Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 31 Octobre 2011

ONF en Acadie : 24 heures dans le quartier Saint-Henri de Montréal à deux époques

Les Rendez-vous de l’ONF en Acadie proposent une excursion de 24 heures dans les rues du quartier montréalais Saint-Henri, en 2011 et en 1962. Avec « À St-Henri, le 26 août », de Shannon Walsh (2011, 85 minutes), on découvre ce quartier populaire et urbain de Montréal. L’œuvre rend hommage au film « À Saint-Henri le cinq septembre », tourné en 1962 par Hubert Aquin (41 minutes), et qui précédera la projection principale.

C’est un rendez-vous le lundi 31 octobre à compter de 19 heures dans la salle de projection 163 du pavillon Jacqueline-Bouchard au campus de Moncton. L’entrée est libre.

À Saint-Henri le cinq septembre
Documentaire réalisé par Hubert Aquin en 1962, « À Saint-Henri le cinq septembre » retrace une tournée de 24 heures dans le populeux quartier de Saint-Henri à Montréal. Ni trop riche, ni absolument pauvre, la population de Saint-Henri a commencé à décroître. Saint-Henri était jadis le royaume des tanneries, aujourd’hui, il est devenu…

C’est la rentrée des classes. On y croise beaucoup d’enfants. On pénètre même dans une maison qui abrite un père (en chômage), une mère et six enfants, dont les six autres frères ou sœurs sont partis et mariés. Quelques vives conversations s’engagent… Les gens sont simples, sympathiques, sans complexes. Avec discrétion, on y voit tout et on trouve le moyen de connaître la psychologie de Saint-Henri. La nuit enveloppe le quartier. La vie y continue, intense, différente d’ailleurs.

À St-Henri, le 26 août
À St-Henri, le 26 août, c’est jour de rentrée scolaire. Entourée de 16 cinéastes, Shannon Walsh filme pendant 24 heures la chronique de ce quartier de Montréal aujourd’hui en plein bouleversement. Même s’il s’est embourgeoisé autour du canal Lachine en attirant une population plus aisée, le quartier est encore pauvre à bien des égards. Le monde ouvrier a disparu avec la fermeture des usines, et d’imposants vestiges industriels sont là pour témoigner d’une autre époque. Mais riche de sa diversité, le Saint-Henri populaire subsiste et forme toujours une communauté éclectique avec ses résidents de tous horizons qui cohabitent en harmonie. En suivant plusieurs personnages dont les apparitions constituent autant d’histoires qui s’entrelacent, Shannon Walsh prend le pouls d’un espace urbain en mutation, profondément ancré dans son passé.

Filmé dans le style du cinéma vérité, le documentaire révèle la complexité du réel au fil deséquences tour à tour amusantes, émouvantes et où l’on se plaît dans la contemplation. Cette oeuvre collective rassemble certains des documentaristes les plus en vue de leur génération. Porté par la musique originale de Patrick Watson qui, par ces rythmes bigarrés, célèbre la diversité de ce quartier haut en couleur. « À St-Henri, le 26 août » s’apparente à une dérive urbaine qui invite à la découverte de multiples univers insolites. Il est aussi un hommage au film d’Hubert Aquin « À Saint-Henri le cinq septembre », tourné en 1962.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.