Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 04 Octobre 2010

Hubert Roussel étudie les tâches professionnelles des intervenants en loisir du milieu institutionnel québécois

La photo nous fait voir, de gauche à droite, Pierre Ouellette et Hubert Roussel, professeurs à l’École de kinésiologie et récréologie; Anne-Louise Hallé, directrice de la Fédération québécoise du loisir en institution; et Jérôme Singleton, de l’Université Dalhousie.
Agrandir l'image
Depuis l’avènement des programmes de formation en études du loisir, notamment dans les années 1960, le loisir thérapeutique a connu un essor remarquable. Par exemple, on dénombre près de 15 000 spécialistes américains certifiés en récréation thérapeutique. Hélas, il faut bien reconnaître que l’engouement vis-à-vis cette spécialité est pratiquement inexistant dans les collèges et les universités francophones. Cela n’empêche pas pour autant les diplômés de décrocher des postes en milieu institutionnel, et ce en l’absence bien souvent d’une spécialisation axée sur les personnes vivant des déficiences ou des handicaps.

C’est pourquoi Hubert Roussel, de l’École de kinésiologie et de récréologie (EKR) de l’Université de Moncton, campus de Moncton, a décidé d’entreprendre un important sondage portant sur les tâches professionnelles et la satisfaction au travail des intervenants du milieu institutionnel québécois.

Ont également collaboré à cette étude, Pierre Ouellette, de l’EKR, Jerome Singleton, de l’Univeristé Dalhousie, et Anne-Louise Hallé, directrice de la Fédération québécoise du loisir en institution. Précisons ici que sont affiliées à cette fédération quelque 350 installations regroupées en 145 établissements. En bref, une installation est un point de service alors que l’établissement est un centre de santé et de services sociaux.

Des 159 intervenants recensés, 55 pour cent étaient des techniciens d'intervention en loisir, 26,4 pour cent des récréologues et 17,6 %pour cent des techniciens spécialisés en éducation. L’âge moyen se situe à 42,3, la majorité étant des femmes (77,4 pour cent). Mentionnons également que seulement 37,1 pour cent possèdent le baccalauréat. Quant au revenu annuel brut, il se situe à 45 255 $ environ.

Par ailleurs, la satisfaction au travail a été évaluée à l’aide du Minnesota Satisfaction Questionnaire (MSQ). Sur une échelle de 1 à 5, il en ressort que la satisfaction intrinsèque (M = 4,3) est nettement plus élevée que la satisfaction extrinsèque (M = 3,6). De plus, une analyse factorielle des tâches professionnelles a permis d’identifier quatre composantes : administration (par ex., administrer le budget); thérapeutique (concevoir le plan d’intervention auprès de l’usager); animation (animer les activités récréatives); et perfectionnement (participer à des activités de perfectionnent en loisir thérapeutique).

En passant, Hubert Roussel prévoit reprendre cette étude mais cette fois au Nouveau-Brunswick, tout probablement au cours du présent semestre. Par conséquent, les intervenants en loisir thérapeutique désireux de participer à ce projet peuvent communiquer avec lui à l’adresse hubert.roussel@umoncton.ca.

En terminant, soulignons que le professeur Roussel a déjà communiqué les résultats de cette recherche au Congrès mondial du loisir qui s’est tenu en août dernier à Chuncheon, en Corée du Sud.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.