Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Vendredi 18 Août 2017

Viktor R. Khalack est coauteur d’un article paru dans la revue Science

Une équipe d’astronomes dirigée par Stéphane Vennes, de l’Astronomical Institute, en République tchèque, a identifié ce qui pourrait être un éclat stellaire jeté il y a des millions d’années sur le site d’une explosion de supernova. Viktor R. Khalack, professeur au Département de physique et d’astronomie de l’Université de Moncton, fait partie de cette équipe.

M. Khalack a d’ailleurs offert sa contribution à l’article « An unusual white dwarf star may be a surviving remnant of a subluminous Type Ia supernova », paru récemment dans la revue Science, publiée par l’American Association for the Advancement of Science.

Résumé
L’explosion d’une supernova de type Ia (SN Ia) est alimentée par la détonation d’une naine blanche (NB) de masse Chandrasekhar dont le cœur de carbone-oxygène est dégénéré. Des modèles concurrents révèlent que l’explosion pourrait être déclenchée par une pression interne élevée causée soit par une accrétion de matière de l’étoile voisine sur NB dans un modèle à dégénérescence simple (DS), soit par la fusion de deux NB voisines dans le modèle à double dégénérescence. Bien que les évènements de la SN Ia soient essentiels à la calibration de l’échelle de distance cosmologique et à la précision des modèles cosmologiques, leurs étoiles progénitrices demeurent insaisissables. Des modèles d’explosion ratée et d’allumage décentré d’une NB accrétante peuvent générer un large éventail d’énergie libérée lors de la déflagration partielle d’un cœur de carbone-oxygène. Ces modèles prédisent que les vestiges provenant du cœur partiellement brûlé, qui survivent et qui se déplacent à grande vitesse, devraient être détectables par des relevés d’étoiles sous-lumineuses ayant un mouvement propre très élevé.

Dans cet article, les auteurs annoncent la première découverte d’un objet de très faible masse (Luyten-Palomar 40-365), qui se déplace à une vitesse supérieure à la vitesse de libération galactique et dont l’atmosphère particulière est dominée par des éléments de masse intermédiaire (comme O, Ne, Na, Mg). Ce vestige partiellement brûlé a été éjecté par l’explosion de la SN Ia sous-lumineuse et offre le témoignage sans équivoque de la viabilité du modèle à DS.

Source : Service des communications, affaires publiques et marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.