Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 28 Avril 2010

Pandurang Ashrit obtient un brevet en physique

Pandurang Ashrit
Agrandir l'image
Les activités de recherche et de développement du professeur Pandurang Ashrit, du Département de physique et d'astronomie, et de son équipe au sein du Groupe de recherche sur les couches minces et la photonique (GCMP) ont mené à un brevet aux États-Unis portant sur sa découverte dans le domaine des cristaux photoniques.

Les opales précieuses naturelles présentent des propriétés optiques très intéressantes en fonction de l'angle et des couleurs brillantes. Ce phénomène est dû au fait qu'à l'échelle microscopique les opales sont formées par des rangements périodiques de sphères de silice. L'effet d'interférence de la lumière blanche qui frappe ces sphères fait en sorte qu'il y a certaines couleurs qui ne peuvent se propager à l'intérieur du matériel et qu'elles sont plutôt réfléchies. Ainsi une « bande interdite photonique » (BIP) existe pour ces couleurs.

« Cette propriété qui laisse passer sélectivement certaines couleurs (ou information) et en bloque d'autres, a une importance primordiale dans l'industrie photonique et dans le domaine de la communication, explique le professeur Ashrit, car cela nous donne la possibilité de manipuler la propagation de la lumière (l'information). Ce type de composantes joue le même rôle en photonique que les composantes semi-conductrices dans le domaine électronique. » Ainsi, la recherche sur les opales artificielles, dites cristaux photoniques a attiré l'intérêt de chercheurs de par le monde.

Le professeur Ashrit se spécialise dans le domaine des matériaux chromogènes. On peut induire des changements optiques réversibles à ces matériaux par des effets externes tels que de la lumière (photochrome), un champ électrique (électrochrome) ou la chaleur (thermochrome).

M. Ashrit a proposé l'idée de construire des cristaux photoniques à base de ces matériaux pour qu'il soit possible de changer dynamiquement la bande interdite au besoin. Avec l'implication d'une chercheuse postdoctorale, Sulan Kuai, il a démontré la faisabilité d'un tel cristal photonique commutable par l'effet d'un champ électrique.

En plus de rendre la manipulation de la lumière facile, ce type de cristal donne la possibilité de choisir sélectivement les longueurs d'ondes (couleurs) qui sont capables de passer à travers le cristal et celles qui sont bloquées. Les expériences du professeur Ashrit et son groupe démontrent également qu'un très grand contrôle de la lumière est possible par l'entremise d'un champ électrique qui est appliqué au cristal. Ces cristaux possèdent un grand potentiel d'application dans l'industrie de la photonique utilisant des composantes commutables comme des interrupteurs optiques, des filtres optiques et autres.

La propriété intellectuelle de ce développement étant maintenant protégée, le professeur Ashrit compte élaborer ce genre de dispositif à base d'autres matériaux chromogènes en vue d'améliorer leur vitesse d'opération et leur efficacité. Il prévoit développer un nouveau programme de recherche et de développement axé sur l'étude approfondie des cristaux photoniques commutables.

Les travaux de recherche du professeur Ashrit sont financés par le Fonds d'innovation de l'Atlantique, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, la Fondation de l'innovation du Nouveau-Brunswick (FINB), le Spring Board et l'Université de Moncton.

-30-
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.