Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 06 Mars 2012

CNFS : maladies chroniques, pollution et intervention : de la recherche fondamentale à l’application clinique

Dans le cadre de son programme d’excellence professionnelle, le Consortium national de formation en santé - volet Université d’Ottawa présente, en partenariat avec le CNFS - volet Université de Moncton, une série de conférences qui sont retransmises par vidéoconférence en direct de l’hôpital Montfort, à Ottawa. Ces conférences se veulent une activité de formation continue multidisciplinaire destinée aux personnes professionnelles de la santé.

La deuxième vidéoconférence de ce semestre aura lieu le jeudi 8 mars de 12 h 30 à 14 heures dans le local A-231 du pavillon Jeanne-de-Valois au campus de Moncton. La conférence, intitulée « Maladies chroniques, pollution et intervention : de la recherche fondamentale à l’application clinique », sera présentée par Nathalie Chapados, chercheuse à l’Institut de recherche de l’hôpital Montfort - unité de recherche sur la nutrition et le métabolisme.

Les polluants organiques persistants (POP) sont des produits chimiques qui ont été historiquement utilisés comme pesticides, solvants et retardateurs de flamme. Pendant des décennies, ils ont été produits par des procédés industriels et libérés dans l’environnement.

En Amérique du Nord, les POP ont été reconnus comme risque toxicologique sur l’environnement et l’utilisation d’une variété de ceux-ci a été interdite depuis la fin des années 1970. Toutefois, en raison de leur persistance et leur lipophilicité, ces composés restent présents dans l’environnement pendant des décennies et s’accumulent dans des organismes.

L’exposition aux POP est une préoccupation majeure car ils ont récemment été associés au développement d’obésité et de pathologies reliées à l’obésité telles la stéatose hépatique non alcoolique (SHNA) et le diabète de type 2 (DT2) chez l’humain. Les stratégies actuellement utilisées pour gérer l’obésité, la SHNA et le DT2 ciblent principalement à réduire les dépôts ectopiques de lipides dans le foie comme la restriction calorique et les agents pharmacologiques. Une approche alternative ayant des effets bénéfiques sur le métabolisme du tissu adipeux et du foie est l’entraînement physique. Il est probable que l’exercice physique pourrait prévenir, atténuer ou inverser l’obésité ainsi que les pathologies liées à l’obésité possiblement induite par les POP.

Afin de comprendre le rôle émergent des POP dans la physiopathologie de l’obésité, la SHNA et le DT2 et les effets d’une intervention en activité physique, le programme de recherche de Mme Chapados est basé sur deux types d’approches expérimentales. Dans la première approche, les humains contaminés seront utilisés pour mesurer les effets de l’entraînement physique sur le foie et les tissus adipeux. Dans la deuxième, le modèle de culture de cellules humaines d’hépatocytes et d’adipocytes sera utilisé pour définir, de façon in vitro, l’implication des POP dans le développement des maladies chroniques.

Pour s’inscrire ou obtenir de plus amples renseignements, prière de communiquer avec Stéphanie Collin, cnfs@umoncton.ca / 858-4321.
Les places sont limitées.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.