Vol. 44, no 39
19 juin 2014
L'Université de Moncton a nommé André Samson au poste de vice-recteur à l’enseignement et à la recherche
Le Conseil des gouverneurs de l’Université de Moncton a nommé André Samson au poste de vice-recteur à l’enseignement et à la recherche pour un mandat de cinq ans. Il est en poste depuis le 1er juin.

Dans ses nouvelles fonctions, M. Samson a la responsabilité de l’administration, de la coordination et du développement des études et de la recherche sur l’ensemble du réseau de l’Université. Il succède ainsi à Neil Boucher qui était en poste depuis 2004.

« Il me fait plaisir d’accueillir M. Samson au sein de l’équipe de direction et de la grande famille de l’Université de Moncton, a déclaré le recteur et vice-chancelier, Raymond Théberge. En examinant le parcours professionnel de M. Samson, on constate que son expérience universitaire en enseignement, en recherche et en administration académique est riche et variée et s’est conduite en milieu universitaire francophone hors Québec. L’Université pourra compter sur ses services et sa compétence au cours des prochaines années alors que nous sommes à mettre en œuvre l’important plan stratégique « Un rêve qui nous appartient ».

Originaire de Lévis, au Québec, André Samson possède le baccalauréat en psychologie (1979), la maîtrise en psychologie (1981) et le doctorat (Ph.D.) en psychologie (neurosciences) (1985) de l’Université de Montréal.

Avant son arrivée à l’Université de Moncton, M. Samson occupait, depuis 2010, le poste de doyen de la Faculté des arts et de la Faculté des sciences de l’Université Saint-Boniface, à Winnipeg, au Manitoba. De 1986 à 2010, il a été professeur titulaire en psychologie à cette même université. Passionné par l’enseignement, il a toujours intégré des stratégies pédagogiques d’avant-garde dans ses cours. Il a enseigné à plus de 6000 étudiantes et étudiants les cours d’Introduction à la psychologie, Méthodes de recherche en psychologie, Neurosciences du comportement, Perception, Mesure et évaluation en psychologie et Introduction à la neuropsychologie.

Très actif comme gestionnaire universitaire, M. Samson a été membre du Sénat académique et du Bureau des gouverneurs de l’Université Saint-Boniface. Il a été membre de nombreux comités d’embauche et président de l’Association des professeures et des professeurs. Il a coordonné des activités relatives à la restructuration et l’implantation de programmes de 1er et 2e cycles. À titre de doyen, il a été membre du comité de priorisation des programmes, soit l’une des activités structurantes issues du nouveau plan stratégique de l’Université de Saint-Boniface. Cette université étant académiquement affiliée à la University of Manitoba, il y a siégé à divers comités facultaires.

Comme chercheur, M. Samson a surtout publié dans les années 1980, dans les revues Behavioral Brain Research, Revue canadienne de biologie et Experimental Brain Research. Au cours des dernières années, à titre de doyen, avec son équipe, il a investi beaucoup d’énergie pour mousser la productivité en recherche. L’appui à la recherche a été renforcé sur plusieurs volets, ce qui a contribué à l’augmentation des subventions de recherche et à l’obtention de Chaires de recherche du Canada. M. Samson a été membre du Comité de lecture des textes français soumis à la Revue canadienne de psychologie/Canadian Journal of Psychology et il a été membre de divers comités de mémoire de maîtrise.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14926
L’Université de Moncton fait un pas de plus vers la réalisation de son plan stratégique
Le chantier « Gouvernance responsable et excellence organisationnelle » a fait l’objet de discussions lors de la réunion régulière du Conseil des gouverneurs de l’Université de Moncton tenue le 7 juin 2014 au campus de Shippagan.

Le Comité de gouvernance du Conseil des gouverneurs a d’ailleurs présenté son plan de travail qui prévoit dix-huit projets principaux regroupés sous neuf thèmes. Alors que tous les projets seront entrepris à l’intérieur du mandat de trois ans des membres du comité, neuf d’entre eux seront entamés en 2014.

« La gouvernance et l’excellence organisationnelle soutiennent la mission de l’Université de Moncton, a déclaré le président du Conseil, Raymond Lanteigne. Il faut chercher à mettre en place des mécanismes de décision, de gestion et de contrôle qui favorisent une gouvernance organisationnelle responsable et transparente. »

Le Conseil souhaite entre autres adopter des bonnes pratiques, un cadre de gouvernance et un code de déontologie pour ses membres, en plus de proposer une politique sur la rémunération des cadres de l’Université de Moncton.

« Je félicite le Comité de gouvernance pour son plan de travail ambitieux et je remercie le Conseil des gouverneurs de son engagement envers le plan stratégique, a dit le recteur et vice-chancelier, Raymond Théberge. Il est clair que chacune et chacun des membres est bien engagé envers les objectifs qui en découlent. »
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14929
Le Conseil des gouverneurs nomme un nouveau directeur-général de l’Éducation permanente et ratifie des ententes collectives
Lors de sa réunion régulière tenue le samedi 7 juin au campus de Shippagan, le Conseil des gouverneurs a nommé Jean-Jacques Doucet au poste de directeur-général de l’Éducation permanente pour un mandat de cinq ans débutant le 1er juillet 2014.

À ce titre, il assurera la bonne marche de la Direction générale de l'Éducation permanente, en plus de superviser le personnel, d’entretenir des relations de travail harmonieuses et productives avec les unités académiques de l'Université et d’établir de nouveaux partenariats. Il s'occupera également du développement et de la promotion de la formation créditée et non créditée, en plus d'assurer le développement du secteur de l'Éducation permanente réseau sur tous les plans. Il remplace Patrick Maltais qui était en poste depuis 2004.

Ayant œuvré plus de 25 ans dans le domaine de l’éducation postsecondaire, tant en enseignement qu’en gestion, M. Doucet est actuellement vice-président à la Formation et à la Réussite étudiante du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB).

Il possède la scolarité de doctorat en éducation de l’Université de Moncton, la maîtrise en andragogie (M.Éd.) de l’Université de Montréal, ainsi que le B.Éd. (Enseignement postsecondaire) et le Baccalauréat en Sciences administratives de l’Université de Moncton.

Enfin, les ententes de principe pour le renouvellement de la convention collective avec les membres de l’Association des bibliothécaires, professeures et professeurs de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston, ainsi qu’avec l’Association du personnel administratif et professionnel de l’Université de Moncton ont été ratifiées par le Conseil.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14930
Une minute de silence a été observée
Le mardi 10 juin, les membres de la communauté universitaire ont été invités à se joindre au recteur et vice-chancelier à l’extérieur du pavillon Jeanne-de-Valois pour observer une minute de silence et de recueillement en l’honneur des trois membres de la GRC qui ont perdu la vie récemment à Moncton.

Plusieurs membres de la communauté universitaire se sont ensuite réunis dans la salle de spectacle du pavillon Jeanne-de-Valois, un des sites de diffusion officiels des funérailles régimentaires des agents de la GRC.

Enfin, les professeures, professeurs, employées, employés, étudiantes et étudiants du campus de Moncton étaient invités à porter le rouge à la mémoire du gend. Dave Ross, du gend. Fabrice Georges Gevaudan, et du gend. Douglas James Larche, qui sont décédés dans l’exercice de leurs fonctions.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14939
L’Université de Moncton crée des bourses pour les enfants des gendarmes tués dans l’exercice de leurs fonctions le 4 juin à Moncton
Afin de témoigner sa gratitude et ses profondes condoléances aux familles des trois membres de la GRC qui ont donné leur vie dans le cadre du drame des 4 et 5 juin 2014 à Moncton, le recteur et vice-chancelier de l’Université de Moncton, Raymond Théberge, a annoncé la création de bourses d’études destinées aux enfants des gendarmes Fabrice Georges Gevaudan, Douglas James Larche et Dave Joseph Ross qui pourraient souhaiter poursuivre des études en français à l’Université de Moncton.

Ces bourses, dont le total se situera entre 10 000 $ et 12 500 $ par enfant, seront offertes à raison de 2 500 $ par année pour la durée d’un programme d’études de 1er cycle.

«Le drame qui s’est déroulé à Moncton a laissé une marque indélébile sur toute la communauté. Ces hommes ont donné leur vie afin de protéger celle des membres de notre communauté universitaire, de nos voisins, de nos amis», a déclaré M. Théberge.

D’ailleurs, plusieurs membres de la communauté universitaire y compris des diplômées et diplômés ont des membres de leur famille dans la GRC; certaines diplômées et certains diplômés sont des membres de la GRC qui ont été directement et indirectement affectés par le drame; et d’anciens membres de la force policière sont aujourd’hui des employés de l’établissement. «Nous nous sommes donc sentis interpellés à faire un geste d’appui pour souligner le grand courage de ces hommes et pour atténuer un tant soit peu l’impact financier que pourrait avoir leur départ précipité sur la vie de leurs enfants», a poursuivi le Recteur.

Les détails de ces bourses d’études seront communiqués aux familles au cours des prochaines semaines.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14927
Agrandir l'image
La photo nous fait voir, de gauche à droite, Anne Marie Thérèse Diémé (Sénégal), vice-présidente interne de l’AÉÉICUM; Olivier Kazad (Congo), ancien vice-président interne de l’AÉÉICUM; Ayoub Moussa (Maroc); Chantal Soucy, du Détachement Codiac de la GRC; Djenebou Rouamba (Burkina Faso); et Hervé Gbedji (Bénin), président de l’AÉÉICUM. Norélice Mbutu (Congo Brazza) était absente au moment où la photo fut prise.
L’AÉÉICUM remet une toile au Détachement Codiac de la GRC
L’Association des étudiantes et étudiants internationaux du campus universitaire de Moncton (AÉÉICUM) a offert une œuvre sur toile en acrylique au Détachement Codiac de la GRC la semaine dernière, suite aux évènements tragiques du 4 juin 2014 qui ont causé la mort des agents Larche, Ross et Gevaudan. L’AÉÉICUM tenait à souligner le travail extraordinaire des policiers qui ont fait tout en leur pouvoir pour protéger notre communauté.

L’agente Chantal Soucy s’est fait un plaisir d’accepter la peinture au nom de ses collègues de travail.

La toile a été peinte par Norélice Mbutu, originaire du Congo Brazza, diplômée de la promotion 2014 en génie électrique de l’Université de Moncton.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14923
Dr Aurel Schofield et Carl Philippe Gionet seront honorés par l’AAAUM
Dans le cadre de sa Soirée Ovation, qui se tiendra le 9 octobre prochain au Delta Beauséjour de Moncton, l’Association des anciens, anciennes et amis de l’Université de Moncton, Campus de Moncton (AAAUM), rendra hommage à deux de ses diplômés, soit le Dr Aurel Schofield (D.S.S. 1974) et Carl Philippe Gionet (baccalauréat en musique (interprétation) 2003).

Docteur Aurel Schofield recevra l’Ordre du mérite des diplômées et diplômés de l’Université de Moncton. Remise annuellement, cette distinction reconnaît la contribution exceptionnelle d’une ou d’un diplômé qui, par ses activités professionnelles et ses actions sociales, fait honneur à l’Université de Moncton et à sa profession.

« L’AAAUM est heureuse de rendre hommage au Dr Aurel Schofield, ce grand visionnaire, dont l’apport à l’amélioration des soins de santé offerts aux francophones du Nouveau-Brunswick est inestimable, a déclaré le président de l’AAAUM, Stéphane Robichaud. Avec conviction et détermination, Aurel Schofield n’a ménagé aucun effort pour mettre sur pied le Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick afin que nos jeunes francophones puissent avoir accès aux études médicales en français, ici même dans la province. »

Le prix Émergence sera remis au pianiste Carl Philippe Gionet, musicien de grand talent, qui a acquis, en peu d’années, une renommée enviable à l’échelle nationale et internationale.

« Les réalisations professionnelles de Carl Philippe Gionet sont impressionnantes, a souligné Stéphane Robichaud. Au-delà de son talent indéniable, ce qui est remarquable chez lui est son engagement à la promotion et à la diffusion de la musique classique en Acadie. C’est grâce à son dévouement que Musique sur mer en Acadie a pu voir le jour. Cet organisme sans but lucratif, qu’il a fondé et dont il assure la direction artistique, permet à de jeunes musiciennes et musiciens de haut niveau de se perfectionner auprès de grands professeurs, pédagogues et interprètes. »

Institué en 2008, le prix Émergence a pour but de mieux faire connaître cette nouvelle génération de diplômées et diplômés qui se distinguent dans différentes sphères d’activités, que ce soit en menant une carrière exceptionnelle ou encore en s’impliquant activement au sein de la communauté.

Dans sa nouvelle vision adoptée récemment, l’AAAUM souhaite que tous les diplômées, diplômés, amies et amis de l’Université de Moncton voient leur institution universitaire comme une cause digne de leur engagement et appui. Les réalisations exceptionnelles des diplômées et diplômés de l’Université de Moncton s’inscrivent dans cette optique.

Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14945
Dr Aurel Schofield, récipiendaire de l’Ordre du mérite des diplômées et diplômés
Originaire de Baie-Sainte-Anne, au Nouveau-Brunswick, le docteur Aurel Schofield est le directeur et le fondateur du Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick. Il est doyen associé de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke, et doyen associé de la formation médicale de l'Université de Moncton.

Possédant le diplôme en sciences de la santé (D.S.S.) de l’Université de Moncton, Aurel Schofield a obtenu son diplôme en médecine de famille de l’Université Laval, en 1980. Après ses études, il est revenu au Nouveau-Brunswick où il a pratiqué la médecine familiale et l’obstétrique pendant plus de 25 ans, en plus de se consacrer à l’enseignement de la médecine. Tout au long de sa carrière, il est demeuré actif dans le domaine de la recherche, notamment sur la santé des adolescents. Depuis l’an 2000, il est titulaire d’un Fellow du Collège des médecins de famille du Canada.

Véritable figure de proue en matière de santé en français, Dr Schofield a participé au début des années 2000 aux travaux du Comité consultatif des communautés francophones en situation minoritaire, mis sur pied par le ministre fédéral de la Santé. Ce comité a défini les grandes orientations de la contribution du gouvernement fédéral à l'amélioration de l'accès à des services de santé de qualité dans leur langue, pour les communautés francophones et acadiennes.

Il a été membre fondateur de la Société Santé en français, de la Société santé et mieux-être en français du Nouveau-Brunswick et du Consortium national de formation en santé. Il a siégé au conseil d’administration de tous ces organismes. Depuis 2012, il assure la présidence de l’organisme national Société santé en français. Il est également coprésident du comité ministériel sur la collaboration en soins de santé primaire pour la province du Nouveau-Brunswick.

L’engagement et le dévouement exceptionnel du Dr Aurel Schofield ont été reconnus par diverses instances. Il a reçu l’Ordre du mérite de la Société médicale du Nouveau-Brunswick, le prix Delphis-Brochu de l’Association des médecins de langue française du Canada, l’Ordre des francophones d’Amérique remis par le gouvernement du Québec et le premier prix Monfort Santé, décerné par le gouvernement du Canada. Dr Schofield a été lauréat du prix Shining Star of Community Achievement de l'Association of American Medical Colleges. En 2011, il a été nommé personnalité de l’année Radio-Canada - L’Acadie nouvelle. En mai 2014, il est devenu membre de l’Ordre du Canada.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14948
Carl Philippe Gionet, récipiendaire du prix Émergence de l’AAAUM
Grâce à son immense talent et à son travail soutenu, Carl Philippe Gionet s’est taillé une place de choix dans l’univers de la musique classique au cours des dernières années. Que ce soit comme soliste ou accompagnateur, le pianiste acadien est devenu un collaborateur recherché qui travaille avec de nombreux interprètes en Amérique du Nord, en Europe et au Moyen-Orient.

Originaire de Caraquet, Carl Philippe Gionet détient un baccalauréat en musique (interprétation) de l’Université de Moncton (2003). Il a obtenu une maîtrise en musique de l’Université de Montréal en 2005 et un doctorat en interprétation du piano de la même institution en 2010. Il s’est perfectionné en coaching vocal et a eu l’honneur de travailler avec de grands maîtres de renommée internationale tels que Martin Isepp, Roger Vignoles et Malcolm Martineau (Royaume-Uni), Elly Ameling et Rudolf Jansen (Pays-Bas), Thomas Hampson (États-Unis) et Wolfram Rieger (Allemagne), entre autres.

Parallèlement à ses engagements dans le domaine de la musique classique, Carl Philippe Gionet s’est produit au Canada et en Europe comme pianiste accompagnateur et compositeur avec de nombreux artistes populaires de la francophonie. Il a participé à divers enregistrements pour la radio et la télévision de Radio-Canada et pour TV5.

La diffusion et la promotion de la musique classique auprès d’un large auditoire lui tiennent particulièrement à cœur. Il s’investit depuis plusieurs années dans le perfectionnement et le développement de jeunes musiciennes et musiciens du Nouveau-Brunswick, que ce soit à titre de juge dans les festivals de musique, de conférencier dans les écoles et en offrant des classes de maître. Il participe également à l’organisation de nombreuses séries de concerts et de récitals dans la province.

Carl Philippe Gionet est le fondateur et directeur artistique de Musique sur mer en Acadie, un organisme sans but lucratif voué à l'éducation et à la diffusion de la musique classique en milieu francophone minoritaire. Cette nouvelle série de stages professionnels en musique classique permet à de jeunes musiciennes et musiciens de haut calibre de se perfectionner auprès de grands professeurs, pédagogues et interprètes en Acadie.

En 2010, il a été récipiendaire du prestigieux Prix de la Fondation de musique Sylva-Gelber. Il a également été boursier de la Faculté des études supérieures et de la Faculté de musique de l’Université de Montréal, du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts du Nouveau-Brunswick et de la Fondation des Jeunesses musicales du Canada.

Renseignements : Jeanne Farrah, directrice des Anciens et amis, (506) 858-4130.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14949
Agrandir l'image
La photo nous fait voir les finissantes et les finissants du Programme de formation en médecine de famille francophone du Nouveau-Brunswick. Dans la première rangée, de gauche à droite, on voit Dre Saneea Abboud, Dre Myriam Aubin, Dre Charelle D’Eon, Dre Jennifer Lapointe, Dre Marjolaine Talbot-Lemaire, Dre Amélie Cyr, Dre Marilyn Gallant et Dre Charlene Ward. Deuxième rangée : Dr Ghislain Lavoie, Dr Jules Melanson, Dre Josée Daigle, Dre Geneviève Mallet, Dre Mélanie Desjardins, Dre Véronique Dodier, Dre Caroline Morin, Dre Marie-Pier Côté et le Dr Carl St-Amand. Le Dr Jean-Luc Dugas était absent au moment où la photo fut prise.
Le succès des finissantes et finissants en médecine de famille formés au N.-B. est souligné à Moncton
Le succès de dix-huit finissantes et finissants du Programme de formation en médecine de famille francophone du Nouveau-Brunswick ayant obtenu leur diplôme postdoctoral en médecine de famille a été souligné le vendredi 13 juin à Moncton.

Formés au Nouveau-Brunswick en collaboration avec l’Université de Sherbrooke, ces finissantes et finissants qui pratiqueront comme médecin de famille s’établiront, pour la plupart, dans la province. Le Programme de formation en médecine de famille francophone du Nouveau-Brunswick est d’ailleurs la principale source de formation des médecins francophones au Canada atlantique.

Les finissantes et les finissants ont poursuivi leur formation clinique au Nouveau-Brunswick à l’Unité de médecine familiale de Dieppe, en collaboration avec les établissements de santé du Réseau de santé Vitalité. Le Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, l’Hôpital régional Chaleur, l’Hôpital régional de Campbellton, l’Hôpital régional d’Edmundston, l’Hôpital de l’Enfant-Jésus RHSJ, l’Hôpital de Tracadie-Sheila, l’Hôpital et CSC de Lamèque, et leurs centres affiliés, le Centre de santé Sant-Jacques et le Centre de santé Nepisiguit ont accueilli les étudiantes et les étudiants pour leurs stages cliniques dans le cadre de leur formation.

« Ça prend toute une communauté pour former les étudiantes et étudiants en médecine et nous sommes heureux de la contribution des médecins enseignants dans l’ensemble du réseau Vitalité, souligne le Dr Aurel Schofield, professeur titulaire et directeur fondateur du Centre de formation médicale du N.-B. Le but ultime de la formation médicale près de leur communauté d’origine est de favoriser une meilleure formation et compréhension des besoins en santé de la communauté tout en augmentant le recrutement et la rétention des professionnels. L’objectif est aussi d’offrir une offre active en français pour les francophones du Nouveau-Brunswick mais aussi à ceux de l’Atlantique.»

La remise des certificats de reconnaissance a eu lieu au Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick en présence de représentantes et de représentants du gouvernement du Nouveau-Brunswick, du Département de médecine de famille de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke, du Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick et du Programme de formation en médecine de famille francophone du Nouveau-Brunswick.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14951
Lynne Castonguay est nommée vice-présidente du GISGUF
Secrétaire générale de l’Université de Moncton depuis 2006, Lynne Castonguay vient d’être nommée vice-présidente du Groupement international des secrétaires généraux des universités francophones (GISGUF) pour un mandat de deux ans.

Membre associé de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), le GISGUF a été créé en 1977. Il a pour vocation de nouer, au niveau le plus haut de l’administration des établissements universitaires, des liens permanents, sur le modèle des relations officialisées sous les auspices de l’Agence universitaire de la Francophonie, entre recteurs, directeurs de facultés, professeurs et chercheurs de l’espace francophone.

Madame Castonguay a complété le baccalauréat et la maîtrise en psychologie, de même que le baccalauréat en droit de l’Université de Moncton. Elle a été admise au Barreau du Nouveau-Brunswick en 1994.

En tant que secrétaire générale de l’Université de Moncton, elle est appelée à coordonner les activités des instances et comités supérieurs de l’Université, dont le Conseil des gouverneurs et le Sénat académique. Elle est la gardienne attitrée du sceau, des registres, des archives et des documents officiels et elle voit, entre autres, à l’organisation des collations des grades et des cérémonies d’installation.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14932
Agrandir l'image
L’entente de coopération signée par l'Université Lucian Blaga de Sibiu a été remise le 12 juin dernier à la vice-rectrice aux affaires étudiantes et internationales de l'Université de Moncton. La photo nous fait voir, de gauche à droite, Andreï Zaharia, directeur du Département d'art dramatique de l'Université de Moncton; Marie-Linda Lord, vice-rectrice aux affaires étudiantes et internationales; Ion M. Tomus, directeur du Département de théâtre de l’Université Lucian Blaga de Sibiu, et Marcia Babineau, professeure au Département d'art dramatique de l'Université de Moncton.
Nouvelle entente de coopération entre l’Université de Moncton et la Roumanie
L’Université de Moncton et l'Université Lucian Blaga de Sibiu, en Roumanie, ont conclu une entente de coopération d’une durée de cinq ans. Cet accord-cadre est destiné à faciliter et à intensifier la collaboration entre les deux universités en favorisant l'échange de la mobilité d'étudiantes et d’étudiants et de professeures et de professeurs, particulièrement des Facultés des arts, des sciences sociales et des lettres.

Au-delà des échanges entre le Département d'art dramatique de l'Université de Moncton et celui de l'Université Lucian Blaga de Sibiu, les deux institutions conviennent d'amorcer l'élargissement de cette entente à plusieurs secteurs académiques ou de recherche dans un esprit d'équité et de réciprocité.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14952
Agrandir l'image
La photo prise après la représentation qui a été chaudement applaudie nous fait voir, assises, de gauche à droite, les comédiennes Stéphanie David, Caroline Bélisle et Brigitte Gallant et la professeure Marcia Babineau. Debout, on voit Marie-Linda Lord, vice-rectrice aux affaires étudiantes et internationales de l’Université de Moncton; Alyssa Pellerin-Boudreau, technicienne à la régie; Alain Tanguay, professeur; Nicolas Dupuis et Marc-André Robichaud, comédiens; Sonya Doucet, régisseuse; Stéphane Bénard, technicien au son, et Andréï Zaharia, directeur du Département d'art dramatique de l'Université de Moncton.
La représentation des étudiantes et étudiants du Département d’art dramatique est chaudement applaudie en Roumanie
Des étudiantes et des étudiants du Département d’art dramatique de l’Université de Moncton ont présenté la pièce «Le jeu de la mélancolie» le 15 juin dernier dans le cadre du 21e Festival international de théâtre de Sibiu, en Roumanie.

Écrite par la dramaturge américaine Sarah Ruhl, la pièce a été traduite en français par Herménégilde Chiasson, dans le cadre de sa résidence d’artiste à l’Université de Moncton. La mise en scène a été assurée par la professeure Marcia Babineau. Il s'agissait de la huitième participation du Département d'art dramatique de l'Université de Moncton à ce festival.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14925
Présentation de séminaire de thèse de maîtrise en psychologie
La présentation du séminaire de thèse de maîtrise en psychologie d’Annie Arseneault, sous la direction de la professeure Geneviève Bouchard, aura lieu le mercredi 2 juillet à 13 heures dans la salle Gérard-Cormier, située au 504 du pavillon Léopold-Taillon au campus de Moncton. L’étude porte sur l’Impact de la famille d’origine sur les relations amoureuses des adultes émergents.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14940
Agrandir l'image
La photo prise lors du lancement nous fait voir, de gauche à droite, Mathieu Bélanger, directeur de la recherche au Centre de formation médicale du Nouveau-Brunswick (CFMNB); Rodrigue Landry, ancien directeur de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques (ICRML); Éric Forgues, directeur de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques (ICRML); Anne Robineau, directrice adjointe de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques (ICRML), et Réal Allard, directeur de la revue Minorités linguistiques et société.
Le livre «La vie dans une langue officielle minoritaire au Canada» est lancé
L’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques (ICRML) a procédé récemment au lancement du tout premier ouvrage de sa collection, intitulé La vie dans une langue officielle minoritaire au Canada publié par les Presses de l’Université Laval. Le lancement a eu lieu au campus de Moncton de l’Université de Moncton le lundi 16 juin.

C’est sous la direction de Rodrigue Landry, anciennement directeur général de l’Institut, que 19 chercheurs dressent un portrait des deux communautés canadiennes de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) : les anglophones vivant au Québec et les francophones hors Québec.

En s’appuyant sur les données de l’enquête sur la vitalité des minorités de langue officielle (EVMLO) de Statistique Canada, l’étude de la situation linguistique et sociale de ces deux groupes permet de mieux comprendre les enjeux et les défis auxquels un groupe minoritaire doit faire face. En effet, le Canada reconnait depuis 1969 deux langues officielles dans sa structure gouvernementale, mais l’égalité formelle n’est pas toujours synonyme d’égalité réelle. Ce qui provoque plusieurs questionnements. À partir des données de l’EVMLO, le livre présente des analyses propres à chacun des deux groupes. Il traite notamment de problématiques des CLOSM liées à la transmission de la langue, à la fréquentation des établissements minoritaires, à l’accessibilité des services de santé, à l’influence des médias, à l’engagement social et à la mobilité géographique.

On peut lire la description du livre à l’adresse http://www.pulaval.com/produit/la-vie-dans-une-langue-officielle-minoritaire-au-Canada.
Pour plus de renseignements, cliquez sur ce lien.

Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14931
Agrandir l'image
La lauréate, Victoria Volkanova
La bibliothécaire Victoria Volkanova est lauréate du Prix commémoratif de l’APLA
Le Prix commémoratif de l’Atlantic Provinces Library Association (APLA) a été décerné à Victoria Volkanova, bibliothécaire à la Bibliothèque Champlain de l’Université de Moncton.

Le Prix commémoratif soutient les projets des membres qui souhaitent contribuer à leur développement professionnel et à la profession de bibliothécaire dans son ensemble, grâce à la recherche et à l'étude. Ce prix accompagné d’une bourse de 800 $ contribuera à financer son voyage de recherche en France, en août.

Mme Volkanova étudiera l'état du libre accès à la communication savante dans les universités françaises. Lors de son séjour en France, elle interrogera le personnel des bibliothèques sélectionnées qui participent activement aux initiatives du libre accès de leur établissement, afin d'en apprendre davantage sur la planification et la mise en œuvre de ces initiatives dans des bibliothèques universitaires.

Un rapport détaillé avec des recommandations sera présenté à l’Université de Moncton qui ne dispose pas pour le moment d'un dépôt institutionnel ni d’une politique de libre accès. Au cours de son voyage, Mme Volkanova participera au 80e Congrès de l’International Federation of Library Associations (IFLA), à Lyon, et au congrès de l’Association internationale francophone des bibliothécaires et documentalistes (AIFBD), à Limoges, en France.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14921
L’Observatoire international des droits linguistiques lance la Revue de droit linguistique
L’Observatoire international des droits linguistiques a annoncé la création de la Revue de droit linguistique. Les articles qui y seront publiés seront évalués par les pairs et seront seulement publiés en format numérique sur notre site Web (www.droitslinguistiques.ca/revue) et sur des sites partenaires. Les articles seront publiés au fur et à mesure qu’ils auront été approuvés par les pairs et à la fin de l’année, les articles formeront un volume, lequel pourra être téléchargé en format pdf. Par conséquent, la référence de la Revue aura la même forme qu’une revue publiée en format papier.

Que la Revue soit publiée gratuitement pour que juristes, chercheurs, professeurs et le public en général y ait facilement accès était non seulement le souhait de l’Observatoire, mais était en harmonie avec son mandat et sa raison d’être. Par conséquent, la mission de la Revue de droit linguistique est de promouvoir la publication de textes académiques, lesquels contribuent à l’avancement des connaissances dans le domaine du droit linguistique et d’accorder à tout un chacun un libre accès.

On peut accéder au site Web de la Revue à l’adresse www.droitslinguistiques.ca/revue.

Pour de plus amples renseignements, prière de communiquer avec maître Michel Doucet au (506) 863-2136.
Pour plus de renseignements, cliquez sur ce lien.

Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14936
Un gala tenu le 25 mai dernier a souligné le succès des diplômées et diplômés internationaux
Tenu au lendemain de la collation des grades au campus de Moncton, le Gala des diplômées et diplômés internationaux a souligné le succès et l’engagement universitaire des diplômées et diplômés venus de l’international pour poursuivre des études à l’Université de Moncton.

La photo fait voir les personnes lauréates et les organisateurs de la soirée, de gauche à droite, Lisa Griffin Ndour, agente de projet au Service aux étudiantes et étudiants internationaux; Marie-Linda Lord, vice-rectrice aux affaires étudiantes et internationales; Hermel Deschênes, conseiller aux étudiantes et étudiants internationaux, Services aux étudiantes et étudiantes internationaux; Carmelle G. J. Pélissier, étudiante en sciences sociales et récipiendaire du Prix d’excellence académique pour avoir obtenu la 2e meilleure moyenne des diplômées et diplômés internationaux au 1er cycle; Gérard Fillion, vice-doyen de la Faculté d’administration; Anicette J. Z. Gbegbe, étudiante en génie électrique et récipiendaire du Prix d’excellence académique pour avoir obtenu la 3e meilleure moyenne des diplômées et diplômés internationaux au 1er cycle; Hervé Gbedji, président de l’Association des étudiantes et étudiants internationaux du campus universitaire de Moncton (AÉÉICUM); Diane Gnonlonfin, étudiante en administration des affaires et récipiendaire du Prix d’excellence académique pour avoir obtenu la meilleure moyenne des diplômées et diplômés internationaux en 2014, et Vivi Koffi, professeure au Département d’administration de la Faculté d’administration. Benjamin Rimbault, étudiant à la maîtrise en sciences appliquées, et Paul Danset, étudiant à la maîtrise en administration des affaires, tous deux récipiendaires du Prix d’excellence académique des diplômées et diplômés internationaux au 2e cycle, étaient absents au moment où la photo fut prise.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14946
Julie Marcoux a donné un atelier dans le cadre d’une rencontre nationale portant sur la recherche de statistiques
Bibliothécaire de référence et de données statistiques et géospatiales à la Bibliothèque Champlain de l’Université de Moncton, Julie Marcoux a donné un atelier dans le cadre d’une rencontre nationale des bibliothécaires provenant d’institutions membres de l’Initiative de démocratisation des données (IDD), un accord existant entre Statistique Canada et certaines universités canadiennes. Pendant ces rencontres qui ont lieu à tous les trois ans, les bibliothécaires discutent des données et statistiques disponibles par l’entremise des collections de l’IDD.

Le 3 juin 2014, à la demande des organisateurs de l’Atelier national de formation IDD et du Camp d’entraînement 2014, Julie Marcoux a partagé son expertise à l’aide d’un atelier pratique portant sur la base de données statistiques SDA. Cette base de données, qui permet de manipuler en ligne les données d’enquêtes canadiennes, offre des possibilités très intéressantes pour les étudiantes, les étudiants, les professeures et les professeurs de l’Université de Moncton.

Pour en connaître davantage au sujet de SDA ou de la recherche pour des données et statistiques à l’Université de Moncton, prière de communiquer avec Julie Marcoux, au (506) 858-4154 ou par courriel à l’adresse julie.marcoux@umoncton.ca.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14924
Agrandir l'image
La photo nous fait voir, de gauche à droite, Jennifer Godin, du Réseau de recherche sur les politiques sociales du Nouveau-Brunswick; Bernard Richard, ancien ombudsman et défenseur des enfants et de la jeunesse du N.-B.; Andre Bear Nicholas, du Département d'études autochtones de la St Thomas University; Christian Whalen, du Bureau du défenseur des enfants et de la jeunesse; Verlé Harrop, du Centre de recherche en Atlantique du Réseau de connaissances des autochtones en milieu urbain; Norman Bossé, défenseur des enfants et de la jeunesse; Judy Levi, Service de bien-être à l'enfance et à la jeunesse du ministère du Développement social, et Etienne Paulin, de l’École de travail social de l'Université de Moncton. Laurel Lewey, du programme Mi'kmaq/Maliseet Bachelor of Social Work, St Thomas University, et Denis Leblanc, consultant en développement organisationnel et communautaire, étaient absents au moment où la photo fut prise.
Vers une meilleure collaboration entre chercheuses, chercheurs et Premières Nations
Une journée d’échanges sur les enjeux de l’enfance et de la famille des Premières Nations du Nouveau-Brunswick a eu lieu le mardi 10 juin dernier au campus de Moncton de l’Université de Moncton.

Cette activité était organisée par l’École de travail social de l’Université de Moncton et le Réseau de recherche sur les politiques sociales du Nouveau-Brunswick en partenariat avec le Bureau du défenseur des enfants et de la jeunesse.

Elle avait comme objectif de répondre à des questions portant sur le rôle que peut jouer le milieu de la recherche et sur les pratiques à adopter par les chercheuses et les chercheurs afin d’effectuer des recherches responsables. On s’est aussi interrogé sur les moyens de promouvoir une meilleure collaboration entre chercheuses, chercheurs et membres des Premières Nations dans l’espoir de mieux identifier les causes profondes des enjeux qui touchent les Premières Nations et de développer de nouvelles approches en matière d’intervention.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14938
Club de 10 ans
La photo nous fait voir les membres du personnel du campus de Moncton qui ont accédé au Club de 10 ans lors de la fête soulignant le 51e anniversaire de fondation de l’Université de Moncton qui a eu lieu le 19 juin au campus de Moncton.

Il s’agit, de gauche à droite, de Mireille Thériault, Jeanne Farrah, Charlotte Duguay, Marianne Cormier, Gabriel Laplante, Nicole Lirette-Pitre, Mathieu Lang, Martine LeBlanc, Emery Cormier et Chantal Arsenault. Pierre-Yves Barbier, Neil Boucher, Chantale Brun, Andréa Cabajsky, David Décarie, Marjolaine Dionne-Merlin, Jeremy Hayhoe, André Hébert, Joanne Langis, Mireille LeBlanc, Gisèle Ouellette, Sarah Pakzad, Denise Richard-LeBlanc, Rino Roy, Lise Savoie et Georgette Smythe étaient absents au moment où la photo fut prise.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14960
Club de 25 ans
La photo nous fait voir les membres du personnel du campus de Moncton qui ont accédé au Club de 25 ans lors de la fête soulignant le 51e anniversaire de fondation de l’Université de Moncton qui a eu lieu le 19 juin au campus de Moncton.

Il s’agit, de gauche à droite, de Guy Robinson, Marise Dupuis, Claude Desrochers, Lisa Roy et Daniel Babineau. Jalal Almhana, Fahim Ashkar, Salah Darenfed, Richard Gallant, Diana Leblanc, Linda Léger, Priscille Massé, Denis Melanson et Alain Tanguay étaient absents au moment où la photo fut prise.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14961
Décès du professeur à la retraite Khaled Belkhodja
Le professeur à la retraite Khaled Belkhodja est décédé le 8 juin dernier à Moncton. Le professeur Belkhodja a connu une carrière d’une trentaine d’années au Département d’histoire et de géographie de l’Université de Moncton à partir de la fin des années 1960 jusqu’au milieu des années 1990.

Originaire de la Tunisie, il a fait ses études à Paris où il a obtenu une agrégation d’histoire. Spécialiste de l’histoire de l’Antiquité, Khaled Belkhodja a été un professeur dont l’érudition et l’humanisme ont laissé une marque profonde sur plusieurs générations d’étudiantes et d’étudiants. Plusieurs fois directeur de son département, il a aussi fait partie de nombreux comités de l’Université et de l’Association des professeurs et professeures où il s’est acquis le plus grand respect de ses collègues par sa pondération, ses opinions réfléchies et sa chaleur humaine.

Faisant partie des premières cohortes de professeurs à joindre les rangs de l’Université de Moncton nouvellement fondée, il a apporté une contribution importante à la construction de cette institution et il laisse un souvenir très vif chez tous ceux et celles qui l’ont connu.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14937
Agrandir l'image
La photo nous fait voir, de gauche à droite, dans la première rangée : Etienne Dako, professeur à l’ÉSANÉF et les stagiaires Evelyne Cherry, Aïssatou Cherif Diallo, Recameline Dorval, Mimi Géradine Kaze et Eric Didier N'dri. Dans la deuxième rangée, on voit les stagiaires Guilherme Alberto et Louise Anin Atchibri avec Paul-Émile Bourque, doyen de la Faculté des sciences de la santé et des services communautaires, et Pascal Audet, professeur à l’ÉSANÉF. Le professeur Slimane Belbraouet était absent au moment où la photo fut prise.
Sept étudiantes et étudiants de l’international effectuent un stage de formation à l’ÉSANÉF
Sept étudiantes et étudiants dont quatre de l’Université Senghor d’Alexandrie (Égypte), une de l’Université Paris 13 (France) et deux de l’Université de Moncton (originaires du Brésil et de la Guinée) font un stage de formation de deuxième cycle en nutrition et en technologie alimentaire.

Les étudiantes et les étudiants font un stage de 16 semaines à l’École des sciences des aliments, de nutrition et d’études familiales (ÉSANÉF) de l’Université de Moncton, sous la direction des professeurs Étienne Dako, Slimane Belbraouet et Pascal Audet.

Evelyne Cherry, infirmière, originaire d’Haïti, Recameline Dorval, infirmière, originaire d’Haïti, Dr Éric Didier N’Dri, MD, originaire de la Côte d’Ivoire, et Mimi Géradine Kaze, M.Sc., biochimiste, originaire du Cameroun, sont inscrits au programme de maîtrise en développement, spécialité politiques nutritionnelles à l’Université Senghor d’Alexandrie. Dre Louise Anin Atchibri est professeure chercheure en nutrition à l’Université Nangui Abrogoua d’Abidjan (Côte d’Ivoire) et étudiante en formation complémentaire à l’Université Paris 13. Guilherme Alberto Ferreira, originaire du Brésil, est étudiant au programme de baccalauréat en biologie à l’Université de Moncton, et Aïssatou Cherif Diallo, originaire de la Guinée, est étudiante au programme de maîtrise en nutrition-alimentation à l’ÉSANÉF de l’Université de Moncton.

Mme Cherry, Mme Dorval, Dr N’Dri et Mme Kaze sont au campus de Moncton pour y préparer un mémoire de maîtrise dans le cadre d’une entente de collaboration entre l’Université Senghor et l’Université de Moncton. C’est également le cas de la professeure Anin Atchibri de l’Université Paris 13.

Pendant leur séjour à l’ÉSANÉF, ils travailleront chacun à des projets portant, entre autres, sur la malnutrition en Haïti, sur la prévention de l’obésité des adolescents en milieu urbain haïtien, sur la lutte contre l’obésité de la petite enfance au Nouveau-Brunswick et sur la gestion de la qualité des aliments au Cameroun.

Quant à M. Ferreira et Mme Diallo de l’Université de Moncton, ils travailleront à un projet intitulé « Utilisation de l’éthylène pour la bio-conservation des pommes de terre par inhibition de leur germination ».
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14953
Agrandir l'image
La photo nous fait voir l’étudiant Kevin Vigneault-Chiasson dans son milieu de stage, au chantier naval où l’on construit les nouveaux KFELS Classe « B » à Singapour.
L’étudiant Kevin Vigneault-Chiasson effectue un stage Coop à Singapour
Étudiant en génie mécanique, régime Coop, à la Faculté d’ingénierie de l’Université de Moncton, Kevin Vigneault-Chiasson est présentement en stage à Singapour. Il travaille au sein d’une multinationale qui œuvre dans le design, la production et la maintenance des plates-formes flottantes dans le domaine de l’extraction, du stockage et du déchargement du pétrole au large des côtes. Son stage se déroule au chantier naval où l’on construit les nouveaux KFELS Classe « B ».

D’après Kevin, il n’aurait jamais eu l’occasion de vivre une telle expérience sans le régime Coop. « J’encourage tous les étudiants et toutes les étudiantes admissibles à choisir ce régime d’études qui permet d’acquérir de l’expérience pratique sur le terrain », dit-il.

« Kevin a décroché un stage très convoité à l’échelle canadienne, explique le doyen, Paul-André Chiasson. Aux dernières nouvelles, seuls Kevin et un autre étudiant Coop de la University of British Columbia (UBC) avaient été sélectionnés cette année ».

La Faculté d’ingénierie souhaite remercier le Haut-commissariat du Canada à Singapour pour sa collaboration initiale qui a permis les échanges entre l’Université de Moncton et Keppel FELS.

L’option Coop est réservée aux étudiantes et aux étudiants qui ont terminé leur première année universitaire. Les demandes d’admission pour ce programme contingenté sont reçues pendant le mois d’août et le processus de sélection se fait en septembre. De plus amples renseignements sont disponibles sur le site du Bureau de l’enseignement coopératif à l’adresse www.umoncton.ca/coop.
Pour plus de renseignements, cliquez sur ce lien.

Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14922
Ateliers et spectacle présentés dans le cadre du Cours d’été relatif aux droits de l’enfant
Pour une deuxième année consécutive, la chanteuse pour enfants Dominique Dimey sera au Nouveau-Brunswick pour offrir des ateliers musicaux pour enfants ainsi qu’un spectacle avec eux.

Les enfants de la région âgés de 6 à 14 ans sont donc invités à participer à ses ateliers, du 14 au 18 juillet, au campus de Moncton. Dominique Dimey donnera ainsi des cours de chant en lien avec la thématique des droits de l’enfant dans le cadre du Cours d’été international relatif aux droits de l’enfant.

De plus, un spectacle sera présenté devant public le 18 juillet à 17 heures dans la salle de spectacle du pavillon Jeanne-de-Valois. Il en coûte 125 $ pour s’inscrire aux ateliers. Les personnes intéressées peuvent le faire à l’adresse www.dominiquedimey.com/home.php.

Renseignements : Jessica Haché, ejh4431@umoncton.ca, (506) 858-4529.
Pour plus de renseignements, cliquez sur ce lien.

Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14934
Un été de rythmes vous attend au Musée acadien
Le Musée acadien de l’Université de Moncton tiendra ses activités estivales du 2 juillet au 15 août, sous le thème « La musique en Acadie ».

L’animatrice Catherine Arsenault fera découvrir une partie de la culture musicale acadienne toujours présente en Acadie. Les participantes et les participants pourront entendre des extraits de chants et d’instruments, voir quelques objets de la collection, participer à la création d’instruments et se familiariser avec des pas de danse traditionnelle.

Ces ateliers seront offerts tous les mercredis de 14 heures à 16 heures pour les enfants âgés de 5 à 12 ans.

De plus, le Musée acadien offre une heure de conte pour les enfants âgés de 2 à 10 ans tous les jeudis entre 10 heures et 11 heures. Un livre sur la musique sera présenté et une activité rythmique suivra.

Ce projet est subventionné en partie par le programme Jeunesse-Canada au travail.

Pour obtenir plus de renseignements ou pour réserver sa place, prière de communiquer avec l’animatrice au (506) 858-4088 ou par courriel à l’adresse eca0869@umoncton.ca.
Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14950
L’exposition Oh, Canada présentée dans quatre galeries à Moncton, Sackville et Charlottetown
La Galerie d’art Louise-et-Reuben-Cohen de l’Université de Moncton présente l’exposition Oh, Canada, en partenariat avec la Galerie Sans Nom, la Owens Art Gallery de la Mount Allison University et le Musée d’art du Centre de la Confédération. Organisée par le Massachusetts Museum of Contemporary Art, sous la direction de la commissaire, Denise Markonish, Oh, Canada est presqu’assurément la plus ambitieuse exposition d’art contemporain canadien à être présentée à l’extérieur du pays, regroupant le travail de 61 artistes et collectifs d’artistes du Canada.

Vue dans son ensemble, Oh, Canada représente une occasion sans pareil de prendre le pouls de la production actuelle des quatre coins du pays, en plus de rendre compte de la qualité de la production de onze artistes de l’Atlantique. On y retrouve d’ailleurs le travail d’un artiste acadien, Mario Doucette, et de trois autres du Nouveau-Brunswick, une inclusion qui témoigne de l’apport des artistes de la région.

À l’Université de Moncton, le vernissage aura lieu le 26 juin à 20 heures à la Galerie d’art Louise-et-Reuben-Cohen.

Oh, Canada sera en montre jusqu’au 21 septembre 2014. Cette exposition a bénéficié du généreux appui du Groupe Banque TD et du Conseil des Arts du Canada. La présentation d'Oh, Canada à la Galerie d’art Louise-et-Reuben-Cohen est aussi appuyée par le Conseil des arts du Canada et le Ministère du Tourisme, Patrimoine et Culture du Nouveau-Brunswick.

Renseignements : Nisk Imbeault, (506) 858-4687, nisk.imbeault@umoncton.ca, www.ohcanadaest.com
Pour plus de renseignements, cliquez sur ce lien.

Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14935
La Fondation Donatien-Frémont invite les étudiantes et les étudiants à poser leur candidature pour ses bourses d’études
La Fondation Donatien-Frémont (FDF) invite les étudiantes et les étudiants des programmes postsecondaires de communication, de journalisme et des arts graphiques à soumettre d’ici le 31 juillet une demande de bourse d’études. Chaque année, une douzaine de bourses, de 500 $ à 2 000 $ sont attribuées.

Les candidatures d’étudiantes et d’étudiants des programmes de traduction et de sciences sociales peuvent également être considérées, en tenant compte du profil particulier de l’étudiante ou de l’étudiant et de son intérêt pour les médias francophones canadiens en situation minoritaire.

La FDF offre également des bourses de stage à des étudiantes et des étudiants qui souhaitent acquérir une expérience de travail dans l’un des journaux membres de l’Association de la presse francophone (APF). Les demandes sont acceptées tout au long de l’année et les bourses de stage sont accordées en fonction des ressources de la FDF et des besoins des journaux. Les personnes intéressées par ces bourses de stage sont invitées à communiquer directement avec le journal où elles souhaitent effectuer leur stage et à transmettre leur dossier de candidature au bureau de la FDF, selon les modalités présentées sur son site.

La FDF a été créée en 1980 par les journaux membres de l’APF. Elle a pour but d’encourager les jeunes francophones en situation minoritaire à poursuivre leurs études dans un domaine lié au monde des communications. Depuis sa création, elle a aidé plus de 375 étudiantes et étudiants à faire des études en communication.

Les personnes intéressées trouveront de plus amples renseignements sur le site de la FDF, au www.apf.ca/fondation.
Pour plus de renseignements, cliquez sur ce lien.

Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14941
Bonne saison estivale
Ce numéro d’Hebdo-Campus est le dernier de la présente année universitaire.

Le personnel du Service des communications reprendra la parution de ce bulletin d’information lors de la rentrée de septembre. Entre-temps, les nouvelles du campus de Moncton continueront d’être publiées dans le site Web de l’Université de Moncton à l’adresse www.umoncton.ca.

Le recteur et vice-chancelier, Raymond Théberge, se joint à nous pour vous souhaiter de belles vacances d’été.
Pour plus de renseignements, cliquez sur ce lien.

Adresse Web de la nouvelle : http://www.umoncton.ca/nouvelles/info.php?id=14933
Accueil  |  Communications, affaires publiques et marketing  |  Urgence  |  Assistance technique © 2017, Université de Moncton. Tous droits réservés.