Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 24 Octobre 2011

Le professeur Sid-Ahmed Selouani publie un ouvrage aux éditions Springer

Agrandir l'image
Intitulé Speech Processing and Soft Computing, l’ouvrage publié par Sid-Ahmed Selouani, professeur en gestion de l’information, a été lancé le 30 septembre 2011 par les éditions Springer (New York, USA). Le livre aborde, sur le plan théorique et pratique, les avantages que pourraient tirer les méthodes formelles (conventionnelles) du comportement des écosystèmes biologiques pour améliorer la performance des systèmes interactifs vocaux. Les méthodes inspirées de la biologie et de la nature ont permis l’émergence d’un domaine de recherche qui est apparu au début des années 90 sous le vocable de « soft computing », terme pour lequel il n’existe malheureusement pas d’équivalent en français. Le soft computing est en constante évolution et ses méthodes les plus connues sont par exemple, la logique floue, la théorie du chaos, les réseaux neuromimétiques, les algorithmes génétiques, etc. Plus récemment, on observe l’émergence de modèles inspirés par les colonies de fourmis ou d’abeilles ou les nuées d’oiseaux migrateurs qui sont particulièrement efficaces pour atteindre un objectif pertinent pour la collectivité.

Le recours à ces méthodes inspirées de la nature s’est produit quand les méthodes classiques basées sur une modélisation mathématique formelle sont devenues impuissantes à résoudre des problèmes complexes tels que le séquencement rapide du génome humain, la gestion du trafic des avions, la gestion des systèmes financiers complexes, les prises de décisions multicritères, etc. En somme, le soft computing est souvent utilisé pour analyser des problématiques caractérisées par l'imprécision, l'incertitude, les données manquantes (ou volumineuses), ou une vérité partielle.

Dans son livre, Sid-Ahmed Selouani fait la jonction entre le soft computing et les systèmes de traitement de la parole et du dialogue Humain-Machine. Il a été l’un des précurseurs de cette hybridation qui a amélioré de manière significative la robustesse des interfaces vocales quand elles sont utilisées dans des environnements inconnus ou changeants. Tout au long des neuf chapitres, en plus du fondement théorique, sont décrites les expériences démontrant l’efficacité des méthodes inspirées par la nature pour améliorer l’interaction de l’humain avec la machine.
Source : Service des communications, Campus de Shippagan
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.