Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 01 Décembre 2011

Des créateurs de pédagogie en santé scolaire : partenariats féconds

Voici les étudiantes et étudiants du cours « EDDP : 2102 Santé scolaire au primaire » qui ont pris part à des projets d’enseignement dans quatre classes de l’école Notre-Dame d’Edmundston. Assises, de gauche à droite : Isabelle Cormier, d’Edmundston; Hélène Soucy, d’Edmundston; et Valérie Lang, de Clair. Debout : les représentantes du District scolaire 3, Kathleen Rice (agente pédagogique); Noëlla Sawyer et Martine Michaud (toutes deux infirmières responsables du programme « Apprenants en santé »); Jérémie Borris, de Kedgwick; Joanie Lepage, de Saint-Quentin; Renée Guimond-Plourde, professeure-chercheure à l’UMCE; Luc Desrosiers, de Grand-Sault; Marie-Pier Delange, de Saint-Quentin; et Joey Nadeau, de Baker-Brook.
Agrandir l'image
Des étudiantes et étudiants de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE), inscrits au cours « EDDP : 2102 Santé scolaire au primaire » ont défini des projets originaux qui ont été présentés dans quatre classes du primaire.

Associés en tant qu’intervenants à part entière, des partenaires rattachés au District scolaire 3 ont permis un encadrement soutenu permettant aux étudiantes et étudiants du cours de s’initier au programme d’études de formation personnelle et sociale, au programme « Apprenants en santé » dans les écoles, ainsi qu’à des éléments de la formation en gestion du stress qui a été donnée à toutes les écoles du district.

« J’aime créer des espaces pédagogiques différents, rendre un cours de didactique vivant, a mentionné la professeure-chercheure au Secteur de l’éducation, de la kinésiologie et de la récréologie à l’UMCE, Renée Guimond-Plourde. De telles rencontres entre étudiants, élèves, enseignantes sur leur lieu de travail permettent de donner vie au discours sur la méthode et ainsi confronter les paroles aux actes dans la classe. Ce type d’expériences vécues n’a pas de prix : les diverses situations d’enseignement donnent l’occasion de percevoir les équilibres fragiles de la réalité d’une salle de classe au primaire. L’importance est d’amener les étudiantes et étudiants à voir d’autres enseignantes faire ce qu’eux-mêmes seront appelés à faire dans leur propre classe. »

« Cette expérience a été enrichissante et sans égal, a pour sa part témoigné l’étudiant de deuxième année, Joey Nadeau, de Baker-Brook. J’ai trouvé très intéressant de constater l’ouverture d’esprit des directions d’écoles et enseignants en acceptant de contribuer à notre apprentissage, ainsi que du corps professoral de l’UMCE pour son dévouement envers notre réussite. »

Dans le cadre du projet, Joey Nadeau a effectué trois présences dans la salle de classe de quatrième année de l’enseignante Jo’Anne Albert-Levesque, de l’école Notre-Dame d’Edmundston. « Nous avons outillé les élèves à gérer leur stress. Nous les avons notamment aidés à fabriquer des dépliants et des affiches traitant du sujet », a-t-il précisé.

Quatre enseignantes de l’école Notre-Dame ont généreusement ouvert la porte de leur classe et permis à leurs élèves de bénéficier des avantages de cette formation, soit Manon Lavoie (1re année), Manon Thériault-Léger (2e année), Lisa St-Amand-Clavet (4e année) et Jo’Anne Albert-Levesque (4e année).

Les partenaires du District scolaire 3 étaient l’agente pédagogique Kathleen Rice, les infirmières responsables du programme « Apprenants en santé », Martine Michaud et Noëlla Sawyer, ainsi que le directeur du District scolaire 3, Bertrand Beaulieu.

L’enseignante Jo’Anne Albert-Levesque salue cette belle initiative qui permet de diversifier, voire même de renforcer les méthodes d’apprentissage des élèves.

« J’ai accueilli deux étudiants de l’UMCE (Joey Nadeau et Hélène Soucy) dans ma classe. Ils ont permis à mes élèves de développer toutes sortes de petits trucs afin de bien gérer les nombreuses situations de stress à l’école, comme la période précédant des évaluations. Par exemple, les enfants ont appris à faire la « respiration ballon » avant un test et ce fut très concluant. Les exercices de visualisation ont également été très profitables. Les enfants aiment bien les nouvelles méthodes apprises et se sentent mieux par la suite », a-t-elle expliqué.

Selon la professeure-chercheure Renée Guimond-Plourde, le projet professionnel de devenir enseignante et enseignant exige de la compréhension, de l’accompagnement et des collaboratrices et collaborateurs qui tendent la main aux apprentis.

- 30 -

Source : Hugues Chiasson, coordonnateur des communications à l'UMCE (506 737-5034 - b)
Renseignements : Renée-Guimond Plourde, professeure-chercheure à l’UMCE (506 735-3221; renee.guimond-plourde@umce.ca)
Source : Service des communications, Campus d'Edmundston
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.