Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 20 Septembre 2012

Appel à communications dans le cadre du prochain congrès de l’APFUCC

Dans le cadre de son prochain congrès, qui aura lieu du 1er au 4 juin 2013 à la University of Victoria, en Colombie-Britannique, l'Association des professeurs et professeures de français des universités et collèges canadiens (APFUCC) lance un appel à communications pour un atelier envisageant « les discours et actions des / sur les jeunes dans la francophonie canadienne ».

Discours et actions des / sur les jeunes dans la francophonie canadienne
Dans les communautés francophones minoritaires du Canada, aujourd’hui comme hier, les jeunes font l’objet d’une attention particulière. Point de mire de nombreux travaux de recherche portant notamment sur la vitalité ethnolinguistique, ils sont tenus garants de l’avenir de la francophonie. Chercheurs et intervenants s’appliquent donc à éveiller leur conscience linguistique tout comme à leur insuffler un sentiment de fierté.

Dans la même veine, de nombreux incitatifs (entre autres gouvernementaux) amènent ces jeunes à s’organiser en fédérations et associations diverses. Cela aboutit essentiellement au même type de militantisme institutionnalisé que l’on retrouve au sein d’autres groupes d’intérêts et de représentations partout au Canada français. Hors de ces cadres, ces jeunes ont su développer des modes d’expression et de contestation nouveaux et originaux, plus « éclatés », plus « décalés ».

Par leurs prises de parole publiques, leur sens de la répartie dans les débats, mais aussi par leur pleine exploitation des potentialités du Web 2,0, ils se disent et disent leur perception du monde (pas toujours conforme à ce que l’on attend d’eux). Autant de témoignages de l’engagement social et de la dextérité linguistique de la jeunesse actuelle souvent taxée d’insouciance notamment politique et jugée peu habile avec sa langue.

Enfin, cette jeunesse est aux prises avec de nouveaux enjeux liés à la mondialisation, que ce soit dans sa conscientisation sociale, dans son insertion dans le monde du travail ou encore dans la diffusion de ses productions artistiques.

Autour de la problématique esquissée ci-dessus, le comité d’organisation sollicite notamment des contributions permettant de réfléchir aux questions suivantes : Quels discours les scientifiques et les experts produisent-ils sur les « jeunes » et quels en sont les attendus et les sous-entendus ?; Comment ces discours sont-ils reproduits dans les institutions éducatives (voir par exemple la mission de l’école acadienne ou la politique d’aménagement linguistique de l’Ontario pour les écoles de langue française) ?; Comment s’organise (ou se désorganise) l’action des jeunes entre militantisme institutionnalisé et nouvelles formes de mobilisation et de contestation (Belliveau, 2005) ?; Que nous donne à entendre cette jeunesse en ce qui a trait à ses représentations sur la langue, l’identité, la communauté (Dallaire, 2008 ; Pilote, 2007) ? Reproduit-elle ou non les idéologies dominantes en circulation dans la francophonie canadienne (Boudreau, 2009) ?; En quoi les nouveaux médias sociaux transforment-ils le rapport à la langue et / ou à la prise de parole des jeunes francophones canadiens (Cormier, 2010) ? Plus particulièrement, le Web 2,0 transforme-t-il les modes d’engagement sociaux ?; Qu’en est-il de cette fameuse « langue des jeunes » d’une pauvreté accablante pour certains et d’un foisonnement sans pareil pour d’autres ? Qu’en est-il de leur posture, notamment cette fameuse « ironie cool » relevée par Heller (2011) ?; Comment les jeunes artistes (la relève) prennent-ils leur place dans les milieux exigus où ressources matérielles et symboliques sont forcément limitées ? De même, quelles places les jeunes ont-ils vraiment dans les organismes traditionnellement dévolus à la défense (et l’illustration) de la cause francophone ?; Comment cette jeunesse s’insère-t-elle dans le monde du travail version nouvelle économie mondialisée ? Et dans les milieux de travail plus traditionnels ? Quelle valeur est attribuée à leurs ressources linguistiques ?

Il serait aisé d’allonger encore la liste des thèmes de réflexion possibles. Toute proposition envisageant la jeunesse dans les communautés en situation minoritaire (et majoritaire) au Canada (voire ailleurs) sera acceptée.

De plus, à des fins de comparaison, il serait profitable de faire un retour historique sur les mouvements collectifs étudiants passés. Finalement, en regard du sujet, on sollicite des communications issues des diverses branches des sciences humaines et sociales.

Les personnes responsables à l’Université de Moncton sont Laurence Arrighi (collecte des propositions et de la correspondance), du Centre de recherche en linguistique appliquée; Isabelle LeBlanc et Isabelle Violette, en études françaises; et Matthieu LeBlanc, en traduction et langues.

Les propositions de communication doivent être envoyées au plus tard le 15 décembre à laurence.arrighi@umoncton.ca. Elles doivent indiquer le nom et l’affiliation du communiquant ainsi que le titre et un résumé de 250 mots maximum (hors notes et bibliographie). Il est à noter qu'il faut être membre en règle de l'APFUCC pour présenter une communication au congrès.

Renseignements: http://www.apfucc.net

Adresse Web : http://www.apfucc.net

Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.