Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 29 Avril 2009

Finissants des écoles francophones en milieu minoritaire

Réalisée par l'Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques (ICRML) logé à l'Université de Moncton, en partenariat avec la Fondation canadienne des bourses du millénaire et l'Association des universités de la francophonie canadienne, cette enquête a été présentée lors d'une conférence de presse tenue ce matin dans la salle A-102 au pavillon Jeanne-de-Valois au Campus de Moncton. La photo nous fait voir, de gauche à droite, François Charbonneau, directeur général de l'Association des universités de la francophonie canadienne; Réal Allard, chercheur principal de l'enquête et professeur associé à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Moncton; Rodrigue Landry, directeur de l'Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques logé à l'Université de Moncton; et Anne Motte, agente politiques et recherche à la Fondation canadienne des bourses d'études du millénaire.
Agrandir l'image
Beaucoup d'intérêt pour les études postsecondaires mais pas toujours en français

Une très forte majorité (87 pour cent) des élèves de 12e année des écoles francophones en situation minoritaire ont l'intention de poursuivre des études postsecondaires d'après une enquête publiée aujourd'hui.

« Les communautés francophones et acadienne en situation minoritaire veulent participer pleinement à l'économie du savoir afin de mieux contribuer, elles aussi, à la croissance du Canada, affirme Réal Allard, chercheur principal de l'enquête et professeur associé à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Moncton. Toutefois, elles veulent le faire tout en parvenant à se maintenir et à se développer. C'est pourquoi elles s'intéressent non seulement à l'accès de leurs élèves aux études postsecondaires mais encore à l'accès aux études postsecondaires en français et à l'établissement des diplômés dans leur région d'origine pour y faire carrière. »

Dans cet esprit, l'enquête porte sur trois questions d'intérêt pour les communautés francophones et acadienne en situation minoritaire, c'est-à-dire les aspirations postsecondaires des élèves de leurs écoles, les intentions des élèves relatives à la langue de leurs études postsecondaires, et les intentions des élèves de s'établir dans leur région d'origine pour y faire carrière.

Près des deux tiers des élèves estiment qu'il est fort probable qu'ils poursuivront leurs études postsecondaires en français. C'est au Nouveau-Brunswick qu'on trouve la proportion la plus forte d'élèves qui disent vouloir poursuivre des études en français (71 pour cent).

Figurent parmi les principaux obstacles à la poursuite d'études postsecondaires en français : les faibles notes en français (environ 17 pour cent des élèves); la distance des institutions d'enseignement postsecondaire (10 pour cent des élèves); une préférence pour l'anglais comme langue des études postsecondaires (10 pour cent des élèves); et les faibles montants et nombres des bourses (7 pour cent des élèves).

L'enquête intitulée Et après le secondaire? Étude pancanadienne des aspirations éducationnelles et intentions de faire carrière dans leur communauté des élèves de 12e année d'écoles de langue française en situation minoritaire, est réalisée par l'Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques (ICRML) logé à l'Université de Moncton, en partenariat avec la Fondation canadienne des bourses du millénaire (FCBM) et l'Association des universités de la francophonie canadienne (AUFC).

« La Fondation cherche à améliorer l'accès aux études postsecondaires pour tous les Cana- diens. Or pour les minorités linguistiques, la question de l'accès à des programmes en français revêt une dimension très importante. On espère que cette étude va aider les décideurs ou les leaders des communautés à mettre en place les politiques qui seront nécessaires pour s'assurer que les jeunes poursuivent leurs études en français » explique Norman Riddell, directeur exécutif de la FCBM.

« L'étude démontre sans l'ombre d'un doute que les gouvernements doivent en faire davantage pour assurer la complétude du réseau institutionnel postsecondaire en français au Canada, mentionne quant à lui François Charbonneau, directeur général de l'AUFC. Les élèves veulent très majoritairement étudier en français. Ils ont droit à la même qualité et offre de cours que la majorité. »

En ce qui a trait à la possibilité de faire carrière dans leur région d'origine, c'est un peu plus d'un tiers des élèves (35 pour cent) qui disent avoir une forte intention de s'y établir en se basant sur deux principaux facteurs, la confiance et la probabilité perçue de pouvoir y trouver de l'emploi.

Selon Rodrigue Landry, directeur de l'ICRML, le Comité permanent du Sénat sur les langues officielles dans un rapport soumis au gouvernement en 2005 avait proposé de concevoir l'éducation des francophones en situation minoritaire comme un continuum allant de la petite enfance au postsecondaire. « La présente étude analyse plusieurs aspects du défi de garantir l'accès et la participation des francophones aux études postsecondaires en français et cherche à comprendre les facteurs qui mènent les jeunes à vouloir faire carrière dans leurs communautés », dit-il.

Les résultats sont basés sur un échantillon pancanadien d'élèves de 12e année des écoles francophones en situation minoritaire (N= 4 992) et sont présentés en fonction de quatre régions, le Nouveau-Brunswick, l'Atlantique moins le Nouveau-Brunswick, l'Ontario et l'Ouest et Nord.

On peut trouver l'enquête Et après le secondaire? sur http://www.millenniumscholarships.ca/fr/research/AllPublications.asp.

-30-

Renseignements : Réal Allard, professeur associé à la Faculté des sciences de l'éducation de l'U de M 506-858-4887
Rodrigue Landry, directeur de l'Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques 506-858-4669
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.