Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 29 Janvier 2013

Activités de recherche du laboratoire LARIHS

De gauche à droite, on aperçoit Sid-Ahmed Selouani, Dominika Sebok, Soumaya Gharsselaoui, Yves Perreault, Alaidine Ben Ayed (assis) et Marton Reflavi.
Agrandir l'image
Plusieurs projets du Laboratoire de recherche en interaction humain-système impliquent la participation de stagiaires internationaux, d’étudiants et d’assistants de recherche sous la supervision du professeur Sid-Ahmed Selouani, directeur du Laboratoire.

En collaboration avec l’Institut de recherche sur les zones côtières (IRZC) et particulièrement avec Mélanie Aubé, Ph. D., deux stagiaires de l’Université de Pécs en Hongrie, Dominika Sebők et Márton Rétfalvi, ont pu développer un portail transactionnel dédié aux zones tampons de la région de Shippagan. (Visitez le lien : http://zonestampons.irzc.umcs.ca/). Grâce à ce portail, les bénévoles ont la possibilité de présenter en ligne, à travers une section sécurisée, diverses données environnementales sur les zones tampons de la région de Shippagan. Dominika et Márton ont également développé un outil unique de gestion infonuagique audio du corpus RACAD (140 locutrices et locuteurs acadiens).

Yves Perrault, assistant de recherche diplômé en éducation de l’Université de Moncton, travaille actuellement dans le cadre d’un projet CRSH-Savoir du LARIHS sur une approche quantitative pour la caractérisation du rythme de la parole dans le cas du français parlé acadien. Ce projet, dans lequel sont impliqués le professeur Wladyslaw Cichocki, de la University of New Brunswick, et la professeure Mona-Luiza Ungureanu, a comme objectif de proposer une caractérisation phonétique inédite des régions acadiennes basée sur les métriques rythmiques. Ce projet compte également sur la contribution de Catherine Paulin diplômée de l’Université de Moncton (majeure en mathématique, mineure informatique) qui a effectué son stage coop sous la thématique de l’analyse statistique multi-variable du rythme de la parole du corpus RACAD.

Soumaya Gharssellaoui, doctorante à l’Université du Québec à Trois-Rivières, se penche sur l’identification et la classification automatique de l’émotion à partir de la parole. Le but est de déceler, à partir d’enregistrements audio, si la personne qui parle est en colère, heureuse, triste, indifférente, etc.

Alaidine Ben Ayed, diplômé de l'Université de Moncton et doctorant à l'école de Technologie supérieure de Montréal, travaille actuellement sur un projet de conception d’interfaces intelligentes pour une plateforme de gestion des énergies renouvelables. En collaboration avec le professeur Mohamed Cheriet, de l’École de technologie supérieure, ce projet vise la réalisation de modules de traitement intelligent de l’information issue des extrémités physiques d'un environnement lié aux opérations de gestion de l’information énergétique. La solution envisagée améliorera en bout de ligne l’efficacité des utilisateurs car ils pourront accéder à l’information énergétique à faible empreinte de carbone à tout moment, en mobilité, et en interagissant avec le système par la voix.

Les deux derniers arrivants au LARIHS sont Kamil Kadi, doctorant à l’Université d’Alger (USTHB), et Lisa Savoie-Ferron, assistante de recherche et diplômée de l’Université d’Ottawa en lettres françaises. Kamil consacre son temps à la conception de systèmes palliatif et alternatif de communication verbale, alors que Lisa contribue au développement d’une nouvelle métrique rythmique de la parole basée sur l’intensité du signal pour caractériser les variétés du français parlé acadien.
Autres photos (haute résolution) :Photo 1
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.