Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 20 Février 2013

Anne Fauré, conférencière à la Journée du patrimoine du grand Tracadie-Sheila

De gauche à droite : M. Onil Comeau, ancien pêcheur de homard, Mme Anne Fauré, professeure à l’UMCS, et M. Camille Saulnier, artiste peintre.
Agrandir l'image
La professeure Anne Fauré, du baccalauréat en gestion intégrée des zones côtières de l’Université de Moncton, campus de Shippagan (UMCS), a été invitée à prononcer une conférence lors de la Journée du patrimoine du grand Tracadie-Sheila, le dimanche 17 février, à la polyvalente W.A.-Losier. La causerie, intitulée : « Le golfe du Saint-Laurent et ses luttes citoyennes : prise de conscience d’un patrimoine commun unique », aura permis d’entamer une réflexion sur le rôle clé des mouvements citoyens comme acteurs de la protection du golfe du Saint-Laurent. La richesse du golfe du Saint-Laurent a d’abord été décrite comme « un patrimoine commun constitué de l’ensemble des éléments matériels et immatériels qui concourent à maintenir et développer l’identité et l’autonomie de chacun dans le temps et dans l’espace » (Notion liée à la charte française de l’environnement, 2005). Il a d’ailleurs été question du regard éclairant fourni sur cet aspect par l’ouvrage Développement comparé des littoraux du golfe du Saint-Laurent et du Centre-Ouest français : d’hier à aujourd’hui, dirigé par Nicolas Landry, Jacques Péret et Thierry Sauzeau, édité par l’Institut d’études acadiennes et dont plusieurs professeurs de l’UMCS ont contribué à l’écriture.

Par la suite, la problématique du maintien des pratiques de pêches ou encore la protection de l’environnement, notamment par le boom des ressources naturelles (Schott Vaughan, 2012), ont été abordées sous la lorgnette des politiques publiques du développement durable des mers et des littoraux. La difficile mise en œuvre de ces dernières ainsi que les compressions régulières au sein d’organisations publiques fédérales clés auront été avancées comme un contexte favorisant l’entrée dans la conflictualité par les communautés côtières du pourtour du golfe du Saint-Laurent (Québec, Terre-Neuve-et-Labrador, Nouvelle-Écosse, Ile-du-Prince-Édouard et Nouveau-Brunswick). C’est d’ailleurs le cas des communautés côtières madeliniennes, situées au cœur du golfe du Saint-Laurent, qui aura été exposé face à l’arrivée de l’industrie gazière et pétrolière en mer à quelques kilomètres des côtes.

Les contraintes de l’action collective (Comeau, 2010) auront également permis de montrer du doigt plusieurs obstacles à la participation citoyenne (mobilisation à long terme, territoire immense, ressources inexistantes, etc.).

Finalement, la question d’un dénouement favorable de cette mobilisation aura été abordée, particulièrement en terme d’apprentissage (Batellier et Sauvé, 2011) d’un pouvoir citoyen et d’un développement durable des mers et des océans.

La causerie, présentée par Madame Fauré, s’inscrivait dans la thématique « l’eau, source de vie » choisie par le gouvernement du Nouveau-Brunswick lors de la Semaine du patrimoine 2013 et afin de souligner l’Année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau.
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.