Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Mercredi 08 Avril 2015

Trois chercheurs de l’U de M ont contribué à une recherche récompensée par le Centre de la francophonie des Amériques

La photo nous fait voir, de gauche à droite, les professeurs Sébastien Deschênes et Miguel Rojas de la Faculté d’administration. Les professeurs André Leclerc et Lovasoa Ramborisata étaient absents au moment où la photo fut prise.
Agrandir l'image
Une recherche réalisée sous la direction du professeur Miguel Rojas, en collaboration avec les professeurs Sébastien Deschênes et André Leclerc de l’Université de Moncton et de la professeure Lovasoa Ramborisata de l’Université du Québec à Montréal, a été récompensée récemment par le Centre de la francophonie des Amériques.

Une bourse de mobilité des chercheurs d’une valeur de 2 000 $ a été remise à l’équipe afin de récompenser la qualité de son travail intitulé « La croissance des coopératives d’épargne-crédit au Costa Rica : De la répression financière aux risques des nouvelles modalités de régulation ».

Le Centre de la francophonie des Amériques contribue à la promotion et à la mise en valeur d’une francophonie porteuse d’avenir pour la langue française dans le contexte de la diversité culturelle. Il mise sur le renforcement et l’enrichissement des relations ainsi que sur la complémentarité d’action entre les francophones et les francophiles du Québec, du Canada et des Amériques. Le professeur Rojas profitera de cette subvention pour aller faire part de ses travaux auprès des intervenantes et intervenants du Centre de recherche Organisations, sociétés, environnements (OSE) basé à l’Université du Québec à Montréal. Il profitera de l’occasion pour tisser des liens prometteurs pour l’épanouissement du programme de recherche sur les coopératives de crédit au Costa Rica.

La recherche démontre que les coopératives d’épargne et crédit (CEC) au Costa Rica ont montré une grande résilience à la libéralisation des marchés et ce face aux banques commerciales qu’elles soient privées ou étatiques. Entre les années 1996 et 2013, les CEC costariciennes ont vu grandir leur part de marché financier de plus de 300 %. En 1996, elles détenaient près du 3 % des actifs du secteur financier. En 2013 cette part est de près de 9 %.

Renseignements : Miguel Rojas, professeur au Département de comptabilité, au 858-4219.
Source :
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Fil de nouvelles Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.