Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 23 Avril 2012

Florence Ott présente une conférence sur l’Académie Sainte-Famille (1912-2012) à l’École secondaire Nepisiguit de Bathurst

Légende de la photographie : les élèves de 12e année du cours d’histoire d’Acadie de l’ESN en compagnie d’Annie-Julie Gauvin, agente de promotion et Florence Ott, professeure en gestion de l’information de l’UMCS et d'Annie-Julie Gauvin, agente de promotion de l'UMCS.
Agrandir l'image
Dans le cadre du cours d’histoire d’Acadie, à la demande de la professeure Patricia Losier, Madame Florence Ott a donné une conférence sur la commémoration du centième anniversaire de l’Académie Sainte-Famille de Tracadie, le jeudi 19 avril 2012 à l’École secondaire Nepisiguit (ESN) à des élèves de 12e année.

L’œuvre des religieuses hospitalières de Saint-Joseph est la première en son genre en Acadie. Elle débute en 1868, lors de leur arrivée à Tracadie pour soigner les victimes de la lèpre puis les malades de la région. Leur souci a toujours été de répondre aux besoins immédiats de la communauté et d’obéir aux souhaits de leur évêque monseigneur James Rogers déplorant le manque d’éducation de la population acadienne. La construction de l’Académie Sainte-Famille en 1910 va permettre aux enfants de la région de suivre une formation solide, pour les filles jusqu’à la 12e année, alors que les garçons seront seulement acceptés jusqu’à 12 ans. Après l’incendie de 1943 de l’Hôtel-Dieu de Tracadie, ces derniers ne pourront plus être pensionnaires, mais ils suivront les classes en tant qu’externes. L’Académie arrêtera l’enseignement privé en 1967 puis louera durant une dizaine d’années les classes à la commission scolaire avant de fermer définitivement ses portes en septembre 1977. Actuellement, elle accueille des organismes culturels et des associations, le collège communautaire et le musée historique.

Les élèves de l’École secondaire Nepisiguit ont été intéressés par la vie de jadis à l’Académie, la discipline, le travail intense, le silence qui y était imposé même pendant les repas. Ils ont mieux compris le dévouement des religieuses et l’importance jouée dans la défense de la langue française et dans l’éducation des Acadiens. Ils ont aussi été rendus attentifs à la nécessité de conserver les archives, de protéger le patrimoine ainsi que cette bâtisse qui a été menacée de destruction et reste le seul témoin de l’œuvre des hospitalières à Tracadie-Sheila. Ils attendent maintenant avec impatience la sortie du livre sur l’Académie dont le lancement est prévu le samedi 18 août prochain à 14 h à l’église de Tracadie-Sheila. Les deux auteurs historiens, Florence Ott et Nicolas Landry, qui travaillent dans le cadre du groupe de recherche sur le patrimoine religieux acadien sont en fin d’écriture et de relecture d’un ouvrage qui devrait mettre en lumière un pan trop peu connu de l’histoire de l’enseignement privé en Acadie. Ils espèrent que de nombreux curieux, amateurs d’histoire, chercheurs et anciens de l’Académie Sainte-Famille viendront participer aux fêtes du centième anniversaire qui se dérouleront du 17 au 19 août 2012 à Tracadie-Sheila.

Florence Ott, professeure en gestion de l’information, Université de Moncton, campus de Shippagan
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.