Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 02 Mai 2011

« Favoriser la réussite : une affaire d’école », document proposé par la professeure Marianne Cormier

La photo nous fait voir, de gauche à droite, Jessica Thériault-Doucet, enseignante du secondaire dans le district scolaire 11 et membre du comité de travail du livre; Ronald Boudreau, directeur des services aux francophones de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants; Marianne Cormier, professeure à la Faculté des sciences de l'éducation et auteure du livre; Monique Caissie, présidente de l'Association des enseignantes et des enseignants du Nouveau-Brunswick et présidente du comité consultatif français langue première de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignantes; et Nicole Lirette-Pitre, directrice du Département d'enseignement au secondaire et de ressources humaines.
Agrandir l'image
Le lancement d'un livret proposé par la professeure Marianne Cormier, intitulé « Favoriser la réussite : une affaire d’école », a eu lieu le 26 avril à la Faculté des sciences de l’éducation du campus de Moncton.

Un projet de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, ce livret s’adresse au personnel enseignant des écoles secondaires de langue française qui œuvre en milieu minoritaire. Il propose un cadre théorique qui guide l'action pédagogique en construction identitaire et des outils pour mieux se connaître et mieux connaître ses élèves. Enfin, une section de ce document propose des pistes d’action et des stratégies qui sont en lien avec des situations qui se présentent dans les écoles secondaires en contexte minoritaire.

« C’est un outil pédagogique, concret et pratique, estime Mme Cormier. Il a pour but de vous aider à accompagner vos élèves du secondaire vers la réussite éducative à l’école de langue française. »

À l’ère de la net gen, cette génération qui est née et qui vit constamment en contact avec les technologies, et à l’ère de la mondialisation et du grand pouvoir d’attraction sociale de l’anglais, comment arriver à donner une raison d’être à l’école de langue française pour nos adolescents et adolescentes ?

« Évidemment, nous voulons transmettre la langue et la culture françaises, mais le projet est plus large et s’étend bien au-delà d’un projet linguistique, mentionne la professeure Cormier. Pour les ados d’aujourd’hui, cette transmission de la langue et de la culture soulève des questions fondamentales : Qui suis-je ? Pourquoi ? Le projet devient alors axé sur le succès tant personnel et social que scolaire de l’adolescente et de l’adolescent. »

Cette réflexion sur la réussite éducative des adolescents et adolescentes en milieu francophone minoritaire est un projet collectif. Mme Cormier rappelle que les neuf enseignants et enseignantes du groupe de travail, venus des quatre coins du Canada, ont verbalisé leurs défis quotidiens, exprimé le besoin de disposer d’un outil pratique et grandement contribué à la conception du présent document. « La collaboration de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants et, en particulier, l’appui de Ronald Boudreau ont fait en sorte que ce projet a vu le jour et a pu être mené à terme, ajoute-t-elle. Je témoigne toute ma reconnaissance à ces personnes. »

Depuis le symposium « À bord ou à dos nos ados » que la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants a organisé au printemps 2008, le président du Comité consultatif français langue première, 2009-2010, Benoit Mercier, rappelle que « la question de l’adolescence est demeurée une préoccupation importante et oriente plusieurs de nos actions. Le livret « Favoriser la réussite : une affaire d’école » s’inscrit dans cette démarche. Nous tenons à remercier Marianne Cormier et le comité pancanadien d’enseignantes et d’enseignants qui ont réalisé le document. Il s’agit d’une contribution importante qui permet de mieux définir la pédagogie propre aux écoles de langue française en situation minoritaire. ».

Chaque contexte linguistique minoritaire est unique. Ce document se veut donc flexible afin que vous puissiez l’adapter selon vos besoins et les réalités de votre milieu. Il comporte quatre sections.

Dans la section « Par où commencer », vous trouverez des affirmations que vous exprimez probablement souvent en tant qu’enseignant ou enseignante, par exemple : « Je veux aider mes élèves à réussir ». Ces affirmations s’accompagneront de quelques pistes d’action générales pour concrétiser le projet pédagogique. Chaque axe d’intervention résumera des repères importants pour vous aider à concrétiser les affirmations.

La section « Qui suis-je ? Qui sommes-nous ? » vous offre des outils pour vous aider à connaître vos élèves et à comprendre leur réalité et les vécus qui conjuguent les multiples facettes de leur identité.

La section « Comment s’y prendre ? » vous propose des pistes tangibles d’action et de réaction aux différentes situations qui peuvent se présenter dans les écoles secondaires en contexte minoritaire. Ces pistes concrètes renvoient aux axes d’intervention de la section « Par où commencer ? » et les illustrent de façon concrète.

Enfin, la section « Boîte à outils » regroupe différents outils et documents qui peuvent vous appuyer dans votre travail.

Renseignements : 858-4400.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.