Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 08 Mai 2012

L'Université de Moncton décernera quatre grades honorifiques lors des cérémonies de collation des diplômes en mai

Richard Losier
Agrandir l'image
L'Université de Moncton décernera quatre doctorats d'honneur à d'éminentes personnalités qui se sont distinguées grâce à un apport exceptionnel à leur domaine respectif. Les titres honorifiques seront remis en mai lors des cérémonies de collation des diplômes aux trois campus.

À la collation des diplômes du campus de Shippagan qui aura lieu le vendredi 18 mai à 14 heures au Pavillon sportif, le chancelier, Louis R. Comeau, remettra un doctorat honorifique en administration des affaires à Richard Losier, homme d’affaires bien connu dans la Péninsule acadienne.

L'Université remettra un doctorat honorifique en sciences forestières à Jacques Diouf, ancien directeur général de l’Organisation des Nations-Unis pour l’alimentation et l’agriculture, lors de la collation des diplômes du campus d'Edmundston, le samedi 19 mai à 14 heures à la Cité des Jeunes A.-M.-Sormany.

À la collation des diplômes du campus de Moncton qui aura lieu le samedi 26 mai à 13 heures au Ceps Louis-J.-Robichaud, un doctorat honorifique ès lettres sera décerné à Bernard Cerquiglini, recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), alors qu’un doctorat d’honneur en droit sera remis à Benoît Pelletier, homme politique et professeur de droit à l’Université d’Ottawa.

Richard Losier
Docteur d’honneur en administration des affaires

Richard Losier est président fondateur de la compagnie Saint-Isidore Asphalte. En 1968, il fonde avec un partenaire une petite société qui deviendra l’une des entreprises les plus couronnées de succès de la Péninsule acadienne.

M. Losier lance son entreprise à partir d’un investissement initial de 25 600 $. Avec ses 14 employés, il offre des services d’extraction de sable et de gravier, et de construction de routes, de rues et de ponts. Aujourd’hui, l’entreprise compte plus de 200 employés et le chiffre d’affaires s’élève à près de 22 millions de dollars. Elle dessert le Nouveau-Brunswick et une partie du Québec.

Le succès de Saint-Isidore Asphalte a permis à Richard Losier de devenir un acteur important dans le développement de sa communauté. Se démarquant par son œuvre philanthropique et son engagement communautaire, il a été membre du Conseil d’entreprises du Nouveau-Brunswick et membre du Comité de la Péninsule acadienne dans le cadre des activités de la campagne Impact, la campagne de souscription des années 1990 de l’Université de Moncton.

Ayant l’éducation des jeunes à cœur, il a mis sur pied une fondation privée qui offre des bourses d’études aux personnes diplômées de l’école secondaire W.-A.-Losier de Tracadie-Sheila. Chaque année, 35 000 $ en bourses sont accordés grâce à ce fonds. Au niveau postsecondaire, des dons s’élevant à plus de 160 000 $ ont été versés à l’Université de Moncton. En collaboration avec son partenaire Ulysse Breau, M. Losier a offert de nombreux services d’asphaltage et a créé un fonds de bourses de 10 000 $ pour le campus de Shippagan dans le cadre de la campagne Impact.

M. Losier est le partenaire principal de la municipalité de Saint-Isidore dans l’aménagement du Jardin communautaire. Ce jardin est offert aux citoyens, aux entreprises ou aux associations du village qui veulent se préparer en vue de la Fête des récoltes qui a lieu annuellement en septembre.

En 2007, Richard Losier est devenu lauréat du concours national des Lauriers de la PME dans la catégorie Entreprise de transformation. Ce prix lui a été décerné par le Réseau national de développement économique francophone. En 1997, l’Association des anciens, anciennes et amis de l’Université de Moncton, campus de Shippagan, l’a nommé membre à vie. Il a aussi accédé à l’Ordre des Régentes et des Régents de l’Université de Moncton en 1996.

Jacques Diouf
Docteur d’honneur en sciences forestières

Natif de Saint-Louis au Sénégal, Jacques Diouf possède le doctorat ès sciences sociales du monde rural de la Faculté de droit et de sciences économiques de l’Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne). Il possède également le baccalauréat en sciences expérimentales du Lycée Faidherbe de Saint-Louis au Sénégal, le diplôme d’ingénieur en agronomie de l’École nationale d’agriculture de Grignon à Paris, et le diplôme d’ingénieur en agronomie tropicale de l’École nationale d’application d’agronomie tropicale de Nogent de Paris. Son parcours l’a mené aux États-Unis où il a obtenu deux certificats supérieurs en gestion des entreprises de l’American Management Association de New York.

Au fil des ans, M. Diouf est devenu une personnalité internationale. Il a entrepris sa carrière dans les années 1960 alors qu’il a été directeur du Bureau européen et du Programme agricole de l’Office de commercialisation agricole. Pendant les années 1970, il a occupé le poste de secrétaire exécutif de l’Association pour le développement de la riziculture en Afrique de l’Ouest. Plus tard, pendant les années 1980, il est devenu Secrétaire général de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest.

De 1994 à 2011, M. Diouf a occupé le poste de directeur général de l’Organisation des Nations-Unis pour l’alimentation et l’agriculture. Dans le cadre de ses fonctions et comme défenseur de la lutte contre la faim dans le monde, il s’est distingué pendant ses trois mandats de six ans par la qualité de son travail.

En 2008, M. Diouf a présidé et dirigé une conférence de haut niveau portant sur l’impact du changement climatique et de l’essor des biocarburants sur la sécurité alimentaire et sur les prix des aliments. Quarante-trois chefs d’État et cent ministres de gouvernements ont participé à cette conférence où l’on a adopté une résolution visant à accroître l’assistance et les investissements dans l’agriculture du monde en développement.

M. Diouf est l’auteur de plusieurs publications portant sur l’éthique scientifique, sur les défis du développement de l’agriculture en Afrique et sur les intérêts et les objectifs de l’Afrique dans les Sommets francophones et les relations internationales.

Au fil des ans, il a reçu de nombreuses distinctions dont 44 décorations de différents pays et 15 doctorats honorifiques d’universités de par le monde. Il est aussi membre fondateur et membre d’honneur de l’Académie des Sciences et Techniques du Sénégal.

Bernard Cerquiglini
Docteur d’honneur ès lettres

Natif de Lyon, en France, Bernard Cerquiglini est un linguiste français. Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de lettres modernes et docteur ès lettres, il est professeur de linguistique à Paris VII.

Bernard Cerquiglini a occupé plusieurs postes, notamment ceux de directeur des écoles au ministère français de l’Éducation nationale (1985-1987) et de directeur du Center for French and Francophone Studies de l’Université d’État de la Louisiane. Il a été délégué général à la langue française et aux langues de France (1989-1993), vice-président du Conseil supérieur de la langue française, directeur de l’Institut national de la langue française et président de l’Observatoire national de la lecture (2001-2004). Il a aussi été chargé de mission sur la réforme de l’orthographe, puis d’un rapport sur les langues de France, par différents premiers ministres.

Depuis 2007, Bernard Cerquiglini est recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Conférencier recherché, il a donné des conférences dans plusieurs grandes universités dont Berkeley, Berlin, Bloomington, Florence, Istanbul, Kyoto, Lausanne, Liverpool, Los Angeles, Montréal, Neuchâtel, New York, Osaka, Rio de Janeiro, Sao Paulo, Séville, Tokyo, Varsovie et Yale.

En 1995, Bernard Cerquiglini est entré à l’Ouvroir de littératures potentielles (Oulipo). Auteur d’une « autobiographie de l’accent circonflexe » sous le titre de l’Accent du souvenir, il y joue le rôle de « gardien de la langue ». Animateur linguiste de l’émission Merci professeur! diffusée sur TV5 Monde ayant 670 émissions enregistrées, il est l’auteur de plusieurs publications telles Éloge de la variante : Histoire critique de la philologie (1989), La Naissance du français, série Que sais-je? (1991), Le Roman de l’orthographe : Au paradis des mots, avant la faute (1996), La genèse de l’orthographe française aux XIIe-XVIIe siècles (2004), Merci professeur! Chroniques savoureuses sur la langue française (2008), Les saillies du dragon (2008) et autres.

Plusieurs ouvrages collectifs portent son nom, notamment Histoire de la littérature française paru en 1984 et Tu parles!? Le français dans tous ses états paru en 2000. Il est l’auteur d’une cinquantaine d’articles, 11 livres personnels, trois livres collectifs et une traduction d’ouvrage.

Parmi les distinctions, mentionnons le Prix Honoré Chavée de l’Académique des inscriptions et Belles-Lettres et le Prix Georges Dumézil de l’Académie française. De plus, il a été fait Chevalier de l’Ordre national du Mérite (1986), Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres (1993), Chevalier de la Légion d’honneur (1994) et Commandeur de l’Ordre des Palmes académiques (2001).

Benoît Pelletier
Docteur d’honneur en droit

Admis au Barreau du Québec en 1982, Benoît Pelletier a d’abord pratiqué le droit au sein du contentieux des affaires civiles et du droit immobilier du ministère de la Justice du Canada, de 1983 à 1989, et des Services juridiques du Service correctionnel du Canada, en 1989 et 1990, à Ottawa. C’est en 1990 qu’il s’est joint au corps professoral de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa où il occupe toujours les fonctions de professeur titulaire.

Pendant dix ans, Benoît Pelletier a représenté la circonscription de Chapleau à l’Assemblée nationale du Québec. Il a été ministre du gouvernement du Québec pendant près de six ans. À ce titre, il a été notamment responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes, de la Francophonie canadienne, des Affaires autochtones et de la Réforme des institutions démocratiques.

Possédant le baccalauréat en droit de l’Université Laval, Benoît Pelletier possède aussi la maîtrise en droit de l’Université d’Ottawa et deux doctorats en droit, l’un de l’Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), l’autre de l’Université Aix-Marseille III.

En 1998, il s’est vu décerner le Prix d’excellence en enseignement de l’Université d’Ottawa. Il a aussi assumé la fonction de doyen adjoint à la Faculté de droit de cette université de 1996 à 1998.

Il est l’auteur de nombreuses publications à caractère scientifique, dont un important traité sur la modification constitutionnelle au Canada paru en 1996. Il a aussi prononcé de nombreuses conférences au Canada et à l’étranger. Il a été reçu comme professeur invité par les universités de Nantes, de Corse, de Paris II, de Paris V et de Lyon III. Il a aussi été reçu à deux reprises, soit en 2007 et en 2009, à titre de Public Policy Scholar par le Woodrow Wilson International Center for Scholars de Washington.

Benoît Pelletier est aussi l’auteur d’un essai politique, publié en 2010 aux Presses de l’Université Laval et intitulé Une certaine idée du Québec. Parcours d’un fédéraliste. De la réflexion à l’action.

En 2006, il a été admis à l’Ordre de la francophonie de Prescott et Russell. En 2008, il s’est vu décerner la médaille Léger-Comeau par la Société nationale de l’Acadie afin de souligner ses nombreux efforts en vue de rapprocher les Acadiens et les Québécois. En 2010, il a été nommé Commandeur de l’Ordre de la Pléiade et a reçu les insignes de l’Ordre des francophones d’Amérique de la part du Conseil supérieur de la langue française du Québec. En mai 2011, il a reçu la médaille Gloire de l’Escolle à titre de Grand diplômé de l’Université Laval. En septembre 2011, le Barreau du Québec lui a décerné le titre d’avocat émérite. Enfin, en novembre 2011, il a été fait Commandeur des Palmes académiques de France.
Autres photos (haute résolution) :Photo 1 Photo 2 Photo 3
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.