Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Jeudi 30 Septembre 2010

Conférence publique de Gwynne Dyer spécialiste en actualité internationale

Agrandir l'image
À l’invitation du vice-rectorat à l’enseignement et à la recherche, Gwynne Dyer, journaliste, chroniqueur, commentateur et conférencier spécialisé dans les sujets d’actualité internationale, prononcera une conférence publique, intitulée « Sortir du marasme », le lundi 18 octobre à 19 heures dans la salle 142 du pavillon Adrien-J.-Cormier au Campus de Moncton de l’Université de Moncton.

Entre 2000 et 2010, nous avons marqué le pas ou carrément reculé sur toutes les grandes questions internationales (la paix au Moyen-Orient, la prolifération nucléaire, le changement climatique, les relations Nord-Sud…). Nous avons également dû affronter la plus grave crise financière depuis celle des années 1930 et nous ne sommes d’ailleurs pas encore tirés d’affaire. Pourtant, les États-Unis ont un nouveau gouvernement et il semblerait qu’on aperçoive le bout du tunnel.

Le spectre d’une seconde grande dépression s’éloigne mais la reprise économique dans les pays développés s’annonce lente et chaotique. Quand ces pays sortiront de la crise, ils devront trouver leur place dans un nouvel ordre mondial où des puissances émergentes telles que l’Asie et l’Amérique latine, dont les économies continuent de croître malgré la récession internationale, feront jeu égal avec eux. Après plusieurs siècles, c’en est fini de l’hégémonie de l’Occident, et ce encore plus tôt que Goldman Sachs l’avait prévu.

Ce sont incontestablement les États-Unis qui auront le plus de mal à se faire à ce nouvel état de choses, habitués qu’ils sont à leur position de superpuissance unique, tant stratégiquement que psychologiquement. Historiquement, les phases de transition, comme celle qui s’annonce, débouchent souvent sur des guerres de grande ampleur opposant des déchus qui tentent de résister et de nouvelles puissances qui s’impatientent, et il faudra une bonne dose de diplomatie pour éviter que l’histoire se répète.

Barack Obama a un rôle essentiel à jouer pour éviter le conflit, tout comme dans la lutte contre la prolifération nucléaire et l’aboutissement du processus de paix au Moyen-Orient. Sur ce point, des questions pour le moins épineuses se posent. Le gouvernement iranien a-t-il vraiment un programme d’armement nucléaire et, si oui, pourquoi ? L’Amérique est-elle prête à imposer la paix aux Israéliens et aux Palestiniens, puisqu’ils n’y arriveront de toute évidence pas seuls. Et comment Obama va-t-il pouvoir rapatrier ses troupes d’Afghanistan sans trop de casse ?

Bien que le changement climatique soit indéniablement l’enjeu le plus pressant, la dernière tentative d’aboutir à un accord mondial sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, à savoir le sommet de Copenhague en décembre dernier, s’est soldée par un échec cuisant. Le dialogue de sourd entre le Nord et le Sud continue et il n’est pas du tout certain qu’Obama parvienne à faire voter des réductions conséquentes des émissions de gaz à effet de serre au Congrès américain.

Le tableau ne serait pas complet sans évoquer le Canada : ce pays a des troupes stationnées en Afghanistan dans d’une guerre perdue d’avance, c’est l’un des plus mauvais élèves dans le débat entourant le changement climatique et, malgré tout, il reste l’un des mieux lotis en termes de ressources et de sécurité, réchauffement climatique ou pas.

Gwynne Dyer
Originaire de Terre-Neuve, Gwynne Dyer a obtenu des diplômes universitaires au Canada, aux États-Unis et en Angleterre. Possédant le doctorat en histoire militaire et en histoire du Moyen-Orient (Université de Londres), il a servi dans trois marines et a enseigné à l’Académie royale militaire de Sandhurst ainsi qu’à l’Université d’Oxford avant de lancer sa chronique bihebdomadaire sur l’actualité internationale, laquelle est publiée par plus de 175 journaux répartis dans quelque 45 pays.

Sa première série télévisée, un documentaire en sept volets intitulé « War », a été diffusée dans 45 pays au milieu des années 1980. L’épisode « The Profession of Arms » a été nommé aux Oscars. Plus récemment, il a réalisé les séries « The Human Race » et « Protection Force » (1994). Cette dernière est une série en trois épisodes portant sur les forces de maintien de la paix en Bosnie. Ces travaux ont tous deux été récompensés des prix Gemini. Parmi ses documentaires radio primés, on trouve« The Gorbachev Revolution », sept parties relatant l’expérience de Gwynne Dyer en Europe de l’Est et dans l’ex-Union soviétique entre 1987 et 1990, et « Millenium », une série de six heures à propos de la culture globale émergente.

Au Canada, les chroniques de Gwynne Dyer sont régulièrement publiés dans le Telegram à St. John's, le Halifax Daily News, le Fredericton Daily Gleaner, Le Soleil à Québec, La Presse à Montréal, Le Droit à Ottawa, le Kingston Whig-Standard, NOW à Toronto, le Hamilton Spectator, le Kitchener-Waterloo Record, le Guelph Mercury, le Sudbury Star, le Thunder Bay Chronicle-Journal, le Winnipeg Free Press, Prairie Dog/Planet S à Saskatchewan, Vue à Edmonton, Fast Forward à Calgary, Georgia Straight à Vancouver, Monday Magazine à Victoria et dans une quarantaine d’autres journaux.

Gwynne Dyer a divers ouvrages à son actif : « Ignorant Armies: Sliding into War in Iraq » (2003), « Futur Imparfait » (2005) (publié aux Éditions Lanctôt) et « The Mess They Made: The Middle East After Iraq » (2007). Autant de titres qui ont figuré à la première ou à la seconde place du classement des meilleures ventes de livres non fictionnels du Globe & Mail's.

Son nouveau livre « Alerte changement climatique », inspiré de sa série éponyme diffusée dans l’émission Ideas de CBC et qui aborde les inquiétantes conséquences géopolitiques d’un changement climatique à grande échelle, est récemment paru au Canada aux Éditions Robert Laffont.

« Crawling from the Wreckage », un ouvrage qui sort cet automne, raconte notre sortie hésitante du sombre tunnel de la décennie passée, une époque marquée par des peurs irrationnelles du terrorisme, des guerres aberrantes et inutiles au Moyen-Orient, la négligence à l’égard du changement climatique et l’effondrement quasi total du système financier.

Bienvenue à tous et à toutes.

Renseignements: Vice-rectorat à l’enseignement et à la recherche, au 858-4112
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.