Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Lundi 03 Mai 2010

L'U de M décernera cinq grades honorifiques lors des trois cérémonies de collation

Ernest Drapeau
Agrandir l'image
L'Université de Moncton décernera cinq doctorats d'honneur à d'éminentes personnalités qui se sont distinguées grâce à un apport exceptionnel à leur domaine respectif. Les titres honorifiques seront remis en mai lors des cérémonies de collation des diplômes aux trois campus.

À la collation des diplômes du Campus de Moncton qui aura lieu le samedi 22 mai à 13 heures au Ceps Louis-J.-Robichaud, le chancelier, Louis Comeau, remettra un doctorat honorifique en droit à l'honorable J. Ernest Drapeau, juge en chef du Nouveau-Brunswick. Un doctorat d'honneur en économie sera aussi décerné à Gérard Gaudet, chercheur dans le domaine de l'économie des ressources naturelles et de l'environnement, tandis que Lise Gauvin, auteure et éminente professeure d'université en études françaises, deviendra docteure d'honneur ès lettres.

Lyse Doucet, correspondante et présentatrice à la British Broadcasting Corporation (BBC) recevra un doctorat honorifique en journalisme lors de la collation des diplômes du Campus de Shippagan, le vendredi 14 mai à 14 heures au Pavillon sportif.

L'Université décernera un doctorat honorifique en relations humaines à Jean-Marie De Koninck, mathématicien, grand communicateur et fondateur d'Opération Nez-Rouge, lors de la collation des diplômes du Campus d'Edmundston, le samedi 15 mai à 14 heures à la Cité des Jeunes A.-M.-Sormany.

Jean-Marie De Koninck, docteur d'honneur en relations humaines
Natif de Québec, Jean-Marie De Koninck possède le baccalauréat ès sciences de l'Université Laval de même que la maîtrise et le doctorat en mathématiques de la Temple University de Philadelphie. Professeur de mathématiques à l'Université Laval depuis 1972, il jouit d'une renommée enviable non seulement comme maître de la vulgarisation des mathématiques mais aussi comme communicateur, nageur élite et fondateur d'Opération Nez-Rouge.

Entraîneur de l'équipe de natation de l'Université Laval, M. De Koninck fonde Opération Nez-Rouge en 1984, un service de raccompagnement sans frais pendant la période des Fêtes. Véritable institution au Québec, ce concept qui permet d'amasser des dons en argent tout en rendant service à la collectivité s'est vite répandu partout au Canada et en Europe. Aujourd'hui, Opération Nez-Rouge fait plus de 100 000 raccompagnements et reçoit plus d'un million de dollars en dons par année qui sont redistribués à la jeunesse. À ce jour, M. De Koninck est toujours président d'Opération Nez-Rouge et entraîneur de l'équipe de natation de l'Université Laval.

Son amour du sport, ses connaissances en natation et ses talents de communicateur lui ont permis de participer à huit Jeux olympiques à la télévision de Radio-Canada à titre d'analyste des compétitions.

Bien qu'il ait connu du succès dans le monde du sport, Jean-Marie De Koninck est d'abord et avant tout un passionné des chiffres. Conférencier recherché et auteur de huit volumes et de 85 publications et articles scientifiques, il excelle dans la théorie analytique des nombres. En 2004, la Société mathématique du Canada lui a conféré le prix d'éducation mathématique Adrien-Pouliot pour sa contribution exceptionnelle à titre d'ambassadeur des mathématiques au pays

Dans le cadre de sa profession, il a assumé de nombreuses fonctions dont celles de directeur du programme Sciences et mathématiques en action et de président de l'Association mathématique du Québec. Il est membre de l'Ordre du Canada (1994), chevalier de l'Ordre national du Québec (1999) et membre de l'Académie des Grands Québécois (2006). De plus, il est récipiendaire du prix de l'Entraîneur de natation par excellence du Sport interuniversitaire canadien (1979), du prix Lester-B.-Pearson du Sport interuniversitaire canadien (2006) et du prix Premier Grand Victoris de la Corporation du Gala de l'athlète de l'année Desjardins (2008).

Lyse Doucet, docteure d'honneur en journalisme
Originaire de Bathurst, Lyse Doucet évolue dans l'univers journalistique à l'échelle internationale depuis plus de 25 ans. Elle travaille au sein de la BBC où elle est présentatrice et correspondante à la radio et à la télévision. Elle a couvert des dossiers chauds dans des régions où la situation est particulièrement difficile, notamment en Afghanistan, en Iraq et en Palestine.

Possédant le baccalauréat ès arts (mention honneur) de la Queen's University de Kingston et la maîtrise ès arts (relations internationales) de la University of Toronto, Mme Doucet est souvent affectée à la couverture d'événements spéciaux sur le terrain en plus d'être appelée à interviewer les leaders de ce monde. Elle a interviewé le président de la Syrie, Bashar al Assad, le secrétaire sortant des Nations Unies, Kofi Annan, le roi Abdullah de Jordanie, le président afghan, Hamid Karzai, et le vice-président iraquien.

Mme Doucet a vécu cinq ans en Afrique de l'Ouest où elle était basée à Abidjan. Elle a vécu à Kaboul et à Islamabad et elle a fait de fréquentes visites à Téhéran. Ses fonctions de correspondante à l'étranger l'ont amenée à Amman et à Jérusalem pendant plusieurs années. Pendant la guerre entre Israël et le Hezbollah en 2006, la guerre en Iraq en 2003 et celle en Afghanistan en 2001, elle a joué un rôle de premier plan pour la BBC.

Au fil des ans, elle a reçu de nombreux prix et honneurs et son travail a été souligné par les plus grands du monde de la radio et de la télédiffusion. Elle anime régulièrement l'émission Newshour qui a reçu en 2008 le prix or au prestigieux Sony Radio Academy Awards dans la catégorie Nouvelles et affaires publiques.

Lors de cette cérémonie de prix annuels en 2003, elle en a reçu un comme personnalité de l'année à la radio dans la catégorie Nouvelles. En 2007, l'Association for International Broadcasting's International Television lui a remis le prix de la personnalité de l'année. Elle a aussi reçu le prix Women in Film and Television's News and Factual.

Mme Doucet est membre du conseil de la Royal Institute of International Affairs (Chatham House) et du Conseil international pour l'étude des droits humains. Elle est présidente d'honneur du Carrefour canadien international. Elle est docteure d'honneur en droit civil de la University of King's College d'Halifax, de même que docteure d'honneur ès lettres de la University of New Brunswick.

Ernest Drapeau, docteur d'honneur en droit
Natif de Campbellton, le juge en chef du Nouveau-Brunswick Ernest Drapeau possède le baccalauréat ès arts de l'Université de Moncton (1971) et le baccalauréat en droit de la University of New Brunswick (1974).

Dès son jeune âge, le juge Drapeau se distingue par son intelligence et sa facilité d'expression à l'oral et à l'écrit. Visant l'excellence dans tout ce qu'il entreprend, il se classe premier de sa promotion à la Faculté de droit, remporte le prestigieux concours de plaidoirie Harrison Shield et reçoit la médaille d'excellence académique du lieutenant-gouverneur.

Admis au Barreau du Nouveau-Brunswick en 1974, il a travaillé au cabinet Savoie Drapeau puis au cabinet Drapeau Robichaud McNally. Pendant sa carrière juridique, il a pratiqué le droit pénal et le droit civil dans un cabinet privé spécialisé en droit de la responsabilité civile, des assurances et du travail. Il a aussi travaillé à des litiges d'intérêt public touchant notamment au droit à l'éducation des élèves exceptionnels et aux droits linguistiques des minorités.

En 1990, Ernest Drapeau a été nommé conseiller de la Reine en reconnaissance de son engagement exemplaire dans l'exercice de sa profession et de son importante contribution à la pratique du droit au Nouveau-Brunswick.

Il accède à la magistrature en 1998 et, en 2003, il devient le deuxième juge acadien et francophone à accéder au poste de juge en chef du Nouveau-Brunswick. À ce titre, il préside le Conseil de la magistrature de la province et le Comité sur les règles légales.

En début de carrière, le juge Drapeau a enseigné le droit commercial à la Faculté d'administration et le droit pénal à la Faculté de droit de l'Université de Moncton. Encore aujourd'hui, il offre des conférences, des séminaires, des cours et des ateliers de formation aux avocats et avocates ainsi qu'aux étudiants et étudiantes en droit.

Le juge Drapeau a été président de la Chambre de commerce de Shediac, président de la Société de la fibrose kystique du comté de Westmorland, membre du conseil d'administration de l'Association des anciens, anciennes et amis de l'Université de Moncton et membre du conseil du Barreau du Nouveau-Brunswick.

Gérard Gaudet, docteur d'honneur en économie
Natif de Saint-Antoine, Gérard Gaudet possède le baccalauréat ès arts de l'Université de Moncton (1964), le baccalauréat (1967) et la maîtrise en sciences sociales (économie) de l'Université Laval (1970) et le doctorat de la University of Pennsylvania (1972).

Membre élu de la Société royale du Canada, M. Gaudet est un chercheur de renommée internationale dans le domaine de l'économie des ressources naturelles et de l'environnement. Parmi ses responsabilités comme professeur-chercheur, il a dirigé ou codirigé 13 thèses de doctorat et 38 thèses de maîtrise.

Professeur titulaire à l'Université de Montréal, il a été rédacteur de la plus importante revue internationale en économie de l'environnement et des ressources naturelles, le Journal of Environmental Economics and Management ainsi que membre des conseils de rédaction du Canadian Journal of Economics et de l'Actualité économique. Une partie importante de ses travaux vise à comparer l'impact sur l'épuisement des ressources de différentes structures de marché, notamment la concurrence, l'oligopole et le cartel, ou encore de différents types de stratégies utilisées par les exploitants.

Il a fait des travaux notoires en théorie de l'oligopole qu'il a appliqué à différents problèmes d'organisation industrielle. M. Gaudet est l'auteur de 55 publications scientifiques publiées dans des revues nationales et internationales, 74 communications scientifiques et dix rapports de recherche. Il a obtenu de nombreuses subventions de recherche et il est souvent invité comme professeur-chercheur en France, au Pays-Bas et aux États-Unis.

Outre ses travaux de recherche, il a présidé l'Association canadienne d'économique (2006-2007) et la Société canadienne des sciences économiques (1983-1984). Il agit à titre d'arbitre pour de grandes revues scientifiques, dont l'American Economic Review, le Japanese Economic Review, le International Journal of Industrial Organization et le European Economic Review. Il est professeur au Département de sciences économiques de l'Université de Montréal depuis 1996, après avoir été professeur aux départements de sciences économiques de l'Université Laval, de l'Université du Québec à Montréal et de la University of Western Ontario. Au cours de sa carrière, il a été directeur du département de sciences économiques de l'Université Laval et de celui de l'Université de Montréal.

Gérard Gaudet est le premier Acadien dans l'histoire à recevoir le doctorat en économie et il fait partie de la première classe des diplômés de l'Université de Moncton en 1964.

Lise Gauvin, docteure d'honneur ès lettres
Professeure émérite de l'Université de Montréal, Lise Gauvin possède le baccalauréat ès arts de l'Université Laval (1959), le certificat d'études supérieures de l'Université de Vienne (1961), la licence ès lettres (1962) et la maîtrise ès arts (1963) de l'Université Laval et le doctorat de l'Université de Paris-Sorbonne (1967).

Mme Gauvin est l'une des plus éminentes professeures d'université du Québec et du reste du Canada. Auteure ou coauteure, directrice ou codirectrice de plus de 75 livres ou numéros de revues et auteure de près de 200 articles, elle a dirigé une cinquantaine de thèses et de mémoires et organisé une vingtaine de colloques seule ou en collaboration. Elle a dirigé le Département d'études françaises de l'Université de Montréal (1999-2003), la revue Études françaises (1994-2000) et le programme en études québécoises (1986-1998).

De plus, elle est l'auteure de cinq ouvrages de fiction dont le premier Lettres d'une autre a connu quatre éditions. Ses publications nombreuses et de très grande qualité ont eu un impact déterminant non seulement sur l'évolution des études en littérature québécoise, mais aussi sur l'ensemble des littératures francophones.

Au cours de sa longue carrière, Lise Gauvin a apporté une contribution théorique notable à la problématique des littératures francophones en développant le concept de « surconscience linguistique » qui est devenu un outil indispensable de l'analyse de ces littératures. Elle est l'une des rares critiques à embrasser l'ensemble des littératures francophones, ayant publié des travaux sur la littérature de la langue québécoise, acadienne, antillaise, africaine ou encore maghrébine. Son livre, intitulé La fabrique de la langue. De François Rabelais à Réjean Ducharme, est d'ailleurs la synthèse la plus complète sur la question du rapport à la langue en littérature de langue française.

En 1999, elle remporte le prix France-Québec pour son livre L'écrivain francophone à la croisée des langues, qui a connu une très large diffusion et est devenu un ouvrage de référence.

Lise Gauvin est membre de l'Ordre des francophones d'Amérique (1993), membre de la Société Royale du Canada (1997), membre de l'Académie des Lettres du Québec (2000) et chevalier de l'Ordre des palmes académiques (2002). Elle est également présidente de l'Académie des lettres du Québec. Chaque année, elle est invitée à donner une quinzaine de conférences dans diverses universités de par le monde dont l'Université de Moncton.


-30-
Autres photos (haute résolution) :Photo 1 Photo 2 Photo 3 Photo 4
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.