Vol. 47, no 28
13 avril 2017
Faits saillants de la réunion du Conseil des gouverneurs du 8 avril
Adoption du budget 2017-2018

Le Conseil des gouverneurs de l’Université de Moncton a adopté un budget déficitaire malgré un effort collectif de rationalisation des dépenses.

« Les augmentations proposées par le gouvernement provincial à la subvention des universités publiques au cours des quatre prochaines années sont insuffisantes pour compenser l’augmentation de nos coûts d’opération afin de poursuivre pleinement notre mission d'enseignement, de recherche et de service à la collectivité, a indiqué le recteur et vice-chancelier, Raymond Théberge. Cette décision a un impact direct sur notre capacité d’atteindre l’équilibre budgétaire au cours des prochaines années. »

Le déficit prévu au budget pour l’année financière 2017-2018 est de 669 000 $ malgré un effort collectif de rationalisation des dépenses déployé au cours des dernières années. Le déficit tient également compte d’une diminution anticipée des inscriptions pour une quatrième année consécutive, d’une augmentation de 1 % à la contribution du gouvernement provincial et d’une majoration de 2 % des droits de scolarité par rapport au budget 2016-2017.

« Malgré nos défis financiers, notre priorité est de favoriser l’accès aux études universitaires en continuant d’offrir les droits de scolarité les plus bas parmi les universités publiques du Nouveau-Brunswick », a ajouté M. Théberge.

En 2016-2017, les droits de scolarité de l’Université de Moncton étaient inférieurs d’environ 840 $ par année académique par rapport à la moyenne des universités publiques du Nouveau-Brunswick. À la fin de cette année financière, l’Université de Moncton offrira encore les frais de scolarité les plus bas au Nouveau-Brunswick.

« Nous sommes d’avis que les programmes gouvernementaux d’aide aux étudiantes et aux étudiants récemment mis en place réduiront l’effet de l’augmentation des droits de scolarité pour une majorité d’étudiantes et d’étudiants fréquentant une université publique », a précisé M. Théberge.

Pour plus de renseignements au sujet du budget 2017-2018 de l’Université de Moncton, prière de visiter les sections Tendances et Financement du microsite Vers l’U de M 2020.

Adoption de l’entente de principe entre l’Université de Moncton et l’ABPPUM

L’entente de principe conclue le 9 mars 2017 entre l’Université de Moncton et l’Association des bibliothécaires, professeures et professeurs de l’Université de Moncton (ABPPUM) a été adopté par le Conseil des gouverneurs.

L’entente prévoit une augmentation salariale globale de 4,25 % sur trois ans entre 2016 et 2019 ainsi que l’ajout d’une année à la convention collective qui est maintenant d’une durée de cinq ans jusqu’au 30 juin 2019.

Nominations au sein du Conseil des gouverneurs

Le Conseil des gouverneurs souhaite la bienvenue à cinq nouveaux membres :
-Sylvie Benoit-Thériault de Tracadie, pour un mandat de trois ans;
-Lori-Ann Cyr d’Edmundston, pour un mandat de trois ans;
-Jason Alcorn de Saint-Jean pour un mandat de trois ans;
-Marc-Antoine Chiasson de l’alUMni, pour un mandat de trois ans;
-Tristian Gaudet de la Fédération des étudiantes et étudiants du centre universitaire de Moncton pour un mandat d’un an.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=19410
Agrandir l'image
La photo nous fait voir, de gauche à droite, Fernand de Varennes, doyen de la Faculté de droit; Michel Bastarache, avocat; André Samson, vice-recteur à l’enseignement et à la recherche; Michel Doucet, professeur titulaire et directeur de l’Observatoire international des droits linguistiques; Philippe Morin, agent de projet à l’Observatoire international des droits linguistiques; Raymond Théberge, recteur et vice-chancelier; et Katherine d’Entremont, commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick.
Lancement du livre Les droits linguistiques au Nouveau-Brunswick : À la recherche de l’égalité réelle!
Le 28 mars dernier a eu lieu, à la Faculté de droit de l’Université de Moncton, le lancement du livre du professeur Michel Doucet intitulé Les droits linguistiques au Nouveau-Brunswick : À la recherche de l’égalité réelle!

Katherine d’Entremont, commissaire aux langues officielles du N.-B., a agi comme maîtresse de cérémonie pour l’événement. Raymond Théberge, recteur et vice-chancelier de l’Université de Moncton, a quant à lui prononcé un discours dans lequel il soulignait l’importance que l’Université demeure unilingue francophone. Maître Michel Bastarache, avocat et ancien juge à la Cour suprême du Canada, a livré un discours passionnant dans lequel il a mis en évidence le besoin de poursuivre la recherche et la publication en droits linguistiques.

Enfin, l’auteur a pris la parole pour remercier les gens présents, celles et ceux qui ont contribué à l’ouvrage et la Société de l’Acadie du N.-B., qui a notamment offert le goûter.

Pour plus d’information, prière de communiquer avec Philippe Morin, agent de projet, par téléphone au (506) 858-4491.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=19427
Agrandir l'image
La photo nous fait voir, de gauche à droite, Dr Paul Chiasson, responsable des phases I, II et III au CFMNB; le récipiendaire du Prix César-Galéano, Dr Alier Marerro; et Dr Darren Martin et Dr Jean- François Baril qui étaient en nomination.
Le CFMNB félicite le récipiendaire du Prix César-Galéano et les personnes en lice pour des prix au Gala du mérite 2017
La Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke a tenu récemment son Gala du mérite 2017, qui vise à souligner et reconnaître le travail de médecins, professionnelles, professionnels, chercheuses, chercheurs, étudiantes et étudiants. Une activité parallèle à ce gala a également eu lieu à Moncton afin de souligner la nomination de membres de l’équipe professorale et de recherche du Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick (CFMNB).

Le CFMNB tient à féliciter le récipiendaire du prix César-Galéano, Dr Alier Marerro, professeur au CFMNB. Ce prix, décerné par les étudiantes et étudiants de médecine, vise à reconnaître la qualité de l’enseignement, la disponibilité et l’ouverture à des modes d’enseignement nouveaux susceptibles de faciliter l’apprentissage. Le prix est décerné en alternance entre Sherbrooke, Moncton et Saguenay.

Sincères félicitations aux personnes en lice
Dr Jean-François Baril et Dr Darren Martin, professeurs au CFMNB, étaient aussi en lice pour le prix César-Galéano.

Le professeur Mathieu Bélanger, directeur de la recherche au CFMNB, était en nomination pour le prix RECMUS, qui reconnaît la qualité de l'encadrement et le dévouement d’un membre du corps enseignant aux études supérieures.

Véronique Thibeault, finissante au programme de Maîtrise en science clinique, était pour sa part en nomination pour le prix Léon-Tétreault, qui reconnait l’excellence, l’innovation et l’implication des étudiantes et étudiants de deuxième cycle.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=19422
Agrandir l'image
La photo nous fait voir Jean-François Thibault, doyen de la Faculté des arts et des sciences sociales; le recteur et vice-chancelier, Raymond Théberge; Marie-Michèle Vienneau, présidente de l'Association étudiante des arts; Gabriel Paquet-St-Onge, président de l'Association étudiante des sciences sociales, et Ashley Beaudin, vice-présidente aux activités sociales des arts.
L’excellence et l’engagement étudiant à l’honneur au banquet de la Faculté des arts et des sciences sociales
Le banquet annuel de la Faculté des arts et des sciences sociales, tenu le 30 mars, a permis de souligner les réalisations de l’année 2016-2017 des étudiantes et des étudiants.

Les prix Pascal ont été remis aux étudiantes et aux étudiants s’étant le plus illustrés au cours de l’année. De plus, Mélanie Desjardins, étudiante à la maîtrise, et Mathieu Wade, qui effectue un stage postdoctoral à l’Institut d’études acadiennes, étaient les conférenciers invités.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=19421
Agrandir l'image
La photo nous montre l’équipe en compagnie d’André Samson, vice-recteur à l’enseignement et à la recherche; Carole Essiembre, directrice par intérim des Services aux étudiantes et étudiants, à droite; ainsi que Chantal DeGrâce, coordonnatrice du programme de mentorat étudiant, à gauche.
Souper de reconnaissance pour les étudiantes et étudiants mentors 2016-2017 au campus de Moncton
Les 31 étudiantes et étudiants mentors de l'Université de Moncton, campus de Moncton, ont été conviés à un souper de reconnaissance afin de souligner leur dévouement auprès des nouvelles étudiantes et des nouveaux étudiants pour faciliter leur intégration à la vie universitaire, et ce, depuis septembre.

En plus de recevoir une bourse de leadership universitaire, l'Université a remis un certificat de reconnaissance à chacune et à chacun.

Pour plus d’information, prière de communiquer avec Chantal DeGrâce par téléphone au (506) 858-3716 ou par courriel à l’adresse chantal.degrace@umoncton.ca.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=19426
La professeure Bacon-Dussault reçoit le prix de « Professeure de l’année » par l’Association des étudiantes et étudiants en droit de l’Université de Moncton
Malaïka Bacon-Dussault, professeure à la Faculté de droit de l’Université de Moncton, s’est vu décerner le prix de « Professeure de l’année » par l’Association des étudiantes et étudiants en droit de l’Université de Moncton (AÉÉDUM).

C’est la deuxième fois que la professeure Bacon-Dussault reçoit cette reconnaissance d’excellence depuis son arrivée à la Faculté de droit en 2013. Elle enseigne notamment le droit des assurances et la rédaction juridique et elle contribue à une variété d’activités savantes, sociales ou caritatives, visant l’amélioration de la justice et de la common law en français.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=19423
Agrandir l'image
La photo nous fait voir, de gauche à droite, Amos Sodjahin, professeur de finance ; Tania Morris, titulaire de la Chaire d’études Jeanne et J.-Louis-Lévesque en gestion financière ; Sébastien Deschênes, doyen de la Faculté d’administration ; Manon Côté, étudiante en finance ; Vincent-Luc Brouillard, agent de projets pour le CARDE ; Sylvain Fortier, chef des risques et des finances chez UNI Coopération financière; Stéphane Breau, conseiller en gestion des risques chez UNI Coopération financière; et Jolaine-Amélie Kenny, conseillère en gestion des risques chez UNI Coopération financière.
Conférence portant sur les méthodes de gestion et des risques d’une institution financière
La conférence intitulée « Les méthodes de gestion et des risques d’une institution financière », organisée par la Chaire d’études Jeanne et J.-Louis-Lévesque en gestion financière, en collaboration avec le Centre Assomption de recherche et de développement en entrepreneuriat (CARDE) et Amos Sodjahin, professeur de finance à la Faculté d’administration, a accueilli plusieurs étudiantes et étudiants ainsi que des membres du corps professoral de la Faculté d’administration de l’Université de Moncton.

La conférence était animée par Sylvain Fortier, chef des risques et des finances chez UNI Coopération financière, ainsi que par deux de ses collègues, soit Jolaine-Amélie Kenny, conseillère en gestion des risques, et Stéphane Breau, conseiller en gestion des risques.

Les conférenciers ont discuté des risques auxquels sont exposées les institutions financières, notamment le risque de crédit, le risque de taux d’intérêt, le risque opérationnel et le risque de liquidité.

Ils ont également présenté différentes stratégies permettant de gérer ces risques, comme la simulation de crise. De plus, ils ont abordé la réglementation fédérale plus rigoureuse à laquelle ils doivent se soumettre depuis que l’ensemble des caisses de la province ont été regroupées.

Enfin, les conférenciers ont mentionné la hausse du nombre de membres depuis leur changement de nom à UNI Coopération financière.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=19425
Vidéoconférence PEP : L’aide médicale à mourir : réflexion entourant l’application clinique de la loi au Canada
Dans le cadre de son Programme d’excellence professionnelle (PEP), le Consortium national de formation en santé (CNFS) - Volet Université d’Ottawa présente, en partenariat avec le CNFS - Volet Université de Moncton, une série de conférences qui sont retransmises par vidéo, en direct de l’Hôpital Montfort, à Ottawa.

Ces conférences se veulent une activité de formation continue multidisciplinaire destinée aux professionnelles et professionnels de la santé.

La dernière conférence de la programmation Hiver 2017 aura lieu le mercredi 26 avril 2017 de 13 h à 14 h à l’amphithéâtre (B206) du Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick, situé au campus de Moncton. La conférence intitulée « L’aide médicale à mourir : réflexion entourant l’application clinique de la loi au Canada » sera présentée par Isabelle Marcoux, professeure agrégée à la Faculté des sciences de la santé, École Interdisciplinaire des sciences de la santé de l’Université d’Ottawa.

Cette conférence vise à présenter les critères d’application de la loi sur l’aide médicale à mourir au Canada et à susciter la réflexion sur les enjeux qui y sont associés.

Cette conférence sera aussi disponible en diffusion Web-conférence (streaming).

Pour s’inscrire à la conférence (en présentiel ou en mode Web-conférence) ou obtenir plus de renseignements, prière de communiquer avec Jenna Arsenault par courriel à l’adresse jenna.arsenault@umoncton.ca ou par téléphone au (506) 863-2250. Les places sont limitées.

Veuillez noter que si nous n’avons pas un nombre suffisant de participantes et participants confirmés deux jours avant l’événement, la conférence ne sera malheureusement pas diffusée. Les personnes intéressées seront invitées à se brancher par web-conférence.

La programmation complète est disponible en naviguant sur le site Internet www.mavieestensante.ca.

Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=19428
Présentation de séminaire de thèse de doctorat professionnel en psychologie
L’étudiante Josée LeBlanc, sous la direction de la professeure France Talbot, fera une présentation de séminaire de thèse de doctorat professionnel en psychologie, le mercredi 19 avril à 13 h 30, au local 504 du pavillon Léopold-Taillon au campus de Moncton.

Sa présentation a pour titre « Améliorer l’accès au traitement de l’anxiété et de la dépression chez des minorités linguistiques : faisabilité et acceptabilité d’une thérapie cognitivo-comportementale transdiagnostique offerte via internet chez des adultes émergents canadiens-français ».
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=19429
TRIO : exposition des finissantes en arts visuels 2017
La Galerie d’art Louise-et-Reuben-Cohen, située au campus de Moncton de l’Université de Moncton, présente TRIO, l’exposition annuelle des finissantes du Département des arts visuels. Le vernissage de cette exposition aura lieu le jeudi 13 avril 2017, de 19 h à 21 h, en présence des trois étudiantes finissantes qui présenteront des œuvres issues de démarches entreprises au cours de leurs études.

S’inspirant de sa vie personnelle, Paryse Daigle, originaire de Grand-Sault, s’interroge sur la relation entre l’état d’esprit, la mémoire, le temps écoulé et les influences qui transforment la personnalité. Par l’estampe et la sculpture, elle tente de questionner l’espace du temps en relation avec la réalité et le fictif. Par ailleurs, elle est intriguée par la relation des gens avec leur environnement, leur milieu social et leur génération.

Originaire de Shippagan, Julie-Pier Friolet pose un questionnement sur les relations, les sentiments et les frustrations créées par l’incompréhension, le dénie et l’ignorance des maladies mentales et ce, particulièrement en lien avec le vieillissement, dans ses installations sculpturales et ses photographies. Elle s’intéresse également à l’importance de la singularité du développement du système cognitif par rapport à des causes et leurs répercussions sur le cerveau.

Chloé Gagnon, de Hearst, en Ontario, utilise le corps comme métaphore et questionne la relation que l’on entretient avec les êtres et le soi. Son travail en peinture explore l’interdépendance de l’intérieur et l’extérieur du corps humain par l’entremise de figures inusitées. En sculpture, ses pièces paradoxales font ressortir l’ironie du sort en présentant l’être humain dans la position de l’animal surexploité.

L’exposition sera en montre jusqu’au 14 mai 2017. La Galerie d’art Louise-et-Reuben-Cohen est ouverte de 13 h à 16 h 30 du mardi au vendredi et de 13 h à 16 h le samedi et le dimanche.

L’entrée est libre.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=19424
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.