Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Vendredi 29 Octobre 2010

Un duo mère-fille au sein de l'équipe de volleyball

Huberte Jaillet et sa fille, Natasha LeBlanc, partagent une véritable passion pour le volleyball qui remonte à plusieurs années.
Agrandir l'image
L’équipe de volleyball féminin de l’Université de Moncton compte parmi ses membres un duo mère-fille, Huberte Jaillet, âgée de 44 ans, et sa fille Natasha LeBlanc, âgée de 19 ans. Toutes deux partagent une véritable passion pour le volleyball qui remonte à plusieurs années.

Poursuivant des études de baccalauréat en kinésiologie, Natasha en est à sa deuxième saison avec le Bleu et Or. Depuis sa tendre enfance, le volleyball fait partie de sa vie. «J’ai suivi ma mère au volleyball depuis l’âge de trois ou quatre ans; j’en ai donc vu pour la peine, a-t-elle dit. C’est la passion de jouer en équipe qui m’attire vers ce sport; j’aime bien l’esprit qui se dégage du groupe et cela me motive.»

Natasha pratique ce sport depuis l’âge de neuf ans. Elle a joué au sein de l’équipe de Monette Boudreau-Carroll à Bouctouche, de l’équipe junior Bleu et Or et de l’équipe de l’école Clément-Cormier. À l’école secondaire, elle était inscrite au programme sport-études, ce qui lui a permis de perfectionner son sport avant de poursuivre au niveau universitaire.

« Ça me plaît bien de jouer avec ma mère, a souligné la jeune LeBlanc, l’aînée de trois enfants qui ont grandi à Sainte-Marie-de-Kent. Je la vois comme les autres joueuses sur le terrain mais son expérience nous apporte beaucoup. C’est aussi un honneur de pouvoir jouer à un niveau compétitif aux côtés de ma mère, d’autant plus qu’elle a connu une brillante carrière au volleyball. J’aimerais avoir autant de succès qu’elle mais je n’ai pas toutes ses habiletés. On verra bien avec le temps. »

Inscrite à la maîtrise en administration des affaires, la mère, Huberte Jaillet, fait pour sa part un retour à la fois aux études et au jeu. Ancienne vedette au volleyball universitaire, elle avait encore le goût et l’énergie de jouer à ce niveau. « Bien que j’étais en forme physiquement dès le début de la saison, j’ai eu de la difficulté à suivre les jeunes. Je me suis rapidement rendue compte que le jeu est bien différent. »

Au sujet de sa fille, Huberte Jaillet, un peu timide, indique que « pendant les parties, je ne la vois pas comme ma fille, mais comme toutes les autres joueuses. Elle a 19 ans et elle fait son chemin. »

Originaire de Bouctouche, Huberte Jaillet a joué pour les Aigles Blues de 1983 à 1985 et de 1988 à 1990. Elle a été membre de l’équipe nationale canadienne de 1985 à 1988. L’athlète et sa famille habitent maintenant Moncton. « Je dois bien planifier mon temps entre le travail, les études, la famille et l’entraînement au volleyball mais le défi en vaut la peine», conclut-elle.

Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.