Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 07 Décembre 2010

La FSLM promet un bien-cuit rôti à point avec Gérard Landry

La « victime » du 15e bien-cuit de la Fondation Saint-Louis-Maillet, Gérard Landry (assis), n’a qu’à bien se tenir… Debout, les rôtisseurs Françoise Gagnon, Michel Nadeau et Francine Dion, sous la supervision du maitre de cérémonies, Jeannot Castonguay, promettent une soirée à la fois savoureuse et juteuse.
Agrandir l'image
La Fondation Saint-Louis-Maillet (FSLM) s’offre Gérard Landry comme « victime » de son 15e bien-cuit qui se tiendra le samedi 26 février 2011 au Palais des congrès d’Edmundston.

L’annonce en a été faite le 6 décembre à l’occasion d’une conférence de presse présentée à l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE), en présence d’anciennes « victimes » et d’une équipe de « rôtisseurs » qui promettent de dévoiler Gérard Landry sous plusieurs facettes.

Lors de l’annonce, les médias et invités ont eu un avant-goût de la soirée qui ne manquera certes pas d’épices…

Les cinq rôtisseurs qui se feront un plaisir de décortiquer les moments cocasses et faits saillants de la brillante carrière de Gérard Landry sont ses filles Francine Dion et Françoise Gagnon, son frère Jean-Guy Landry, ainsi que ses amis Gérard Dubé et Michel Nadeau. Jeannot Castonguay agira comme maitre de cérémonies.

Cette soirée est organisée au bénéfice de la Fondation qui cherche ainsi à amasser des fonds servant principalement à aider financièrement les étudiantes et étudiants du campus d'Edmundston de l'Université de Moncton.

Homme d’affaires réputé et respecté, monsieur Landry est originaire de Saint-François-de-Madawaska. Il s’est inscrit au cours classique du Collège Saint-Louis, aujourd’hui l’Université de Moncton, campus d’Edmundston. Il compléta ensuite sa formation par correspondance, notamment en gestion des affaires et en tenue de livre.

Il a débuté une longue carrière dans les affaires avec son père en 1956, principalement dans le domaine de la quincaillerie et des matériaux de construction. Il est devenu actionnaire de D. E. Landry et fils ltée, en 1978, pus il acheta des actions de L. H. Morneault. En 2000, il a décidé de vendre des actions à ses filles jumelles et leur mari.

Malgré sa brillante carrière en affaires, monsieur Landry était très engagé dans sa communauté. À Saint-François-de-Madawaska, il a été pompier volontaire pendant 23 ans et assistant chef scout pendant 10 ans. Il a été conseiller municipal, de 1966 à 1972, puis conseiller scolaire, de 1972 à 1977. Membre fondateur du Club Richelieu, il a également occupé la présidence de l’organisme. Il a également été vice-président de la Chambre de commerce de Saint-François pendant trois ans.

Dès son arrivée à Edmundston, Gérard Landry a fait sa marque. Membre de la Chambre de commerce d’Edmundston et membre de conseil du développement du centre-ville, il a été nommé ambassadeur de la Commission industrielle du Nord-Ouest. En 2003, il est devenu coprésident de la campagne de financement du diocèse d’Edmundston. De plus, il a été le premier à occuper le poste de président du conseil d’administration du Club de golf Fraser Edmundston, de 2005 à 2007.

Au cours de sa carrière, plusieurs honneurs lui ont été conférés, dont le prix Bob-Connors, prix d’excellence en affaires de la Chambre de commerce de Saint-François, en 1989; le prix Samuel-E.-Burpee, prix d’excellence en affaires de la Chambre de commerce d’Edmundston, en 1995; et le « Outstanding Retailer Award » de l’est du Canada pour un magasin ayant une superficie de 15 000 pieds carrés et plus, en 1997.

Voici les personnalités qui ont précédé Gérard Landry à titre de « victimes » du bien-cuit de la Fondation Saint-Louis-Maillet depuis 1989 : Marcel Sormany, Jean-Maurice Simard, Gilles Lapointe, Gérald Clavette, Jeannot Castonguay, Percy Mockler, Bert Martin, Jeannot Volpé, Madeleine Dubé, Paul Albert, Mgr Gérard Dionne, Jean-Guy Poitras, Don Bélanger et Pauline Banville Pérusse.

Les billets sont en vente au coût de 65 $ (reçu fiscal de 40 $) auprès des membres du conseil d'administration de la Fondation, au secrétariat du campus d'Edmundston, à la boutique « Chez les petits » du Centre d'achats Brunswick d'Edmundston, ou au bureau de la Fondation (506 737-5000).

Depuis 23 ans, la Fondation Saint-Louis-Maillet a pour objectif d'aider financièrement les étudiantes et étudiants de l'UMCE et de contribuer au développement du Campus. Elle a distribué plus d'un million de dollars en bourses et en projets stratégiques.

- 30 -

Source : Hugues Chiasson, coordonnateur des communiations (506 737-5034; hugues.chiasson@umce.ca)
Renseignements : Rino Castonguay, directeur de la Fondation Saint-Louis-Maillet (506 737-5000 - b)
Source : Service des communications, Campus d'Edmundston
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.