que la vie à l’époque, en Alsace, était plus difficile qu’au Canada parce que les Alsaciens ont été forcés de changer leur langue à quatre reprises et ils ont également été confrontés à trois guerres. Les conflits armés ont des effets négatifs parce que des gens meurent en défendant leur pays. Des familles disparaissent ». Ils ont aimé aussi écouter la chanson d’Yves Duteil qui a composé « Dreyfus » en souvenir de ce capitaine né à Mulhouse, juif et alsacien, qui a quitté sa région pour entrer dans l’état-major de l’armée française et qui a été accusé à tort d’avoir espionné pour le compte de l’Allemagne.

L’enseignante Danièle Losier a pour sa part apprécié la manière dont la conférencière a pu rejoindre ses élèves en faisant comprendre à ces derniers une situation aux enjeux complexes. « En mariant l’aspect politique et linguistique, les élèves pouvaient plus concrètement faire le pont entre les disciplines existant dans leur horaire de cours. Merci pour la belle journée! ».

Au final, près de 80 élèves ont enrichi leurs connaissances et la conférencière a beaucoup apprécié la qualité de leur écoute et cette belle journée d’échanges et de discussions.

Florence Ott, professeure en gestion documentaire.
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.