Université de Moncton

Communications, affaires publiques et marketing
Abonnez-vous à l’infolettre
Bookmark and Share
Mardi 18 Septembre 2018

Une première cérémonie commémorative du deuil périnatal dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick

Dans la photo, à l’avant, de gauche à droite, Amélie Boulay, Valérie Kim Dumont, Tina Emond. À l’arrière, Claude Beaulieu, Anik Marchand, Nathalie P. Fecteau, Chantal Couturier et Sandy Albert. Absents au moment de la photo : Josée Joëlle Oakes et Samuel Caron.
Agrandir l'image
Un tout nouveau comité a été mis sur pied lors des derniers mois dans la région d’Edmundston afin d’organiser une première Cérémonie commémorative du deuil périnatal. L’activité, intitulée, « Une étincelle envolée… la route vers l’espoir », aura lieu le dimanche 14 octobre prochain à 14 h au Jardin botanique de Saint-Jacques.

Ce type de cérémonie existe déjà dans d’autres régions du Canada durant les journées qui entourent la journée mondiale du deuil périnatal du 15 octobre. Il s’agit d’une activité très appréciée par les parents qui ont vécu un deuil périnatal car ils ont l’occasion de se recueillir et d’échanger avec d’autres personnes qui ont un vécu similaire. De plus, l’activité se voit une façon de reconnaitre ce type de deuil comme étant très significatif dans la vie des parents.

Le deuil périnatal survient à la suite d’un décès périnatal, soit le décès d’un bébé durant la grossesse ou durant la période entourant la naissance (lors de l’accouchement ou durant les semaines qui suivent la naissance). Le deuil périnatal constitue un phénomène complexe qui est différent des autres types de deuil. Il s’agit de la perte de rêves et d’objectifs de vie pour les personnes endeuillées. Les parents concernés vivent une multitude d’émotions qui peuvent perdurer durant une longue période de temps, et ce, avec peu de reconnaissance sociale de leur perte. En fait, étant donné que personne n’a vraiment connu le bébé, les personnes significatives ne reconnaissent pas toujours les émotions vécues par les parents. Pour cette raison, les endeuillés ont souvent l’impression d’être incompris par leur entourage et vivent leur peine de façon isolée.

L’idée d’organiser une telle cérémonie a germé durant les études doctorales de madame Tina Emond, professeure au Secteur science infirmière de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE).

« Mon projet de recherche vise plus spécifiquement l’amélioration des pratiques de soin en milieu clinique lors d’une fausse couche. Je trouvais important de faire quelque chose sur le plan communautaire étant donné l’absence de soutien quelconque pour les parents qui vivent un deuil périnatal », a-t-elle indiqué.

Lors de ses recherches, madame Emond a rencontré plusieurs parents qui lui ont exprimé leur déception de constater à quel point ils se sont sentis seuls à la suite du décès de leur bébé.

« J’ai formé un comité de personnes très dynamiques et engagées envers la cause. Grâce à l’implication des membres, nous aurons une très belle activité qui sera sûrement bénéfique pour les parents présents », a-t-elle mentionné.

Le comité est formé de personnes ayant un intérêt pour la sensibilisation du public au deuil périnatal dont des membres du Secteur science infirmière de l’UMCE (professeures et étudiantes), un psychologue et des parents qui ont vécu un deuil périnatal.

- 30 -

Renseignements : Tina Emond, responsable de l’activité (506 737-5330 – b)
Source : Service des communications, Campus d'Edmundston
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2018, Université de Moncton. Tous droits réservés.