Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 14 Octobre 2010

Place aux courts métrages aux Rendez-vous de l'ONF en Acadie

À l'affiche cette semaine aux Rendez-vous de l'ONF en Acadie, quatre courts métrages, « Voleuse de poussière », de Marie-Thérèse François (2010, 15 minutes), « Pour ne pas perdre le Nord », de Sarah McNair-Landry (2009, 22 minutes), « Infusion », d'Amélie Gosselin (2010, 18 minutes) et «Le rêve du huard », d'Iriz Pääbo (2002, 8 minutes). Les films seront présentés ce dimanche 17 octobre à compter de 19 heures dans la salle de projection 163 du pavillon Jacqueline-Bouchard. Les réalisatrices Marie-Thérèse François et Amélie Gosselin seront présentes. L'entrée est libre.

Voleuse de poussière
Dans « Voleuse de poussière », la réalisatrice propose deux histoires vécues en parallèle, à jamais inséparable dans son imaginaire : la démolition des vieilles maisons de son quartier et la mort de son père. Un fil qui, comme la vie, est un poème à décoder, une histoire en lambeaux à reconstituer.

La réalisatrice, Marie-Thérèse François, sera présente afin de présenter son premier court métrage produit dans le cadre du concours Tremplin. Elle a remporté les honneurs lors du Festival du cinéma francophone en Acadie en septembre dernier en recevant le prix de la Meilleure oeuvre acadienne - court métrage pour « Voleuse de poussière «.

Pour ne pas perdre le Nord
Sous la couche de neige immaculée du Nunavut, des montagnes de déchets s'entassent. À Iqaluit, on compte deux dépotoirs remplis au-delà de leur capacité et la municipalité n'a aucun plan pour remédier au problème. Certains citoyens inquiets ont décidé d'agir.

Infusion
Le « vrai » thé, en Acadie, c'est le King Cole. Il rappelle à chacun le goût d'une époque où l'on savourait le moment présent. « Infusion » porte un regard ludique sur cette tradition et sur les souvenirs qui s'y attachent.

La réalisatrice, Amélie Gosselin, sera présente afin de présenter son premier court métrage produit dans le cadre du concours Tremplin.

Le rêve du huard
Alors que nous nions chez les autres espèces l'existence de la conscience, les Autochtones, eux, croient que toutes les espèces ont la faculté de rêver. Cette interprétation artistique de la conscience du huard est une expérience méditative, en musique et en animation, sur l'existence et l'extinction des espèces.

-30-

Renseignements : 1-800-267-7710,
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.