Centre de recherche en linguistique appliquée

Université de Moncton

Centre de recherche en linguistique appliquée

Campus de Moncton

Centre de recherche en linguistique appliquée

Université de Moncton

Centre de recherche en linguistique appliquée

Campus de Moncton

Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin

Publications

Publications

 
Écologie des langues
L'écologie des langues tente d'expliquer la communication sociale dans sa globalité en faisant appel à l'éclairage de plusieurs disciplines, permettant ainsi de prendre en compte de nombreux facteurs susceptibles d'expliquer la revitalisation des langues, leur maintien, leur fragilisation ou leur disparition.

En 2002, s'est tenu au Nouveau-Brunswick (Canada) un colloque international sur le thème de l'écologie des langues en hommage à William Mackey, éminent linguiste canadien, chercheur de renommée internationale qui a consacré sa carrière à étudier les situations de langues en contact. Ce colloque, organisé par le Centre de recherche en linguistique appliquée de l'Université de Moncton, a réuni une soixantaine de spécialistes d'une dizaine de pays qui ont traité du thème sous l'angle distinct de leur discipline respective.

Les chercheurs dont les textes ont été retenus pour ces Actes contribuent à faire progresser la réflexion autour des questions reliées aux pratiques langagières et aux représentations linguistiques dans une perspective écolinguistique où les situations linguistiques sont abordées dans toute leur complexité.

 
Écologie des langues 2
On se rend maintenant compte que, comme les espèces animales et végétales, les langues sont menacées. Selon certaines estimations, ce sont 90% des langues de la planète qui risquent de disparaître au cours du XXIe siècle. Mais l'écologie des langues dépasse la problématique de la disparition des langues en ce qu'elle constitue avant tout un modèle qui tente d'expliquer la communication sociale dans sa globalité en faisant appel à l'éclairage de nombreuses disciplines, permettant ainsi de prendre en compte de nombreux facteurs susceptibles d'expliquer l'épanouissement des langues, leur maintien au cours des âges, leur fragilisation ou leur disparition.

L'écologie des langues, résolument ancrée dans l'interdisciplinarité, s'avère particulièrement utile dans l'analyse des situations multilingues caractérisées la plupart du temps par des relations inégalitaires entre les langues en présence. Cette approche explique le grand nombre de points de vue et de disciplines représentés dans le présent ouvrage : le droit, la philosophie et l'éthique, l'étude des représentations linguistiques, l'enseignement, la sociologie du langage et la sociolinguistique, la géographie et l'aménagement linguistique.

 
Domaines médicaux et paramédicaux
C'est un ouvrage qui vise tout d'abord à répondre aux besoins des interprètes, des traducteurs et traductrices et à fournir des données terminologiques aux spécialistes des domaines médicaux et paramédicaux, aux chercheurs, aux journalistes scientifiques, etc., c'est-à-dire à tous ceux et celles qui sont appelés à lire et à rédiger des textes médicaux, que ce soit un rapport médical, un article destiné à une revue médicale, un article de vulgarisation ou un ouvrage de médecine.

Ce vocabulaire peut aussi faire fonction d'outil pédagogique et faciliter l'auto-apprentissage d'un grand nombre de termes médicaux propres au français et à l'anglais. C'est pourquoi il s'adresse aussi aux étudiants et étudiantes qui se dirigent vers une carrière médicale ou paramédicale, ainsi qu'aux spécialistes de la santé qui désirent avoir accès à la terminologie médicale développée dans l'une ou l'autre de ces langues afin de parfaire leurs connaissances linguistiques.

Cet ouvrage a été réalisé grâce à une subvention du ministère des Affaires intergouvernementales du Nouveau-Brunswick, en vertu de l'Entente-cadre Canada-Nouveau-Brunswick sur la promotion des langues officielles. Le Centre de recherche en linguistique appliquée (CRLA) de l'Université de Moncton tient à remercier le ministère des Affaires intergouvernementales de cette contribution financière et de l'appui qui a apporté à ce projet. Par cette publication, le CRLA entend participer de façon concrète et active à la mise en oeuvre de l'égalité linguistique au Nouveau-Brunswick.

Les acadiens et leur langue
La langue constitue un élément clé dans l'expression de l'identité d'un peuple. En Acadie, comme dans d'autres régions francophones périphériques, la langue est souvent l'objet de débats qui deviennent parfois très animés. Qu'arrive-t-il quand des universitaires se penchent sur la question et regardent d'un oeil plus scientifique les différents aspects du franco-acadien?

Le Centre de recherche en linguistique appliquée de l'Université de Moncton a profité du Congrès mondial acadien en 1994 pour organiser un colloque dont l'objet principal était justement Les Acadiens et leur(s) langue(s) : quand le français est minoritaire. On y a traité de plusieurs aspects : la genèse du franco-acadien, ses spécificités, ses tendances actuelles; le statut du français en terres acadiennes et son aménagement; les rapports des locutrices et des locuteurs avec leur langue maternelle, etc. Les Actes du colloque contiennent les textes d'une vingtaine de chercheures et chercheurs qui ont présenté l'état de leur recherche sur le parler acadien et sur la problématique du français comme langue minoritaire dans d'autres régions du globe.  

Le Français, langue maternelle
La spécificité du milieu minoritaire francophone impose, tant à l'enseignement du français qu'à l'enseignement en français, une logique que ne connaît pas le milieu majoritaire. Qui plus est, cette spécificité reste peu définie, peu décrite. L'heure est venue de mieux la circonscrire, dans le but de permettre aux didacticiens, linguistes, sociologues dont l'objet de recherche est justement la spécificité de l'enseignement en milieu minoritaire, de mettre au point des stratégies pédagogiques qui soient le reflet réel de leur situation.

Le Centre de recherche en linguistique appliquée de l'Université de Moncton (CRLA) s'est penché sur la question lors de son colloque intitulé Le français, langue maternelle, dans les collèges et les universités en milieu minoritaire, tenu dans la cadre du 3e Congrès de l'ACREF, en mai 1997. La prémisse à la discussion comprenait le rôle des disciplines responsables de la construction de la norme en milieu minoritaire, et les mécanismes qui leur permettent d'assumer ce rôle. 

aquaculture
Depuis un peu plus d'une décennie, on assiste à l'intensification des activités aquacoles partout au monde, qu'elles soient liées aux poissons, aux crustacés, aux mollusques ou aux plantes marines. La croissance du secteur de l'aquaculture a entraîné non seulement l'augmentation des besoins en recherche et en formation, mais aussi l'accroissement des échanges internationaux de produits d'aquaculture. Le développement d'une activité économique étant inévitablement associé à un foisonnement terminologique, il est important qu'un vocabulaire spécialisé fasse état des réalités du nouveau domaine, en l'occurrence l'aquaculture, et en répertorie les multiples termes utilisés.

Le Centre de recherche en linguistique appliquée de l?Université de Moncton est heureux de présenter ce vocabulaire, fruit de plusieurs années de recherche, suivies de consultations étroites avec des spécialistes et des langagiers oeuvrant dans ce domaine. Cet ouvrage contient près de 2300 termes, leur définition, ainsi que des renseignements utiles sur leur emploi. De plus, ces termes sont classés selon les sous domaines de l'aquaculture : poissons, crustacés, mollusques ou plantes marines.