Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin

L’Université de Moncton innove en recherche et en enseignement

L’Université de Moncton innove en recherche et en enseignement

L’Université de Moncton innove en recherche et en enseignement

22 novembre 2018

Le texte qui suit est une allocution prononcée par le recteur et vice-chancelier par intérim de l’Université de Moncton, Jacques Paul Couturier, lors du petit déjeuner de 3+ Corporation qui s’est déroulé le 22 novembre 2018. Cette allocution résume bien le rôle de catalyseur que joue notre établissement dans la communauté en matière d’innovation en recherche et en enseignement.

« J’ai le grand plaisir d’être ici ce matin pour discuter avec vous du rôle de l’Université de Moncton comme catalyseur de l’innovation au Canada atlantique.

Présente dans la communauté depuis 55 ans, l’Université de Moncton est un catalyseur d’abord parce qu’elle aide la communauté à faire le passage à l’économie du savoir en formant de nouveaux chefs de file, acteurs et bâtisseurs dans une panoplie de domaines. Elle renforce la concurrence, la productivité et l’innovation et elle constitue une partenaire très importante dans le développement économique et social de la province et du Grand Moncton.

Elle cherche à innover constamment sur le plan de la recherche en créant et en maintenant des partenariats tout en assurant la liaison du milieu de la recherche avec le secteur public et privé.

Nous nous démarquons particulièrement sur le plan de la recherche en santé. Le Centre de médecine de précision du Nouveau-Brunswick est un projet d’envergure qui s’est finalement concrétisé avec plusieurs années de travail.

Il s’agit d’une nouvelle infrastructure dotée d’installations de pointe où plus de 100 chercheuses et chercheurs chevronnés mettront en commun leurs expertises pour lutter contre des maladies chroniques et le cancer.

Le Centre a été mis sur pied en partenariat avec le Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick, le Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, l’Institut atlantique de recherche sur le cancer et le Réseau de santé Vitalité.

Des chercheuses et chercheurs y développeront des traitements adaptés aux patientes et patients selon leur profil génétique.

Cette avancée remarquable assure le positionnement de la région de Moncton parmi les grands centres de recherche biomédicale au Canada atlantique.

La robotique, les matériaux avancés, l’intelligence artificielle et le cannabis sont d’autres secteurs dans lesquels l’Université innove et joue un rôle important. Je me permets de mentionner l’entreprise Spielo, qui compte aujourd’hui quelques centaines d’employées et employés à Moncton et qui est née à l’Université de Moncton. L’entreprise Nanoptix, qui a tout récemment été nommée entreprise de l’année par le Conseil économique du Nouveau-Brunswick inc., a quant à elle bénéficié de l’expertise de nos chercheuses et chercheurs.

Notre université possède un bureau de soutien à l’innovation. J’invite les entreprises de la région à communiquer avec le bureau pour discuter de leurs besoins en recherche.

Par ailleurs, sachez que nous investissons plus de trois millions $ par année au soutien à la recherche en plus des quelque 11 millions $ investis annuellement dans le financement de la recherche qui proviennent essentiellement des grands conseils, des institutions gouvernementales, d’entreprises et d’organismes publics. L’Université se taille une place enviable au Top 50 des universités de recherche au Canada depuis les dernières années.

Comme société, il faut favoriser la concertation entre les universités, les gouvernements, le secteur privé et les organismes sans but lucratif afin de mettre la recherche issue du milieu universitaire au service de la collectivité. Cet effet d’entraînement permet ainsi à l’ensemble de la communauté de profiter de connaissances de pointe, de nouvelles technologies et de nouvelles manières de faire.

L’autre volet dans lequel nous cherchons à innover constamment est l’enseignement. Vous savez, chaque année, des centaines de diplômées et diplômés sortent de l’Université de Moncton en étant prêts à conquérir le monde et à apporter leur savoir-faire et leur expertise aux organismes et entreprises d’ici.

Des statistiques démontrent que plus de 88 % de nos diplômées et diplômés travaillent au Nouveau-Brunswick et que plus de 70 % d’entre eux retournent travailler dans leur comté d’origine. Ce nombre s’élève à 83 % dans le comté de Westmorland.

Notre travail est de bien les préparer à intégrer le marché du travail. Là aussi notre mot d’ordre est l’innovation. Cette fois cette préparation passe par un nouveau concept en pleine évolution : « l’apprentissage expérientiel ».

En plus de contribuer à faire évoluer la société, l’apprentissage expérientiel offre de l’expérience en milieu de travail dans le cheminement universitaire.

Il s’agit d’une façon novatrice de sensibiliser les étudiantes et étudiants aux diverses réalités du marché du travail et à la vie communautaire, tout en cultivant l’acquisition d’un sens de civisme au cours de leur formation. Elle occupe une place croissante à l’Université de Moncton.

Nous offrons déjà une grande variété de programmes qui ont une forte composante expérientielle, par exemple, en éducation, en droit, en foresterie, en ingénierie, en psychologie, en science infirmière, en travail social, en traduction, et j’en passe.

Au cours de l’année universitaire 2017-2018, un total de 1999 étudiantes et étudiants de l’Université de Moncton ont profité d’un stage de formation dans 53 différents programmes, tous cycles confondus. C’est avec des statistiques comme celles-là que nous réalisons la demande et l’importance de développer d’autres programmes pour bonifier les opportunités existantes et en créer de nouvelles.

Nous nous donnons comme objectif de développer l’apprentissage expérientiel dans les programmes où cette dernière est moins présente, notamment dans plusieurs programmes des arts et des sciences sociales. Nous voulons donner la chance de marier la théorie et la pratique à un maximum d’étudiantes et étudiants et ainsi en faire bénéficier les organismes et entreprises de la région.

En permettant à nos étudiantes et étudiants de vivre des expériences en milieu de travail pendant qu’ils sont toujours aux études, nous leur permettons d’acquérir un bagage d’expérience qui leur sera grandement bénéfique tout en bénéficiant d’un lien étroit avec la communauté d’affaires.

Nous sommes conscients qu’en se démarquant sur le plan de l’apprentissage expérientiel, l’Université de Moncton peut aussi contribuer à la stratégie provinciale sur l’immigration. Puisque la population étudiante de l’Université de Moncton est composée de plus de 20 % d’étudiantes et étudiants internationaux, leur offrir une expérience de travail dans le cadre de leurs études est un excellent moyen de les retenir dans nos communautés après l’obtention de leur diplôme.

N’oublions pas qu’une fois leur diplôme obtenu, nos étudiantes et étudiants contribuent au développement de la province.

En terminant, je me permets de citer Peter Drucker, un théoricien du management.

« L’innovation ce n’est pas un flash de génie. C’est un travail difficile qui devrait être organisé comme une activité régulière de chaque unité de l’entreprise, et ce, à chaque niveau du management ».

Cette citation résume très bien le fait que l’innovation est au cœur de notre mission d’enseignement, de recherche et de services à la collectivité. »