Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mardi 06 Juillet 2010

Adrien J. Cormier : un bâtisseur et un grand ami de l'Université de Moncton

En son nom personnel et à celui de toute la communauté universitaire, le recteur et vice-chancelier, Yvon Fontaine, s'est dit attristé d'apprendre le décès du juge Adrien J. Cormier survenu à l'âge de 93 ans.

« M. le juge Cormier a été un artisan de la première heure de notre Université, a déclaré M. Fontaine. Grâce à son amitié avec les grands bâtisseurs de l'époque dont le premier ministre Louis J. Robichaud, le père Clément Cormier et J.-Louis Lévesque, il a joué un rôle de premier plan dans les grands dossiers de l'époque. Je tiens à offrir mes plus sincères condoléances ainsi que celles de la communauté universitaire à son épouse Élizabeth et à ses enfants et petits-enfants. »

Proche collaborateur du recteur-fondateur, le père Clément Cormier, c.s.c., le juge Cormier était membre de la Commission royale d'enquête sur l'enseignement supérieur au Nouveau-Brunswick mise sur pied en 1961 par l'ancien premier ministre Louis J. Robichaud, et qui a recommandé la création de l'Université de Moncton. Ses talents de médiateur ont permis de négocier une entente entre les trois universités francophones de l'époque, Saint-Joseph, Sacré-Cœur et Saint-Louis, qui ont accepté de suspendre leurs chartes pour devenir des collèges affiliés de la nouvelle Université.

Natif de Moncton, M. le juge Cormier a été membre du Bureau des Régents dès la fondation de l'Université de Moncton en 1963. Lorsque la Congrégation de Sainte-Croix a décidé de confier la direction de l'institution à une administration laïque en 1967, le Bureau des Régents est devenu le Conseil des gouverneurs. Le juge Cormier en a assumé la présidence jusqu'en 1972. Cette période est considérée comme l'une des plus déterminantes de l'histoire de la jeune Université.

Me Cormier a fait ses études postsecondaires à l'Université du Sacré-Cœur de Bathurst y obtenant le baccalauréat ès arts, et à la University of New Brunswick pour le diplôme de baccalauréat en droit. Après son admission au Barreau du Nouveau-Brunswick en 1940, il a établi son cabinet à Bouctouche. En 1942, il s'enrôle dans l'armée canadienne et sert outre-mer pendant trois ans dans le service juridique, obtenant le grade de capitaine.

De retour à la vie civile, il s'établit à Moncton. En 1955, il est nommé juge de la Cour de comté pour le district judiciaire de Kent, Westmorland et Albert. En 1963, il devient le premier Acadien à accéder à la Cour suprême du Nouveau-Brunswick, division des appels. L'année suivante, il est nommé juge en chef de la division du Banc de la Reine de la Cour suprême du Nouveau-Brunswick et reste en fonction jusqu'en 1982 alors qu'il accepte d'être juge surnuméraire. Sa carrière dans la magistrature s'étend sur une période de 27 ans dont 17 à titre de juge en chef.

Au cours des années qui ont suivies, il a accepté la présidence de la Commission d'appel des pensions au niveau fédéral, de même que la présidence de la Commission de police du Nouveau-Brunswick. Dans le domaine de la santé, il a présidé le comité consultatif de l'Hôtel-Dieu de Moncton pendant une quinzaine d'années et a été directeur de l'Association des hôpitaux du Nouveau-Brunswick. C'est pendant son mandat que le gouvernement provincial a pris la relève des communautés religieuses pour assurer la gestion des hôpitaux et que fut prise la décision de construire l'hôpital Dr-Georges-L.-Dumont de Moncton.

M. le juge Cormier est officier de l'Ordre du Canada de même que docteur d'honneur de l'Université du Sacré-Cœur de Bathurst, de la University of New Brunswick et de l'Université de Moncton. En 1982, il a reçu le titre d'Ancien de l'année de l'Association des anciens, anciennes et amis de l'Université de Moncton.

Le 5 novembre 1995, un hommage lui a été rendu lors d'une cérémonie d'inauguration du tout nouvel édifice abritant la Faculté de droit au Campus de Moncton, le pavillon Adrien-J.-Cormier, en l'honneur de cet éminent juge en chef de la Cour suprême du Nouveau-Brunswick qui a joué un rôle important lors de la fondation et des premières années d'existence de l'Université de Moncton.

« Cette reconnaissance lui était certes due puisqu'il est toujours resté un fervent ambassadeur de cette université », a conclu M. Fontaine.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.